Neufmois.fr » Ma Grossesse » Pourquoi insister tant sur les protĂ©ines, enceinte ?

Pourquoi insister tant sur les protéines, enceinte ?

Enceinte, il faut consommer des protéines. Pas simple quand on est plutÎt portée sur les légumes et les fruits ! On fait le point avec le Dr Paule Nathan, nutritionniste.

Sages-femmes, nutritionnistes, gynécologues, tous font une sérieuse fixette sur les apports en protéines : parti pris ou réel besoin ?

Un vrai besoin : un apport insuffisant en protĂ©ines peut gĂ©nĂ©rer des ƓdĂšmes et pas seulement au niveau des jambes ! Lorsque ces ƓdĂšmes sont localisĂ©s au niveau de l’utĂ©rus, cela peut provoquer des complications au cours du travail. C’est pour cela, entre autres, car il y a d’autres raisons, que l’on dĂ©courage les femmes enceintes de suivre un rĂ©gime vĂ©gĂ©talien pendant la grossesse. La carence en protĂ©ines est toujours problĂ©matique.

Pourquoi estimez-vous les protéines tellement essentielles pendant la grossesse ?

Elles font partie des nutriments bĂątisseurs et rĂ©gĂ©nĂ©rateurs, en collaboration avec les sels minĂ©raux et les vitamines. Le placenta, le liquide amniotique, l’utĂ©rus ont besoin des acides aminĂ©s apportĂ©s par les protĂ©ines pour se dĂ©velopper et Ă©voluer. Le dĂ©veloppement du fƓtus dĂ©pend aussi d’un bon apport en protĂ©ines. Celui-ci est Ă©valuĂ© Ă  1,5 g de protides par kilo et par jour. Si on pĂšse 60 kg, il faut donc manger prĂšs de 90 g de protides par jour (ndlr, il s’agit de la quantitĂ© de protides et non pas du poids de la portion) en alternant les protĂ©ines d’origine animale (viande, poisson, jambon, Ɠuf
) et celles d’origine vĂ©gĂ©tale (pain, cĂ©rĂ©ales, lĂ©gumes secs
) car elles n’ont pas la mĂȘme action. Les vĂ©gĂ©tales ont besoin de jouer la complĂ©mentaritĂ© entre elles : cĂ©rĂ©ales et lĂ©gumineuses au mĂȘme repas.

Enceinte et ensuite en allaitant, y a-t-il un risque Ă  trop en consommer ?

Pas assez ou trop peu pose toujours problĂšme, mĂȘme si c’est de maniĂšre diffĂ©rente. Le principal risque pendant la grossesse est le surpoids du fƓtus, ce qui induirait la nĂ©cessitĂ© d’une cĂ©sarienne dans le moindre des cas, et des complications rĂ©elles en fin de grossesse, notamment en raison de problĂšmes rĂ©naux. Ces complications ne sont pas limitĂ©es qu’à la grossesse ou Ă  l’allaitement : toute personne qui consomme trop de protĂ©ines s’y expose. Le mieux est de se faire suivre par un professionnel de santĂ©, formĂ© en nutrition : diĂ©tĂ©ticienne, sage-femme ou mĂ©decin, pour analyser son alimentation et apporter les modifications nĂ©cessaires.


Source :

Guide nutrition grossesse de l’INPES

 


À lire absolument