Neuf Mois pour les sages-femmes 9Love - L'Eshop GrossesseLes meilleures mutuelles grossesse

Comment récupérer après l’accouchement : Julia Simon aborde ce thème dans son livre « Bien Vivre le Quatrième Trimestre au Naturel »

  • Les 5 C du post-partum
  • Les traditions du post-partum dans le monde et l’importance de la chaleur
  • Ma recette préférée pour se réchauffer : le bouillon de poulet 

La grossesse dure 9 mois mais après ces trois trimestres où l’on a protégé son bébé bien au chaud dans son ventre, vient le quatrième trimestre. Une période de changement, un nouveau rôle, une nouvelle vie, tout change et c’est de cela dont désire nous parler Julia Simon dans son livre « Bien vivre le quatrième trimestre au naturel ». Publié aux éditions First, ce livre c’est une merveille de conseils et de solutions bienveillantes et décomplexées pour toutes les nouvelles mamans. Pour aider les mamans durant cette période de post-partum Julia, spécialité en périnatalité, tente de vous initier à la naturopathie dans votre quotidien pour vous aider à récupérer physiquement et mentalement. Ici, elle nous propose de plonger dans un des extraits de son livre « Les 5 C du post-partum » avec la mise en avant d’un fondamental pour retrouver la sérénité : la chaleur.

Les 5 C du post-partum

Cette période nécessite que la jeune maman se repose et intègre son nouveau rôle en douceur. Elle doit recevoir un soutien émotionnel et social. D’après moi, il y a 5 principes essentiels à respecter pendant toute cette période d’après-accouchement que nous reverrons tout au long du livre. Rappelez-vous que la durée de cette période dépend de ce que vous ressentez et que si cela est nécessaire, vous avez tout à fait la possibilité d’intégrer ses principes et de les garder pendant des années. Fixez vos propres règles selon vos besoins.

La chaleur : c’est la règle la plus importante après avoir accouché. Dans toutes les civilisations, la chaleur a toujours fait partie des premiers soins pour la jeune maman (dans certaines communautés, les premiers jours après l’accouchement se déroulent dans des lieux clos, avec des cheminées, des feux ou des pierres chaudes). Vous devez rester au chaud, même en été. Votre corps doit être maintenu au chaud et votre alimentation doit également être chaude (soupes, ragoûts) et réchauffante grâce aux différentes saveurs des aliments et des épices que vous utilisez.

Le calme : l’accouchement est un moment de stress pour le corps. Votre système nerveux reste en hypervigilance, vous permettant notamment de vous réveiller en pleine nuit quand vous entendez votre enfant pleurer. Le calme est donc nécessaire pour pouvoir vous ressourcer et recharger vos batteries.

Le cocon : vous aurez besoin de vous sentir soutenue dans un cocon composé de personnes bienveillantes. Elles seront d’un véritable soutien et pourront vous permettre d’être vous-même sans vous inquiéter de votre coupe de cheveux, de vos tenues ou de votre humeur. Elles seront là pour vous, pour faciliter votre nouveau quotidien.

La communication : pour que vos besoins puissent être reconnus et pris en compte, il faudra peut-être limiter le nombre de visites à la maternité et organiser les rencontres chez vous, à votre rythme. Pour coordonner tout cela, des discussions avec votre partenaire devront avoir lieu en amont pour que vous soyez d’accord et pour que vous puissiez informer votre entourage des mesures que vous aurez décidé de prendre. Communiquer est indispensable.

Les câlins : on parle beaucoup du peau à peau pour le bébé, mais sachez que c’est tout aussi essentiel pour vous, car il jouera un rôle important dans votre équilibre hormonal et sera une source d’apaisement*. Le post-partum est un moment très spécial de votre vie où vous devriez recevoir beaucoup d’amour et d’attention.

Les traditions du post-partum dans le monde et l’importance de la chaleur

C’est en étudiant l’énergétique traditionnelle chinoise que je me suis rendu compte que certains pays prêtaient une attention toute particulière à la jeune maman et qu’il existait des outils efficaces pour l’accompagner dans cette période de transition. Comprendre comment d’autres pays se soucient des mères et de leurs enfants est un excellent moyen pour prendre du recul sur nos propres pratiques. Globalement, les communautés en Asie, en Afrique et en Amérique du Sud continuent de mettre l’accent sur le repos de la jeune maman et sur la création du lien avec son enfant pendant des durées qui sont toujours proches des fameux quarante jours.

Deux exemples

En Chine

La première tradition que j’ai connue et que j’ai trouvé incroyable est le zuo yuezi qui signifie littéralement « s’asseoir pendant un mois » (ou plus traditionnellement quarante jours). Les jeunes mamans chinoises doivent se reposer et ne faire aucun effort physique afin de retrouver une bonne circulation énergétique. Les visites à la maison sont limitées et c’est la mère et/ou leur belle-mère (qui ont emménagé chez elle pour un mois) qui sont en charge de s’occuper d’elle. Les jeunes mamans doivent éviter toute source de froid, comme les aliments crus, l’eau froide (cela inclut les douches) et privilégier la chaleur via les bouillons et les soupes. Cela ne s’arrête pas à l’alimentation : elles doivent porter des manches longues, de grosses chaussettes et un chapeau, et cela même en été. Objectif : rester au chaud !

En Corée

Les jeunes mamans coréennes ne sortent pas de chez elles pendant les trois premières semaines qui suivent l’accouchement. Les parents ou beaux-parents de la jeune femme s’occupent de l’enfant pendant que la mère se repose. Elle se régénère en douceur grâce à l’alimentation et notamment aux soupes d’algues (Miyeok Guk) qui sont très riches en nutriments, iode et vitamine D. Une autre tradition utilisée en Corée pour récupérer physiquement est l’utilisation d‘un bain de vapeur vaginal aux plantes, le Chai-Yok, qui permettrait une meilleure circulation et aurait des propriétés anti-infectieuses.

Ma recette préférée pour se réchauffer : le bouillon de poulet

  • Temps de préparation : 15 minutes
  • Temps de cuisson : 2h30

Ingrédients :

  • 1 kg de carcasse de poulet ou 12 ailerons ou 12 pilons
  • 2 carottes (non pelées), brossées et coupées en rondelles
  • 1 oignon, non pelé (juste lavé) et coupé en quatre
  • 2 gousses d’ail, pelées
  • 2 branches de céleri, coupées en rondelles
  • 1 petit poireau, coupé en rondelles
  • 1 bout de gingembre frais (long comme le pouce)
  • 1 feuille de laurier
  • 2 branches de thym
  • 1 petite botte de persil, hachée grossièrement (avec les tiges d’une coté, et les feuilles de l’autre)
  • Sel, poivre

Préparation :

Commencez par rincer la carcasse de poulet (ou les ailerons/pilons) sous l’eau, puis déposez-les au fond d’une cocotte et recouvrez d’eau froide. Portez à frémissement pendant une trentaine de minutes et écumez (cela signifie que vous allez enlever l’écume et les impuretés qui se forment à la surface) régulièrement.
Ajoutez ensuite les légumes et les aromates. Salez et poivrez.

L’astuce du chef pour les aromates : faire un bouquet garni (enrouler dans une feuille de poireau le thym, le laurier et des queues de persil, ficeler le tout) pour faciliter le retrait des aromates en fin de cuisson.

Portez à frémissement, puis baissez le feu jusqu’à ce que l’eau fume (sans bouillir) et laissez cuire ainsi à feu doux pendant deux heures environ, sans couvrir. La viande va se détacher au fur et à mesure des os.
À la fin de la cuisson, vous pourrez retirer la carcasse et/ou les os ainsi que les aromates pour ne garder que les légumes, la viande et le bouillon.

L’astuce du chef pour les aromates : faire un bouquet garni (enrouler dans une feuille de poireau le thym, le laurier et des queues de persil, ficeler le tout) pour faciliter le retrait des aromates en fin de cuisson.


Deux options s’offrent à vous :

— vous pouvez filtrer le bouillon pour ne garder que le liquide. Je vous conseille alors de le faire refroidir, puis de le mettre dans des bocaux en verre (pratique pour emporter à la maternité) que vous mettrez au congélateur une fois refroidi (pendant 3 mois maximum).

— vous pouvez garder les morceaux de viande et les légumes avec le bouillon pour en faire une soupe. Vous pourrez conserver le tout environ 4 jours au réfrigérateur.

Vous pourrez rajouter le persil haché (riche en fer) au moment de servir.

 

*De nombreuses études ont été publiées sur l’importance des câlins. Une étude américaine menée par Sheldon Cohen en février 2015 a même évalué l’importance du câlin dans le renforcement de l’immunité.

 

Merci à Julia Simon, auteure du livre « Bien Vivre le Quatrième Trimestre au Naturel », aux éditions First, en vente sur Amazon

Retrouvez le blog de Julia Simon et ses nombreux conseils