Portrait d’un papa blogueur

C’est l’un des papas blogueurs les plus célèbres de la Toile. Sur son blog, il parle de la famille, de cuisine, et surtout de son rôle de « nouveau papa ». Rencontre.

Franck, pourquoi avoir crée votre blog « Papa blogueur » ?

La réponse est assez simple, je vis dans le monde du Net, à la maison comme au boulot et ce depuis les débuts de la Toile (1998 pour moi). A un moment donné, j’avais envie de créer un blog pour moi, un blog de papa. Il n’y en avait pas des masses sur le Net francophone et encore moins qui marchaient réellement. . Ensuite, je cherchais un nom de domaine libre lorsque Papa Blogueur est venu naturellement.

Que peut-on trouver sur votre blog ?

Je parle de ma vie de famille, de mon rôle de papa. On peut trouver des conseils en éducation . Mais je publie aussi des articles sur ma vie de bricoleur à la maison, je parle aussi cuisine avec mes menus  hebdomadaires (je cuisine beaucoup), de mes bons plans geek/high-tech familiaux. Et je donne aussi mes avis, et mes coups de gueule… !

Comment faites-vous pour concilier votre rôle de père, votre job et votre blog ?

C’est le plus dur en fait. Je travaille surtout le soir. Les journées à la maison, j’évite le plus possible. Je le faisais au début, mais Madame m’a fait comprendre qu’il n’y avait pas que le Net dans la vie.  Sinon, je note mes idées un peu partout, je profite de mes pauses déjeuner pour écrire, etc. J’essaye de définir au mieux mes priorités.

Quel public vous lit ? Plutôt des hommes ou des femmes ?

Les « femmes », même si j’ai souvent des commentaires d’hommes et d’autres papas blogueurs. Mes articles traitent beaucoup  de la  « vie de famille » et aussi de mon point de vue de nouveau père sur le rôle de la maman de nos jours. De plus, je fais partie de plusieurs groupes et communautés de « mamans », donc forcément, le public qui me suit est majoritairement féminin.

Quel style de papa êtes-vous ?

A multiples bras, comme mon avatar.J’ai parfois un sacré caractère, mais j’essaye, avec le temps d’être un peu plus zen. J’ai pris un congé parental d’éducation pour être avec ma famille le mercredi. Je bricole avec mes garçons, je joue avec eux et cuisine aussi, mais je n’aime pas lorsqu’ils font n’importe quoi. Je suis parfois très lâche et d’autres fois sévère, le pire c’est que je le sais, donc je fais attention.

Comment avez-vous vécu les grossesses de votre femme?

Chaque grossesse fut unique, de la découverte à l’inquiétude, du stress à l’attente, de la joie à la peur.
Ma femme a eu deux césariennes et  un accouchement par voie basse, 2 fois à attendre dehors et 1 fois en compagnie de ma femme (pour le second).Ce ne sont jamais les mêmes moments et pourtant lorsque le bébé est enfin là, le reste est mis de côté on ne voit que lui.

Que vous apporte au quotidien votre rôle de père ?

Malgré mes journées où j’ai parfois l’impression de gérer un micro centre aéré,  malgré mes douleurs dans le dos  à force de prendre les 2 derniers dans les bras (quand c’est pas les deux), malgré  le stress de l’aiguille de l’horloge allant trop vite ,  je me sens seul lorsqu’ils ne sont pas là !
Être père est une expérience extraordinaire. J’aime emmener mes enfants à l’école,  partager leur sourire, écouter les poésies d’école, leurs poèmes,  leur rire, leurs phrases que seuls les enfants peuvent pondre avec un regard frais et naïf… bref, c’est le bonheur.

Qu’est ce que vous avez trouvé le plus difficile dans la paternité ?

Savoir se remettre en permanence en question, notamment sur la manière d’éduquer un enfant. On calque la seule façon connue, celle reçue dans son enfance, qui hélas, n’est pas forcément toujours la meilleure dans tous les domaines. Avec le temps on s’en aperçoit des failles de ce système et il faut alors corriger le tir, trouver des solutions, adapter, changer, se cultiver et accepter d’avoir tort.

La chose la plus surprenante que vos enfants vous aient dite ?

Houlà, je pourrais en faire un livre. Avec 3 enfants d’âge différent, ce genre de petites phrases est monnaie courante. Mais comme j’ai une mémoire de poisson rouge, forcément je ne les retiens pas, désolé.


Vos enfants vous inspirent-ils dans vos écrits ?

Personnellement, je n’écris pas souvent sur notre vie privée, parce que justement c’est privé. Mais cela m’arrive tout de même. L’un de mes articles les plus lus se nomme « 10 idées de repas post-amydalectomie ». Il s’agit d’un post écrit  après l’opération des amygdales de mon grand garçon, il y a 1 an et demi. J’en ai d’autres, centrés sur la vie de famille mais contrairement à certaines mamans blogueuses, ce n’est pas ma spécialité.

Que voulez-vous leur transmettre ?

J’aimerais surtout leur apprendre à  devenir autonome, à être respectueux, à écouter les autres et parler de qu’ils ressentent aussi. Beaucoup de parents n’écoutent pas leur enfants, imposent et dictent leur façon de  se comporter. Hors, les enfants sont « aussi » des êtres intelligents, avec leurs sentiments, leur façon de penser. Il faut leur donner les moyens de s’exprimer , et nous on apprend beaucoup d’eux !

Trouvez-vous que le rôle du papa a changé ces dernières années ?

Oui beaucoup, c’est aussi pour cela que je me considère comme un « nouveau père » !La génération de nos pères  ne s’occupait pas, en général, des tâches « réservées » aux femmes. De nos jours, les papas sont plus à l’écoute de leur famille. Ils aident leurs femmes, conduisent les enfants à l’école,  j’en rencontre plein le matin ! On le voit aussi dans l’émergence des blogs de papa ou simplement leurs commentaires. Les « nouveaux papas » sont là et c’est très bien.

Quels conseils auriez-vous envie de donner aux futurs papas ?

De ne surtout ne pas rester campé sur ses positions. ll n’y a pas de honte à changer, ni à  accepter que notre comportement n’est pas le bon. Il est  toujours possible d’évoluer. Par  exemple, l’autre jour je lisais au bureau un magazine sur lequel étain inscrit cette phrase : « Parler pour que les enfants écoutent et écouter pour que les enfants parlent ». Un collègue papa regarde la couverture et me dit « pourquoi tu lis ça, pas besoin, il suffit de leur dire qui est le chef, ils comprennent et c’est tout ! ». C’est désolant de voir que certains parents sont  aussi emmurés dans leur position de « dominant »…  !

Franck | Papa Blogueur
www.papa-blogueur.com

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire