5 conseils pour prendre plaisir à allaiter bébé

Allaiter, c’est naturel ? Certes, mais pas forcément si simple que ça. Voici quelques bases pour donner le sein sereinement et poursuivre l’allaitement aussi longtemps que souhaité.

Donnez le sein dès la naissance

Quand le nouveau-né est en bonne santé, l’idéal est de lui donner la première tétée dans les deux heures qui suivent la naissance. Il peut même s’en charger tout seul : peau à peau contre votre ventre, il rampe tranquillement jusqu’au sein et attrape le mamelon. C’est ce qu’on appelle le « fouissement », qui peut prendre une bonne heure.
Ce contact précoce facilite la succion dans les 24 heures qui suivent l’accouchement. Le nouveau-né boit alors le colostrum, une sorte de pré-lait épais et doré bourré de protéines, d’anticorps et riche en glucides et lipides.

Les trois premiers jours, on évite les bouts de seins en silicone qui diminuent de 25 % la production de lait. Passé de délai, ces accessoires aident à sortir le mamelon et à le soulager s’il est endolori dans les moments critiques. De plus, ils facilitent la prise du mamelon chez les bébés qui ne tètent pas intuitivement goulûment.

Placez bien son corps face à vous

C’est primordial pour éviter les crevasses et pour que la tétée soit rassasiante. Bébé doit être face à vous, son estomac contre le vôtre, bien maintenu par le dos et la nuque, et non pas la tête. Un coussin d’allaitement peut donc être d’une grande aide.

Pour l’encourager à ouvrir grand la bouche, caressez-lui la lèvre du bout du mamelon. Du coup, le menton collé au sein, le nez dégagé, la bouche grande ouverte, bébé devrait prendre dans sa bouche le plus loin possible le mamelon et l’aréole. Celle-ci doit être plus visible au-dessus de sa lèvre supérieure qu’au-dessous de sa lèvre inférieure.

Bien positionné, bébé peut baisser la langue et la tirer pour savourer son repas. Soutenez votre sein avec la main plutôt que d’appuyer avec le doigt pendant la tétée. Si bébé tète bien, vous devez l’entendre déglutir. Si le mamelon est abîmé, vous pouvez l’apaiser en le frictionnant avec du lait maternel, une crème à la lanoline ou un baume allaitement, voire un soin apaisant dermo-réparateur qui facilite la cicatrisation.

Laissez du temps au temps

Dans les 36 heures qui suivent l’accouchement, un nouveau-né est souvent un gros dormeur et il y a peu de chance qu’il réclame clairement sa tétée !

Après, vous comprendrez vite s’il est prêt à prendre le sein. Les signes ? Il se réveille calmement, il effectue des mouvements de la bouche et de la langue, il gesticule, il recherche le sein.
Inutile d’attendre qu’il pleure pour lui offrir son repas ! Ça le fatigue, et il sera moins vaillant pour la succion !
Inutile aussi de le forcer : il risque de ne plus avoir envie de prendre le sein. La plupart des bébés tètent 8 à 12 fois par jour et la tétée d’un sein peut prendre un quart d’heure à une heure, surtout les premières semaines.

Inutile de minuter les tétées mais, quand quand vous allaitez, veillez à ce qu’il vide le premier sein avant de lui donner le second pour qu’il boive le lait gras libéré en fin de tétée. Quand le sein redevient plus souple, moins « rond », c’est que bébé l’a bien vidé. Autre signe, le nouveau-né déglutit moins souvent en fin de tétée qu’au début. Repu, vous le voyez alors tétouiller et s’endormir.

Allaitez à la demande

On le répète, l’allaitement doit être à la demande. A la maternité, demandez que le berceau de l’enfant soit accolé au vôtre. Car la proximité physique, les échanges sensoriels d’odeurs, de regards, de sons sont une des clés d’un allaitement réussi.

Ensuite, quelques repères peuvent vous aider. Ainsi, la deuxième nuit, entre 36 heures et 48 heures de vie, un nouveau-né a de vraies fringales : il vient souvent de dormir beaucoup, histoire de récupérer, s’éveille et s’énerve. Il peut pleurer toutes les heures, freinant les tentatives de mise au sein. C’est le moment de tenir le coup !


Ensuite, il faut s’adapter aux pics de croissance : vers la troisième semaine et la sixième semaine de vie, les bébés réclament plus. Au biberon aussi, c’est alors qu’on augmente la ration d’eau avec une mesurette de lait en poudre en plus. Au sein, il suffit de les faire téter plus souvent jusqu’à ce qu’ils régulent leur prise.

Surveillez la couche

Beaucoup de mamans craignent que leur bébé ne boive pas suffisamment de lait. Inutile de le peser deux fois par jour et encore moins avant et après la tétée, sauf avis médical.

Il suffit de regarder sa couche : si bébé remplit 6 couches bien mouillées et fait trois selles liquides ou molles et abondantes par 24 heures, tout va bien.

Quant à son poids, qui peut être en effet un repère important, il faut savoir que, une fois passée la première semaine pendant laquelle un nouveau-né peut perdre 5 à 7 % de son poids de naissance, la croissance d’un enfant allaité exclusivement au sein représente 30 à 35 grammes par jour les trois premiers mois, et 20 grammes par jour les trois mois suivants. En moyenne bien sûr.

 

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire