Une baby-sitter en urgence pour garder bébé, je la trouve où ?

Il arrive d’avoir envie de souffler et de prendre un peu de temps pour soit ou de demander un coup de main. Même si on a une nounou de confiance, il se peut qu’elle ne soit pas disponible à toutes heures ou simplement malade. Alors voici quelques pistes pour trouver au débotté et briefer la perle rare. Car oui, on n’y avait pas pensé mais si on trouvait une baby-sitter pour nous donner un coup de main pour se détendre un peu ? Bonne idée, mais il y a quand même un hic de taille : comment va-t-on trouver en trois jours cet ange de patience, incollable sur les aventures de la Reine des Neiges et qui, à ses heures perdues, fait aussi gardien de but au foot  ?

Pour trouver une baby-sitter, on passe par une agence spécialisée

Un certain nombre de sites internet proposent de nous aider à trouver la perle rare dans notre région ou dans celle de nos vacances. Pourquoi pas, si on a les moyens ? Parmi les exigences du profil, il est conseillé de demander que le/la candidat(e) possède l’Attestation de formation aux premiers secours. Et si, en plus de nos tout-petits, nous devons lui confier aussi des plus grands (familles recomposées, nous voilà !), mieux vaut recruter un(e) baby-sitter diplômé(e) du Brevet d’Aptitude aux Fonctions d’Animateur (BAFA) : « Cela garantit de bonnes idées de jeux pour occuper les enfants à un âge où il faut les canaliser car les titulaires du BAFA ont obligatoirement effectué des stages en colo ou en centre de loisirs », souligne Claire Lanneau, fondatrice de BabyChou Services. Et l’avantage de passer par ce réseau, c’est que souvent toute la partie administrative est prise en charge. Nous, on signe le chèque et basta…

Les applications pour trouver une baby-sitter

En urgence, pas toujours facile de passer par une agence qui peut mettre du temps à vous répondre. Si appeler sa copine pour lui demander le numéro de sa baby-sitter est également une bonne idée cela ne vous assurera pas de trouver quelqu’un. Alors pourquoi ne pas utiliser la technologie pour sauver votre soirée en amoureux ou votre après-midi shopping ? Désormais grâce à des applications tels que BabySittor, vous pourrez entrer votre adresse et trouver une baby-sittor qui habite dans votre quartier ou proche de votre lieu de vacances. Pas d’inquiétude sur la qualité des baby-sitteurs qui viendront chez vous, ce réseau fonctionne grâce à des parrainages. Les parents ainsi que les babysitteurs ne peuvent faire partie de l’application que s’ils sont recommandés par d’autres parents ou babysitteurs. Un système de notation vous permettra également de voir le nombre de baby-sitting qu’à déjà fait la jeune fille ou le jeune homme et l’avis des parents et même enfants sur elle ou lui. A vous de choisir si vous préférez la payer via l’application ou en liquide.

Privilégier la proximité pour faire garder vos enfants

Si vous avez besoin d’une baby-sitteur pendant vos vacances, pourquoi ne pas proposer des vacances à l’œil à une jeune fille ou un jeune homme de votre entourage proche qui n’a pas la chance de partir en vacances : véhiculé, logé, nourri…. et « la pièce » en fin de séjour si tout s’est bien passé, ou le cadeau dont il rêve pour la rentrée, en guise de remerciements : un tenue mode, un casque moto, un sac branché… Le souci, c’est qu’il faut être logé assez au large pour ne pas être gêné par un ado tiers, qu’il faut être certain que l’éducation du dit ado collera à nos principes pour ne pas se retrouver avec un gamin de plus à gérer ! Et tout verrouiller côté assurances, accord des parents, budget loisirs pour éviter les embrouilles. Il faut aussi bien préciser les choses dès le départ : «  Il faut lui définir son rôle, le nombre d’enfants dont elle/il a la charge, ses plages de liberté, et s’il est mineur, ce qu’on autorise ou pas en termes de sorties, et surtout, ne pas le ou la prendre pour la bonne à tout faire  », précise Claire Lanneau.

La piste locale de l’étudiante pour faire garder bébé ?

Si on fait appel à une étudiante recrutée sur place grâce à la liste proposée par l’office de tourisme, l’annonce chez la boulangère ou sur le conseil du propriétaire du gîte loué ou en partage par les réseaux sociaux, il faut faire les choses en règle. Notamment la payer par Chèque Emploi Service, ce qui permet aussi de bénéficier d’une réduction d’impôts. Et privilégier les mêmes principes de compétences (BAFA, références des parents ayant fait appel à ses services…).

Bien mener le casting pour trouver votre baby-sitter

En attendant de rencontrer notre Mary Poppins, on lui demande d’envoyer par mail une lettre de motivation avec photo, et on l’appelle, histoire de se faire une petite idée de son look, de son élocution et de ses compétences avec des petits vacanciers casse-cou. D’où la nécessité de préparer une liste de questions façon Trivial Pursuit : nutrition, santé, éducation, sécurité notamment en voiture si on la laisse trimbaler la smala, on passe en revue les connaissances de notre recrue. Pas question de faire confiance sur simple bonne mine.

Si le CV fait état d’une expérience certaine, il ne faut pas hésiter à demander les coordonnées des anciens employeurs. Mais cela ne nous dispensera pas de nous faire une opinion par nous-même : «  Assurez-vous que la personne que vous avez en face de vous apprécie les enfants et qu’elle a de l’expérience dans ce domaine, explique Claire Lanneau. Il ne suffit pas de recruter quelqu’un qui cherche un job d’été. Il faut que cette personne ait choisi de plein gré ce travail de baby-sitter et les responsabilités qui vont avec ».


Préciser le cahier des charges à la baby-sitter

Ça y est, le contrat (fut-il moral) est quasi signé ? On lui explique con-crè-te-ment ce que l’on attend d’elle en le formalisant par mail, ainsi on peut se référer à des traces écrites en cas de conflit : horaires de travail, habitudes alimentaires, rythme de vie à respecter, problèmes de santé éventuels des enfants et précautions à prendre.
Evidemment, au quotidien, on lui laisse nos coordonnées si on s’absente, un frigo bien rempli, l’annuaire d’urgence (médecin, pharmacie, hôpital…).

On aura préalablement fixé avec elle un certain nombre d’activités (zoo, piscine, spectacles…) avec un budget défini et on lui demande de garder les justificatifs pour les choses soient claires. Avec un minimum de méthode, que l’on fasse appel aux services de Mary Poppins tous les jours, deux fois par semaine toute la journée ou juste quelques soirées pendant nos vacances, tout se passera bien et on profitera au maximum de cette trêve estivale. Et les enfants aussi…

 

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire