Le déroulement d’une fécondation in vitro

Aujourd’hui, de plus en plus de couples connaissent l’écueil douloureux de l’infertilité. Heureusement, la science a fait des progrès considérables en matière de procréation médicalement assistée depuis le premier bébé-éprouvette il y a 30 ans.

Amandine, le bébé le plus célèbre de la PMA en France, est devenue maman à son tour en 2014, tout à fait naturellement. Alors, si bébé tarde à venir, si votre médecin vous explique qu’une grossesse naturelle paraît peu probable, ne voyez plus la fécondation in vitro comme une fatalité mais comme une chance inouïe de pouvoir peut-être devenir parents.

Pour qui la FIV ?

La FIV est proposée aux couples qui connaissent des difficultés de fertilité en raison de trompes de Fallope bouchées, en cas d’endométriose, d’ovulations trop peu fréquentes et de mauvais fonctionnement des ovaires (qui nécessitera alors un don d’ovocytes), mais aussi de problèmes de fertilité masculine en raison d’un sperme insuffisamment pourvu en spermatozoïdes ou encore de spermatozoïdes un peu paresseux (ndlr, à faible motilité en termes médicaux).

Fécondation in vitro : comment ça marche ?

La fécondation est effectuée en laboratoire, c’est-à-dire, hors du corps humain. Les ovules de la femme et les spermatozoïdes de l’homme sont prélevés. Chez ce dernier, l’extraction se fait de manière naturelle (masturbation) alors que la femme doit subir un traitement hormonal pour aider à la maturation de plusieurs ovules simultanément. Tout d’abord, après mise au repos des ovaires par un premier traitement hormonal, un second vise à augmenter le nombre de follicules produits par les ovaires pour obtenir plusieurs ovocytes alors qu’en cycle naturel, un seul ovule est libéré à chaque cycle en principe. Enfin, l’ovulation sera déclenchée par une injection d’hormone hCG (human Chorionic Gonatropin).

Le prélèvement des ovules s’effectue sous anesthésie locale trente-six heures après la stimulation hormonale à l’aide d’une aiguille introduite dans le vagin et dirigée avec l’aide de l’échographe. Une fois prélevés, les ovules et les spermatozoïdes sont stockés ensemble dans un liquide de culture à la température du corps. C’est là que commence la fécondation, qui se fait généralement en 48 heures. En général, un ovocyte sur deux est fécondé et donnent 24 heures après, des embryons de 2 à 4 cellules.

De 2 à 5 jours après la fertilisation, un ou deux embryons sont transférés dans l’utérus de la femme. Le transfert embryonnaire est un geste simple et indolore réalisé au moyen d’un cathéter fin et souple introduit par voie vaginale dans l’utérus. L’embryon est déposé à l’intérieur de l’utérus et s’y développe jusqu’à son implantation.

Entre le troisième et le sixième jour, les embryons (jusqu’à 4 pour renforcer les chances de succès) sont déposés dans la cavité utérine à l’aide d’un cathéter introduit par voie basse. Les embryons restants dits surnuméraires peuvent être congelés en vue d’une éventuelle nouvelle implantation, en cas d’échec de la première tentative.

Quel est le taux de réussite ?

Le taux de réussite d’une fécondation in vitro est le même que pour une fécondation « naturelle », soit environ 25%. Cependant, l’âge de la future maman joue aussi un rôle essentiel : à la quarantaine, les chances de succès ne sont que de 5%. Comme pour toutes les techniques de la procréation assistée médicalement, il  faudra vous armer de patience et gonfler votre moral à bloc pour pouvoir aller jusqu’au bout de votre entreprise, en gardant toutefois à l’esprit que la méthode n’est pas magique et pourrait ne pas fonctionner dans votre cas.

Combien ça coûte ?

La législation prévoit la prise en charge par l’assurance maladie de quatre ponctions et implantations avant l’âge de 43 ans pour la femme. En revanche, les transferts d’embryons à partir d’embryons surnuméraires ne sont pas limités. Une FIV coûte en moyenne* de 3800 à 4200€ sans dépassements d’honoraires (jusqu’à 5000 € avec dépassements).  Quand certaines micro manipulations sont nécessaires (ISCI), le coût est forcément majoré (de 3900 à 4600 € sans dépassements d’honoraires, et jusqu’à 5200€ avec dépassements).

*Chiffres 2014.

 

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

A propos de l'auteur

Rédac’ chef, Mère de famille nombreuse et mamie gâteuse de deux adorables bout’choux, je m’intéresse depuis des lustres à tout ce qui touche à la santé, à l’hérédité et la psychologie. Ca ne m’a pas évité les bourdes avec mes marmots, mais ils ont survécu (et moi aussi)…