En train de lire
Quels sont les 15 aliments favorisant la lactation ?

Quels sont les 15 aliments favorisant la lactation ?

Le lait maternel est connu comme l’aliment le plus sain pour un nourrisson. Mais bon nombre de mamans peinent à nourrir leur bébé au sein. Il existe plusieurs solutions pour favoriser la lactation, mais rien de mieux que les remèdes naturels, sachant que tout ce que vous mangez sera également digéré par votre bébé. Dans son livre « The Ultimate Breastfeeding Book of Answers » Dr Jack Newman pédiatre et professeur à la Faculté de médecine de l’Université de Toronto, insiste sur les bienfaits d’une alimentation saine et équilibrée lors de l’allaitement.

Découvrez dans cet article les 15 aliments les plus efficaces, ainsi que ceux qu’il faut limiter.

L’indispensable : avoine

C’est un aliment riche en fer et facile à digérer. Il est en tête de liste, car c’est l’un des aliments les plus nutritifs. Il contient des protéines, des vitamines, ainsi que des minéraux et des oligo-éléments nourrissant les nerfs. Vous pouvez en préparer pour le petit-déjeuner, sous forme de porridges, de muesli ou bien en smoothies. Le fer stimule la production de lait et procure l’énergie nécessaire à la croissance du bébé.

Boissons lactogènes

Ce type de boisson inclut l’eau, les thés, les boissons gazeuses au gingembre, les bières non alcoolisées à base de racines de plantes naturelles. Il est surtout conseillé de boire de l’eau en grande quantité. L’eau est indispensable à la survie de la maman et du bébé. 80 % du lait maternel contient de l’eau, ainsi, pour assurer la qualité du lait, la femme allaitante doit boire au minimum 2L d’eau par jour.


Le fenouil

Le Fenouil est une herbe utilisée par les femmes depuis des siècles grâce à sa capacité à favoriser la lactation. Sa composition permet de modifier des hormones telles que la photoanéthole, la dianéthole et l’Anathole. Ses puissantes graines font de lui l’un des meilleurs aliments à consommer pour une femme enceinte. Elles sont composées de substances qui stimulent la production d’œstrogène et de prolactine, nécessaire à la production de lait.

La spiruline : l’algue aux nombreux bienfaits

La spiruline est très riche en protéines, en minéraux, en vitamines, en acides gras essentiels et en chlorophylles. C’est une variété d’algue non toxique, de couleur bleu-vert, utilisée pour sa capacité à stimuler la production de lait. Ses nutriments sont absorbés très facilement.
Vous pouvez l’acheter en comprimés ou bien en poudre. Dans ce dernier cas, n’hésitez pas à incorporer 1 à 2 cuillères à café dans un milk-shake, un smoothie ou une soupe.

Le super aliment : l’alfalfa

Plus connu sous le nom de feuille de luzerne, l’alfalfa est un aliment connu et reconnu pour être galactogène. Il peut être consommé sous forme de tisanes, comprimés ou de graines germées. Dans ce dernier cas vous pourrez facilement en parsemer dans vos salades composées !

L’ail

Manger de l’ail pendant l’allaitement est un remède de grand-mère efficace pour favoriser la montée du lait. En consommant de l’ail avant d’allaiter, la mère permet au bébé de téter activement et de boire la quantité de lait nécessaire pour sa croissance et son développement. Vous pouvez ajouter de l’ail à tous vos repas, en plus de vous aider dans votre allaitement, il donnera du goût à tous vos plats !


Le remède de grand-mère : la levure de bière

La levure de bière contient des protéines, du malt d’orge et est une très bonne source de vitamines du groupe B. Elle est connu depuis des millénaires pour favoriser la production lactée. Elle est également réputée pour booster la flore intestinale !

Les carottes

Elles sont riches en bêta-carotène, qui est un élément nécessaire pendant l’allaitement. C’est pour cette raison que les graines de carottes ont été utilisées depuis longtemps en tant que galactogènes. En cette période estivale, n’hésitez pas à grignoter des bâtonnets de carottes crus en cas de petit creux

Papaye verte

Ce type de fruit est très consommé surtout en Asie, en tant que galactagogue. Une papaye pas encore mûre contient une grande quantité d’enzymes et de vitamines A, B, C et E, qui sont des éléments nécessaires à la lactation.

La Fenugrec

Cette herbe a la capacité de stimuler les canaux dans le sein. Elle permet alors d’optimiser davantage la production de lait. Vous pouvez vous en servir jusqu’à ce que vous ayez une quantité de lait suffisante. Tout comme l’alfalfa, elle peut être consommée sous forme de pousses dans une salade ou en décoction dans une tisane.

Les épices

Les épices peuvent aussi favoriser la production laitière chez une femme. Pour bénéficier des effets escomptés, rajoutez dans vos plats : de l’aneth, de l’anis, du basilic, de la marjolaine et du carvi.

Huiles et graisses

Une femme enceinte a besoin de bonnes graisses pour influencer la composition graisseuse dans le lait. Elles participent grandement dans le métabolisme cellulaire et neuronal. Il faut cependant limiter les graisses saturées et les huiles végétales partiellement hydrogénées. Favoriser une huile de colza ou de noix pour vos vinaigrettes et une huile d’olive pour les plats nécessitant une cuisson.

Les aliments riches en protéines

Les aliments riches en protéines sont diversifiés. On compte parmi eux la viande, les œufs mais aussi le poisson. Privilégier des viandes maigres tel que le poulet ou la dinde. Attention, pour le poisson, il faut éviter ceux qui ont un taux élevé de mercure, dont le requin, l’espadon, le mackerel, le poisson-tuile et le marlin. La famille des noix (noix, noisettes, amandes) apporte beaucoup de protéines végétales. N’hésitez pas à en déguster en collation ! Achetez-les de préférence sans sel et non grillées.

Les légumes verts à feuille

On compte parmi elles les feuilles de betterave mangées en salade, les feuilles de pissenlit, le chou frisé, le persil, les épinards (excellent également pour avoir de l’énergie), et le cresson. En période estivale, dans de belles salades composées, ils sont très faciles à intégrer quotidiennement dans votre alimentation.

Les tisanes galactogènes

Pour plus d’efficacité, si vous souhaitez parfumer l’eau chaude que vous buvez, mettez-y un peu de verveine ou de feuille d’anis. Ces plantes favorisent la lactation, bien qu’il soit préférable d’en consommer modérément.

Les astuces naturelles pour favoriser la production de lait

Pour faire monter le lait maternel, nos mamies se sont contentées du peu qu’elles possédaient, mais qui s’avère vraiment efficace et que les mamans d’aujourd’hui n’hésitent pas à pratiquer.

La compresse à l’eau chaude

Parmi les remèdes les plus prisés, il y a le cataplasme à l’eau chaude. C’est une pratique facile à réaliser, et qui ne nécessite aucune dépense. En effet, il suffit d’utiliser un chiffon en coton imbibé d’eau chaude, et que vous devez poser au niveau de la poitrine. C’est aussi une astuce pour désengorger le sein lorsqu’il y a une surproduction de lait.

Les tisanes d’allaitement

Les tisanes d’allaitement sont une astuce permettant de favoriser la lactation. Elles sont proposées dans les magasins Bio. Il est également possible d’en préparer à la maison. Pour concocter votre tisane d’allaitement chez vous, il vous suffit d’ajouter de l’anis étoilée, du fenouil et du cumin dans de l’eau chaude. Pour qu’elle soit efficace, il est conseillé d’en boire plusieurs tasses par jour.

La tétée

Oui, ce n’est pas évident d’allaiter sans pourtant réussir à nourrir son bébé convenablement. Mais donner la tétée le plus fréquemment possible stimule la production de lait maternel. Il faut dans ce cas donner les deux seins pour que le volume de lait soit le même. Il faut beaucoup de patience, mais ce remède fonctionne réellement.

Le massage

Avant et pendant la tétée, massez doucement les deux seins pour stimuler la lactation. Pour ce faire, prenez le sein en formant un C avec la main, et massez de l’auréole jusqu’à cage thoracique. Ce geste est indolore, mais vous devez absolument le répéter avant chaque tétée. Pendant l’allaitement, faites le contraire, en massant de la cage thoracique jusqu’au mamelon afin que le lait sorte normalement.

Augmenter sa production de lait au tire-lait

Le tire-lait est conçu pour les mamans qui ont du mal à allaiter leur bébé, ou encore qui ne peuvent pas allaiter pendant les heures de bureau. Si la production lactée est insuffisante, le tire-lait participe aussi à la stimulation de la lactation.

Voir Aussi

En moyenne, la maman doit produire 750 à 1 L de lait par jour, car c’est le volume nécessaire pour un bébé. Comptez donc le double si vous devez allaiter des jumeaux. Si vous n’en êtes pas capable pour des raisons de santé ou autres, utilisez un tire-lait. Pour ce faire, essayez d’extraire le lait après même l’accouchement. Le tire-lait fonctionne comme la tétée, plus vous tirez du lait, plus la lactation s’améliore. Au minimum, utilisez votre tire-lait 6 à 8 fois dans les 24 heures, le jour et la nuit. Lorsque vous remarquez que le lait est abondant, ne changez surtout pas votre rythme, continuez et veillez à ce que le bébé boive autant de lait que possible.

Pour conclure, la production du lait maternel dépend en grande partie de ce que vous mangez, mais aussi de l’allaitement en question. Certains aliments sont à privilégier, tandis que d’autres sont à éviter. Buvez beaucoup d’eau. Ne vous lassez surtout pas d’allaiter votre bébé. Si le bébé est trop nerveux, utilisez votre tire-lait et suivez le rythme évoqué plus haut. Pour information, pendant le sevrage, continuez à donner le sein, mais en optant pour un intervalle de temps plus éloigné, en consommant les aliments qui diminuent la lactation. Vous éviterez ainsi l’engorgement des seins et bébé s’habituera doucement au biberon.

Les aliments qui diminuent la lactation

Si certains aliments favorisent la production du lait maternel, d’autres au contraire diminuent la lactation. Si vous n’êtes pas encore à l’étape du sevrage, vous devez éviter les aliments ci-dessous.

Le persil et la menthe

Beaucoup de femmes consomment du persil cru lorsqu’elles reprennent le travail pour diminuer la production de lait. Ces deux plantes stoppent la lactation lorsqu’elles sont consommées en grande quantité. En petite quantité, c’est-à-dire avec de la salade, elles présentent moins de risque.

La sauge

La sauge est à éviter au cours de l’allaitement, surtout pendant les 7 premiers mois de bébé, avant qu’il ne commence à manger d’autres aliments. Certaines gélules destinées aux mamans en sevrage sont même fabriquées à base de sauge.

L’oseille et l’artichaut

Ces légumes ne stoppent pas la lactation, mais elles ont la propriété de réduire la production de lait. Elles sont aussi favorables au régime pour la perte de poids si la maman souhaite se débarrasser des kilos en plus après l’accouchement.

Les aliments à éviter pendant l’allaitement

En général, aucun aliment ne doit être évité à 100 %, vous pouvez tout manger, mais modérément, pour les aliments allergènes tels que les crustacés et le soja. Évitez aussi les boissons gazeuses, et l’alcool. L’alcool que vous buvez reste dans le lait pendant 60 minutes environ, après, les traces disparaissent. Donc vous pouvez en boire occasionnellement, mais toujours en petite quantité et surtout éloigné des tétées. Si vous êtes accro au café, buvez-en, mais une demi-tasse suffit pour la journée. Lorsque vous mangez de la viande, évitez le foie, car il est plus difficile à digérer. Quant à la tisane, évitez la consommation élevée, car certaines plantes peuvent irriter le bébé.

Sources :

Leche League

Medical News Today

ResearchGate