Allaiter sans crevasse ni douleur

Les crevasses, fissures qui se traduisent par une douloureuse inflammation du mamelon peuvent apparaître lorsque le bébé adopte une mauvaise position lors de l’allaitement ou lorsque le sein reste humide en permanence.

 

Allaiter peut parfois irriter le sein

Crevasses et fissures peuvent être une conséquence de l’allaitement, notamment lorsque le bébé adopte une mauvaise position au sein ou bien si le sein reste humide en permanence. Évitez la macération de la blessure à l’intérieur du soutien-gorge d’allaitement.

Si vous avez une ou des crevasses à un sein, votre médecin vous prescrira un produit à appliquer après chaque tétée – une bonne hygiène des mains et des seins est alors nécessaire. Vous pouvez, bien entendu, poursuivre l’allaitement tout en prenant soin de vos seins. Si la douleur est trop intense, vous pouvez suspendre les tétées au sein crevassé pendant 1 à 2 jours, le temps de bien cicatriser. Sachez que, dans neuf cas sur dix, les crevasses sont liées à une mauvaise position de votre bébé au sein. Veillez donc bien à ce que votre bébé ouvre grand la bouche avant de prendre le mamelon et une large partie de l’aréole, qu’il n’a pas besoin de tourner la tête pour téter, et que son ventre soit bien plaqué contre le vôtre.

 

Soigner des douleurs éventuelles liées à l’allaitement

Pour certaines mères, les premières tétées sont un peu, voire très, douloureuses. Cela est lié à certaines hormones (les œstrogènes), qui rendent le mamelon et l’aréole sensibles. Cela est sans rapport avec les crevasses et disparaît tout seul assez rapidement.


Une congestion mammaire peut parfois se produire au cours des premiers jours. Des massages du sein sous une douche chaude permettent de l’atténuer et de provoquer un flux, ce qui assouplit le sein. Des tétées fréquentes dès la naissance préviennent ce risque.

Avant toute prise de médicaments, demandez un avis médical car beaucoup d’entre eux passent dans le lait. Contrairement aux idées reçues, toutes les mamans ont la capacité physiologique d’allaiter correctement leur bébé. Leur lait est toujours produit en quantité suffisante et sa qualité est adaptée aux besoins de l’enfant. Bien sûr, vous ne rencontrerez pas systématiquement les désagréments évoqués (crevasses, fissures, douleurs….) dans ce qui précède !

Ce n’est pas parce qu’une mise au sein ne se fait pas toujours aisément qu’il faut vous décourager. Lorsque vous aurez trouvé votre rythme, dépassé les douleurs des premières  « montées de lait » et le qu’en-dira-t-on, surmonté les petits soucis sans gravité – mamelons douloureux, enflammés, ombiliqués, etc. –, réglé les éventuels problèmes de crevasses, bien informée, vous avez toutes les chances de vivre un allaitement serein, véritable prolongement de votre grossesse. Sachez d’ailleurs qu’il existe des livres simples et pratiques sur l’allaitement maternel, ainsi que des associations de mères expérimentées qui peuvent vous soutenir et vous aider. La sage-femme ou la puéricultrice sauront vous renseigner.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire