3 choses à savoir avant l’entrée en mode de garde

La reprise du travail est toujours un moment chargé d’émotions pour une jeune maman. Pour bien le vivre, suivez les conseils de Fatiha Lattab, directrice de crèche, étape par étape, selon que bébé a 4 mois, 12 mois ou 18 mois.

Préparez bébé avant l’arrivée en crèche ou chez la nounou

Dès la fin du premier mois, confiez bébé à son papa une heure ou deux heures le samedi après-midi pour filer faire des trucs de filles : coiffeur, shopping…. Et encouragez le baby-sitting occasionnel pour apprendre, vous aussi, à dé-fusionner.

Ce qu’il faut savoir : Un tout-petit bébé n’est pas chamboulé parce qu’une tierce personne s’occupe de lui. Plus vite il sera habitué à de nouveaux visages, mieux il s’adaptera. Même si vous allaitez, vous pouvez, entre deux tétées, le confier à une personne de confiance.

Étalez le temps d’adaptation de bébé

Idéalement, il faut passer deux heures à la crèche avec le bébé tous les jours pendant trois jours, ensuite, on laisse bébé une demi-heure tous les jours, puis une heure, puis deux heures, puis une demi-journée, puis une journée entière. C’est le schéma idéal, mais si tout se passe bien, on peut accélérer l’acclimatation pour qu’elle soit effective en huit à dix jours. Ceci étant, toutes les crèches ne sont pas disposées à pratiquer ce rythme d’acclimatation bienveillante. Dans ce cas, avec une amie de confiance, trois semaines avant la reprise du travail, pratiquez cette acclimatation progressive pour que bébé s’habitue à être soigné par une autre personne que sa maman. L’acclimatation (trop) rapide prévue par la crèche se fera d’autant mieux alors. Chez une assistante maternelle, c’est plus simple, mais il faut bien organiser avec elle ce temps d’acclimatation prolongé…

Ce qu’il faut savoir : Si bébé entre en crèche vers 8 mois, ce sera plus difficile car à ce stade il ne supporte pas que sa mère s’éloigne de lui. Idéalement, il faudrait éviter de l’intégrer à cette période dite « peur de l’étranger ». Sinon, c’est important de l’avoir habitué tôt à une baby-sitter pour qu’il surmonte plus facilement ce cap un peu stressant pour lui. De même, si vous reprenez votre travail quand bébé à plus de 1 an, voire 18 mois, le rôle de la parole sera très important pour lui expliquer ce changement dans son mode de vie. Plus bébé aura été habitué à rester un peu à la halte-garderie, à être gardé une heure ou deux par la voisine, à jouer au côté d’autres enfants, moins l’adaptation à la crèche sera difficile. Mais les premières semaines risquent tout de même d’être compliquées. Mieux vaut prévoir d’acclimater bébé trois semaines avant la reprise de son travail, pour pouvoir le déposer juste le matin la première semaine, puis jusqu’après la sieste, puis toute la journée. Et gérer progressivement ses propres émotions : reprendre son travail la tête à l’envers parce qu’on a laissé un bébé hurlant de chagrin à la crèche, ce n’est pas top ! En général, la personne référente pour s’occuper de l’enfant discute beaucoup avec les parents avant l’intégration de l’enfant pour savoir ce qui l’intéresse, ce qui le console et le tout-petit finit par s’intégrer assez facilement, surtout si le projet pédagogique de la crèche propose suffisamment d’activités intéressantes pour lui.


Déléguez au papa ou à mamie les premiers jours de garde de bébé

Si possible, demandez au papa de déposer bébé à la crèche les deux jours précédant votre reprise de travail et bien sûr, le jour de la reprise et, si possible, le lendemain. Idéalement, pendant toute la période d’adaptation avant la reprise du boulot, il serait utile que le papa ou une tierce personne proche de bébé (mamie, papy, tante, oncle…) s’en charge au moins une fois par semaine. Ainsi bébé ne verra pas comme un crime de lèse-bébé le fait que maman, ce jour-là, ne l’emmène pas elle-même à la crèche. Et la maman sera elle aussi moins culpabilisée par l’idée d’avoir « abandonné » son bébé pour aller travailler.

Ce qu’il faut savoir : Un bébé ressent très fort les angoisses de sa maman, autant ne pas prolonger les adieux sur le pas de la porte, un petit bisou et un « à ce soir ! », sont suffisamment parlants pour bébé !

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire