Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus bĂ©bĂ© » Pourquoi accoucher d’une fille est moins douloureux qu’accoucher d’un garçon ?

Pourquoi accoucher d’une fille est moins douloureux qu’accoucher d’un garçon ?

Vous avez mis au monde une petite puce ? Ou un petit bonhomme ? Les douleurs lors de l’accouchement, vous en souvenez-vous ? Selon une Ă©tude rĂ©alisĂ©e par des chercheurs de l’hĂŽpital San Cecilio Clinic de Grenade, situĂ© en Espagne, accoucher d’une fille serait bien moins douloureux qu’accoucher d’un garçon. Vous y croyez, vous ?

Accoucher d’une fille ferait moins mal

Pour parvenir Ă  ce rĂ©sultat, les scientifiques ont suivi 56 femmes au moment de leur accouchement. Toutes ont eu une grossesse qui s’est parfaitement dĂ©roulĂ©e et un accouchement spontanĂ©. Parmi elles, 27 ont donnĂ© naissance Ă  un petit garçon, et 29 Ă  une petite fille. Les experts ont alors prĂ©levĂ© des Ă©chantillons de sang sur la mĂšre au dĂ©but de l’accouchement, mais aussi sur le bĂ©bĂ©.

Pour les chercheurs originaires d’Espagne, cela vient du fait que les bĂ©bĂ©s de sexe fĂ©minin auraient une plus grande dĂ©fense antioxydante, c’est-Ă -dire, tous les moyens mis en Ɠuvre pour contrĂŽler l’oxydation et ses effets nĂ©gatifs (source o2score). À savoir, un antioxydant est une molĂ©cule prĂ©sente dans les aliments comme les vitamines C et E, carotĂ©noĂŻdes, polyphĂ©nols. Ainsi, en ayant davantage de dĂ©fense antioxydante, la venue au monde d’une petite puce causerait moins de dommages biomolĂ©culaires.

Les scientifiques ont Ă©galement remarquĂ© que les bĂ©bĂ©s de sexe fĂ©minin parviendraient plus Ă  maĂźtriser l’anxiĂ©tĂ© que les bĂ©bĂ©s de sexe masculin lorsqu’ils sont encore dans le ventre de leur maman. En effet, en ayant une plus grande dĂ©fense antioxydante, il y a moins de stress oxydatif (ici, le mot « stress » n’a pas la mĂȘme signification que celle que nous avons l’habitude d’employer, il s’agit d’une agression des constituants de notre organisme en raison d’un excĂšs de molĂ©cules nocives). GrĂące Ă  cela, la grossesse de la future maman se dĂ©roulerait bien mieux et la santĂ© de la mĂšre et de sa fille serait meilleure. S’ils le disent… mais il y a tellement de paramĂštres qui jouent sur un ressenti douloureux. Et notamment la mĂ©moire. Se souvient-on vraiment de l’intensitĂ© du premier accouchement quand on vit le second ? Il paraĂźt qu’on oublie, sinon on n’y reviendrait pas pour le mĂȘme prix. Quoi qu’il en soi, il n’y a que vous qui puissiez ĂȘtre juge de l’intensitĂ© de votre douleur, que ce soit une petite fille ou un petit garçon…

À lire absolument