Neuf Mois pour les sages-femmes 9Love - L'Eshop GrossesseLes meilleures mutuelles grossesse

Dépression pendant la grossesse : 5 clés pour la comprendre et en venir à bout

  • Comment reconnaître la dérépression prénatale ?
  • Quelles en sont les causes ?
  • Les solutions pour vaincre la dépression pendant la grossesse
  • Être en difficulté maternelle ne signe pas une incapacité à devenir une bonne mère
  • Quels sont les risques pour mon bébé si je fais une dépression prénatale ?
  • Prévention contre la dépression en période de grossesse 

Non, le monde de la grossesse n’est pas tout rose, pas toujours… Parfois, des nuages viennent assombrir le joli tableau coloré peint par notre imaginaire et le monde autour de nous… A l’injonction du bonheur peut venir se dresser un effondrement intérieur et silencieux. Toutes les futures mamans ont déjà entendu parler du baby blues ou de la dépression du post-partum, il existe une autre difficulté maternelle, moins connue, la dépression prénatale. Elle touche pourtant prés de 10% des femmes à des degrés divers. Sidonie Lombardo-Almespeck est psychologue psychothérapeute et revient pour nous sur tous les points à connaître pour comprendre et reconnaître cette dépression. 

Comment reconnaître la dérépression prénatale ?

La dépression prénatale n’est pas un simple changement d’humeur et n’a que peu à voir avec les bouleversements hormonaux. Comme dans la vie de tous les jours, il est normal au cours de sa grossesse d’avoir des jours avec et des jours sans. La dépression prénatale se traduit par un changement émotionnel en profondeur, global et durable. En voici quelques signes :

  • Perte d’envie et d’élan : ne plus prendre soin de soi, n’avoir plus envie de rien
  • Trouble du sommeil : dormir tout le temps ou au contraire ne plus dormir
  • Trouble alimentaire
  • Grande fatigue
  • Repli sur soi
  • Sentiment de tristesse, de culpabilité, d’incapacité voire d’inutilité
  • Anxiété
  • Hypersensibilité
  • Sentiment d’être seule
  • Idées noires

Quelles en sont les causes ?

Il n’y a pas une cause unique qui mène une femme à vivre une dépression pendant sa grossesse. Il s’agit d’un faisceau de causes qui, à un moment donné, celui de la grossesse notamment, se rejoignent et ne sont plus gérables psychologiquement. Chaque histoire est singulière et les événements de la vie ne viennent pas résonner en nous de la même manière. De manière générale, c’est le contexte de la grossesse qui est en cause, pas le bébé :

  • L’histoire personnelle : le moment de la grossesse est une période de réaménagement psychique, des conflits non résolus du passé peuvent remonter à la surface
  • Un manque de confiance et d’estime de soi : douter de sa capacité à pouvoir faire face à tous les changements induits par l’arrivée d’un enfant
  • La dynamique du couple : comment est accueillie cette grossesse ? Pouvez-vous être un appui l’un pour l’autre ? Traversez-vous une période difficile ?
  • Difficultés à vivre les changements physiques liés à la grossesse
  • Le contexte socio-culturel : la situation professionnelle, des soucis matériels, un contexte social insécurisant, l’isolement…
  • Des antécédents de dépression : avoir déjà traversé une ou des dépressions par le passé peut favoriser l’apparition d’une dépression pendant la grossesse. Mais il n’y a rien de systématique.

Les solutions pour vaincre la dépression pendant la grossesse

Oser parler des difficultés rencontrées est le premier pas essentiel pour pouvoir aller mieux. Par méconnaissance de la dépression prénatale, c’est souvent un pas très difficile à faire, parfois même avec son propre conjoint, tant la culpabilité et la honte de ne pouvoir être heureuse de cette grossesse sont importantes. La peur du jugement et de l’incompréhension sont de puissants silencieux. Devenir mère ne va pas de soi, cela commence bien avant la grossesse, dans l’histoire de chacune, dans la façon dont elle a été portée et comment ce portage a été porteur ou non. Porter un enfant, c’est le porter physiquement bien sûr, mais psychiquement aussi. Et ce portage psychique ne s’arrête pas à la naissance, il dure toute une vie. Il ne concerne pas que la mère, mais bien le couple parental. Il est donc nécessaire que chaque mère en devenir soit également portée, écoutée et soutenue pour lui permettre de porter son enfant si elle se trouve en mal de portage. Cette écoute attentive peut vous être offerte par votre médecin, votre sage-femme ou un psychologue. Vous pouvez également faire appel à des associations : l’association Maman Blues est spécialisée dans l’accompagnement des difficultés maternelles (voir les sources en bas de page). Elle propose également des relais dans toute la France, qui sont des lieux d’écoute et d’information. Enfance & Partage propose une plateforme d’écoute Allo Parents Bébé (0 800 00 3456), qui a pour mission d’écouter, d’orienter et de soutenir les parents inquiets dès la grossesse (source en bas de page).

Être en difficulté maternelle ne signifie pas être dans l’incapacité à devenir une bonne mère

Devenir mère et plus largement parent, c’est aussi se découvrir imparfait et s’aimer quand même, avoir cette indulgence envers soi de s’accepter tel qu’on est. Ni plus, ni moins. Ce travail d’amour de soi peut se faire à l’aide d’un thérapeute (psychologue ou psychiatre). Dans des cas plus rares, il arrive que la difficulté maternelle soit telle, qu’elle nécessite un traitement médicamenteux : quand le risque pour la vie de la mère et du bébé sont plus importants que les effets secondaires d’un antidépresseur. Cette décision doit être prise en étroite collaboration avec votre médecin qui estimera ce qui est le mieux pour vous et votre bébé.

Quels sont les risques pour mon bébé si je fais une dépression prénatale ?

Un des risques de la dépression prénatale est de se couper du lien avec son bébé, tant la future mère est prise dans ses tourments. Bébé peut alors se sentir bien seul lui aussi et à son tour se replier sur lui-même. Vous avez le droit d’aller mal, cela ne fait pas de vous une mauvaise mère. Dans la tourmente, il est important de continuer à parler à votre enfant. Il connaît déjà vos émotions. Il a juste besoin de sentir que vous êtes là avec lui, malgré tout. Dans les cas de dépression prénatale sévère, du fait de la difficulté de la future maman à s’occuper d’elle (manger, dormir, se rendre à ses rendez-vous de suivi…), cela peut entraîner :

  • Une fausse couche
  • Une prématurité
  • Un bébé de petit poids

Prévention contre la dépression en période de grossesse

L’apparition d’une dépression prénatale n’est pas prévisible. Chaque grossesse naît au sein d’un moment de vie et d’une histoire singulière. Avoir déjà vécu une grossesse ne protège pas de l’arrivée d’une dépression. Toutefois, il est possible de mettre en place des dispositifs qui soutiennent :

La psychothérapie

La grossesse étant une période de grands remous psychiques et physiologiques, la mise en place d’une thérapie de soutien peut être une bonne prévention pour les femmes qui se sentent fragiles. Développer une meilleure écoute et connaissance de soi : mieux se connaître, permet de mieux s’entendre et s’écouter. Cela permet de développer un meilleur discernement, c’est-à-dire pouvoir faire des choix qui soient en accord profond avec vous-même. Encore une fois, oser parler pour ne pas s’enfermer : oser parler de ses pensées parfois négatives ou d’un mauvais vécu de sa grossesse, sans honte ni culpabilité est une vraie prévention. Partager ces émotions désagréables peut permettre qu’elles ne prennent pas résidence.

L’haptonomie périnatale

L’accompagnement haptonomique pré et post-natal permet de prendre soin du devenir père et mère. « Les parents découvrent qu’ils peuvent se soutenir l’un l’autre et soutenir l’enfant dans son développement physique, psychique et affectif ». Ils découvrent aussi l’importance de l’être-là, de la qualité du lien au-delà du savoir-faire. Il existe un annuaire officiel des praticiens en haptonomie (source en bas de page).

Devenir parent, c’est apprendre à apprivoiser l’imprévu, développer sa confiance en soi, croire en sa capacité à faire face à des situations inédites. C’est pouvoir développer cet être-là, inconditionnel, à travers les joies et les tempêtes.

Sources : 

Enfance et Partage


Maman Blues

Soins de nos enfants

Centre International de Recherche et de Développement de l’Haptonomie  

Annuaire pour trouver votre professionnel en haptonomie 

Merci à Sidonie Lombardo-Almespeck, psychologue psychothérapeute pour cet article 

Recevez chaque semaine votre suivi de grossesse personnalisé

Ma date d'accouchement prévue


Mon E-mail


Mon Prénom


J'ai plus de 18 ans et j'accepte la politique de confidentialité de Neuf Mois.*

OUI je veux recevoir les cadeaux, échantillons et offres de NEUF MOIS et ses partenaires (Envie de fraises, Vertbaudet) à qui j'accepte que mes coordonnées soient communiquées.


* (obligatoire)
Vie privée : Les données recueillies font l'objet d'un traitement informatique, pour la gestion de votre compte utilisateur. Le destinataire des données est le community manager. Vous disposez d'un droit d'accès, modification, rectification et suppression, en vous adressant à webmaster@edlcmail.com.
Consulter la politique de données de NEUF MOIS.
Consulter les politiques de confidentialité des partenaires.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire