Ramadan : peut-on jeûner lorsqu’on allaite ?

Jeûner enceinte, c’est possible ? Avec le début du Ramadan le 27 mai dernier, on a pensé qu’il était important de faire un point sur les précautions à respecter lorsqu’on allaite et que l’on souhaite jeûner.

Faire le Ramadan n’est pas une obligation lorsqu’on allaite

« Le Ramadan n’est pas obligatoire pour les femmes enceintes et celles qui allaitent« , indique Amelle Bouach, sage-femme. « La priorité, c’est la santé de leur enfant« . Les femmes allaitantes peuvent en effet être dispensées du jeûne si cela porte préjudice à leur bébé ou à leur propre santé. Elles peuvent choisir de reporter le jeûne à un autre mois de l’année ou de le compenser en donnant de la nourriture aux démunis.

Amelle Bouach déconseille de jeûner pendant l’allaitement et insiste sur le fait qu’il faut en parler avec un médecin ou une sage-femme avant de choisir de faire le Ramadan. Pour elle, la plupart des femmes respectent ces contre-indications : « la majorité des femmes musulmanes qui allaitent ne pratiquent pas le Ramadan« .

Jeûner pendant l’allaitement : quels sont les risques ?

Comme pour une femme enceinte, jeûner pendant la grossesse aura plus de risques de provoquer des crises d’hypoglycémie chez la femme allaitante que chez une autre femme. Elle sera également plus fatiguée et risquera de compromettre son équilibre nutritionnel.

Une femme qui jeûne pourra également voir sa quantité de lait maternel diminuer. « En période de privation, le corps va concentrer son énergie sur sa propre survie« , rappelle Raphaël Grunman, diététicien. Un jeûne, même court, peut donc provoquer un tarissement du lait, que la maman ne peut pas toujours anticiper car elle ne percevra pas forcément de signes avant-coureurs.

En outre, la composition du lait maternel évoluera, et il deviendra moins nutritif pour le bébé : plus aqueux, il contiendra moins de nutriments, de graisses et de protéines.


Les précautions à prendre si l’on choisit de jeûner pendant le Ramadan

Si votre bébé est exclusivement nourri au lait maternel, il pourra être préférable de ne pas faire le Ramadan. Si vous choisissez de le faire, arrêtez dès que vous vous sentez déshydratée (soif, urines foncées et odorantes), fatiguée, que vous souffrez de maux de tête ou que vous avez l’impression que votre quantité de lait diminue.

Il faut impérativement veiller à boire suffisamment d’eau, même pendant la journée. Le soir, lorsque vous rompez le jeûne, optez pour des fruits (par exemple des dattes) accompagnés d’un laitage qui permettra à l’organisme de ne pas faire de crise d’hyperglycémie en ralentissant l’absorption du sucre. Lors du repas, choisissez des féculents (pâtes, quinoas, riz…) et des aliments riches en protéines (viandes rouges ou blanches, poisson).

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire