Que dessine bébé à quel âge ?

que dessine bébé à quel âge-neuf mois

Tous les enfants, dès 2 ans, adorent dessiner. Une activité calme, créative, qui peut les occuper une après-midi entière pendant les vacances. Et surtout les faire progresser dans leurs apprentissages cognitifs et en motricité fine. Le point avec Sylvie Chermet-Carroy, graphologue et auteur de « Comprenez votre enfant par ses dessins » pour savoir où notre tout-petit en est dans son éveil à travers ce qu’il dessine.

De 1 an à 2 ans : bébé dessine des courbes et des formes droites

L’intérêt de bébé pour le dessin commence à partir du moment où il prend conscience que la trace qu’il vient de produire persiste. Cette première trace, il la dessine par le plus grand des hasards, en voulant imiter ses parents en train d’écrire. Tout heureux de constater que ce qu’il vient de dessiner est durable, bébé souhaite renouveler cette expérience. Évidemment, à cet âge, il n’est pas dans le figuratif.

Bébé commence par dessiner des formes plutôt courbes et ovoïdes (des œufs), les lignes droites exigeant une maîtrise que son développement psychomoteur ne lui permet pas encore d’acquérir. A ce stade, il ne lève pas encore son crayon en dessinant, il exerce juste une pression d’un seul jet sur le papier et il dépasse souvent l’espace que représente sa feuille de papier ! Pour qu’il s’y contienne, il faudra attendre l’âge de 18 mois à 2 ans, stade auquel il commencera aussi à dessiner des formes droites et des angles.

A 2 ans, bébé dessine des formes anguleuses

Dès que bébé commence à prononcer quelques mots, il peut entrer dans une forme créative plus réaliste. Mais il faudra encore du temps pour qu’il maîtrise le trait jusqu’à parvenir à représenter un objet ou une personne reconnaissable ! Pour l’instant, il est surtout dans l’intention. Si, au départ, il n’a pas l’intention de dessiner un sujet précis, il pourra décréter, une fois son dessin terminé, que celui-ci représente un oiseau… Pour finalement affirmer une heure plus tard avec autant de conviction qu’il s’agit en réalité… d’un chapeau !

Après les lignes droites, l’enfant va commencer à dessiner des formes anguleuses, plus ou moins imparfaites. Le dessin qui occupe tout l’espace de la feuille va commencer à laisser place à une forme principale, puis à des formes secondaires tout autour. Un vrai progrès, puisque cela montre que l’enfant parvient à lever son crayon et peut donc décider de laisser et de reprendre son dessin. A cet âge, le tout-petit peut marquer un intérêt particulier pour les couleurs foncées qui évoquent les matières fécales. Normal à ce stade d’apprentissage de la propreté, ce n’est donc pas une tendance à la neurasthénie, n’ayez crainte !

A 3 ans, il parvient à boucler les figures, comme les cercles

En toute logique, il va commencer à dessiner des bonhommes. Il s’agira tout d’abord de ce que les psychanalystes nomment le bonhomme-têtard ou le bonhomme-patate. C’est-à-dire un cercle, une sorte de sac, qui représente à la fois la tête et le corps, ainsi que deux bâtons, pour constituer les bras. Cette figure correspond à ce dont l’enfant a conscience à ce moment-là. Il sait qu’il est un tout, une entité, une unité, mais pas encore qu’il possède un ventre, une bouche, des yeux. C’est au fur et à mesure de ses prises de conscience que son bonhomme va s’enrichir. Et cela marque aussi un élan de réflexion : il réfléchit et veut transmettre le contenu de sa réflexion en dessinant ce à quoi il a pensé.


A 4 ans, le bonhomme s’affine

Lorsque l’enfant prend conscience de sa verticalité, celle-ci apparaît dans son dessin. Il va alors dessiner des bonhommes avec de longs bras, de longues jambes. Puis s’ajoutent des mains-fleurs ou des mains-bâtons, avec, souvent, trois ou quatre doigts. Des cheveux, hirsutes. Des oreilles, parfois. Puis, un peu après 4 ans, le cou. Tous ces éléments du bonhomme montrent chez l’enfant l’évolution de son intellect, de son attention, de sa compréhension de lui-même, de son corps et du monde qui l’entoure. En plus du bonhomme, l’enfant se met à dessiner des maisons, des soleils, des fleurs, des oiseaux, etc… Tout ce qui fait partie de sa vie et de son environnement.

A 5 ans, votre enfant fait preuve de réalisme intellectuel

L’enfant manifeste un certain souci de réalisme par rapport à ce qu’il sait, mais pas par rapport à ce qu’il voit. L’enfant dessine des racines aux arbres, ou encore un bébé dans le ventre d’une femme enceinte. Dans ses dessins de personnages, l’enfant va mettre en valeur les distinctions sexuelles. Les petites filles seront représentées avec des sacs, des robes, des bijoux, des cils démesurément longs. Cela correspond à un âge où l’enfant s’identifie à son parent du même sexe, l’admire, essaie de l’imiter. L’enfant commence aussi à dessiner ses parents, révélant, par là même, la manière dont il les perçoit. Vers 6 ans, ses personnages deviennent encore plus riches, plus précis, plus détaillés. En effet, les costumes sont représentés avec des poches, des cols, des boutons. La majeure partie de ce qu’il devait apprendre est acquis.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire