Neufmois.fr » Mon bĂ©bĂ© » Allaitement » Je l’allaite, alors pourquoi mon bĂ©bĂ© a-t-il des coliques ?

Je l’allaite, alors pourquoi mon bĂ©bĂ© a-t-il des coliques ?

Eh oui, beaucoup de jeunes mamans sont surprises de ce phĂ©nomĂšne : le lait maternel Ă©tant l’aliment le plus naturel pour bĂ©bĂ©, pourquoi bĂ©bĂ© a-t-il des coliques ? Parce que la perfection n’est pas de ce monde ! Mais il y a des solutions !

Durant les quatre ou cinq premiers mois, le systĂšme digestif de bĂ©bĂ© est encore immature. Souvent, en fin de journĂ©e, il semble pris de coliques. Il pleure et rien ne peut le calmer, sauf parfois un bercement prononcĂ©, comme le roulement de la voiture ou les sursauts de la machine Ă  laver en marche (pas conseillĂ© du tout !!!) ou encore une bouillotte chaude. Certaines boissons calmantes (Babyfen, Calmosine
) peuvent aussi amĂ©liorer les choses. Mais parfois pas.

Laisser bĂ©bĂ© sur le mĂȘme sein jusqu’au bout

Pour les bĂ©bĂ©s allaitĂ©s, les spĂ©cialistes ont des pistes de rĂ©flexion sur ce qui pourrait les provoquer. Notamment la composition du lait maternel qui change pendant la tĂ©tĂ©e. Plus on avance dans la tĂ©tĂ©e sur le mĂȘme sein, plus le lait maternel se charge en lipides. Si la maman change de sein avant la fin de la tĂ©tĂ©e, bĂ©bĂ© boit de nouveau le lait « allĂ©gé » du dĂ©but de tĂ©tĂ©e. Il boit davantage pour compenser la densitĂ© calorique moindre que s’il Ă©tait restĂ© sur le mĂȘme sein. D’oĂč risque de rĂ©gurgitation. La digestion se fait plus vite, et la quantitĂ© de lactose qui arrive dans l’estomac est trop importante pour ĂȘtre bien digĂ©rĂ©e. D’oĂč des gaz, des selles liquides et colorĂ©es. On pense souvent Ă  tort que bĂ©bĂ© est intolĂ©rant au lactose alors qu’il est juste trop alimentĂ© en lait maternel de dĂ©but de tĂ©tĂ©e. Alors que faire ? Contrairement Ă  une idĂ©e largement rĂ©pandue, il ne faut pas minuter les tĂ©tĂ©es et il faut laisser bĂ©bĂ© au premier sein aussi longtemps qu’il le tĂšte. Si bĂ©bĂ© lĂąche trop vite, il faut comprimer le sein pour l’inciter Ă  continuer Ă  boire. S’il semble avoir encore faim aprĂšs avoir lĂąchĂ© le premier sein, il faut alors le mettre de l’autre cĂŽtĂ©. A la tĂ©tĂ©e suivante, on commence toujours par le second sein. Mais il n’existe pas de vraies rĂšgles : chaque maman doit observer son bĂ©bĂ© et constater d’elle-mĂȘme quelle est la mĂ©thode qui fonctionne le mieux pour son bĂ©bé : un sein ou deux seins par tĂ©tĂ©e.

VĂ©rifier la puissance d’éjection

Parfois, le lait s’écoule par jet rapide et puissant, ce qui occasionne quelques dĂ©sagrĂ©ments pour bĂ©bĂ© qui pleure. On peut alors penser qu’il souffre de coliques. Il faut l’observer : s’il semble s’étouffer sur le sein trĂšs vite aprĂšs avoir commencĂ© Ă  tĂ©ter, c’est sans doute que le jet de lait est trop puissant. Il ne souffre pas de coliques, contrairement Ă  ce que l’on pourrait en dĂ©duire au vu de son inconfort et de ses pleurs. La solution consiste Ă  ne lui prĂ©senter qu’un seul sein, sur une voire plusieurs tĂ©tĂ©es, quitte Ă  tirer son lait de l’autre sein pour Ă©viter l’engorgement. Il faut aussi mettre bĂ©bĂ© souvent au sein pour Ă©viter la fringale qui le fera tĂ©ter trop fort. Allaiter couchĂ©e peut aider aussi car le dĂ©bit de lait est alors moins fort. Ou tirer son lait une fois la lactation bien installĂ©e et le lui donner au biberon (pas top).

Surveiller sa propre alimentation

Certaines protĂ©ines prĂ©sentes dans le rĂ©gime alimentaire de la maman qui allaite sont parfois excrĂ©tĂ©es dans le lait maternel et peuvent affecter le bĂ©bĂ©. Surtout s’il s’agit de protĂ©ines du lait de vache. C’est d’ailleurs ainsi que le bĂ©bĂ© s’accoutume petit Ă  petit Ă  ces protĂ©ines Ă©trangĂšres au lait maternel et se prĂ©pare Ă  la diversification, donc, en soi, ce n’est pas une mauvaise chose. Mais parfois, ça coince cĂŽtĂ© digestion et lĂ , il vaut mieux consulter une sage-femme ou un pĂ©diatre spĂ©cialiste de l’allaitement pour faire le point afin d’adopter le bon rĂ©gime. En gĂ©nĂ©ral, il est conseillĂ© Ă  la maman de cesser de consommer des produits laitiers. Au bout de huit jours, on voit s’il y a une amĂ©lioration ou pas. Si ce n’est pas le cas, on rĂ©introduit progressivement les produits laitiers. En bonne pratique, il faut noter Ă  chaque repas ce que l’on consomme pour pouvoir analyser quel aliment a pu provoquer de l’inconfort Ă  bĂ©bĂ© et pouvoir ainsi l’éliminer, avec prudence et uniquement sur le conseil d’un professionnel de santĂ©.

De la patience

De toute façon, il faut positiver, les coliques ne durent pas toute la vie, ni mĂȘme toute la petite enfance. En gĂ©nĂ©ral, vers l’ñge de 6 mois, tout est rentrĂ© dans l’ordre. Alors de la patience, du calme, de l’affection, c’est encore le meilleur antidote aux coliques pour bĂ©bé !

 

Maman allaite bebe coliques

À lire absolument