Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus grossesse » Le spermbot, un mini robot pour amĂ©liorer l’insĂ©mination artificielle

Le spermbot, un mini robot pour amĂ©liorer l’insĂ©mination artificielle

Afin que le taux de rĂ©ussite d’insĂ©mination artificielle soit au plus haut, des chercheurs allemands ont mis au point un « spermbot » : il s’agit de mini robots qui peuvent conduire le spermatozoĂŻde vers l’ovule. Une grande avancĂ©e vers la fin de la stĂ©rilitĂ© ?

Pour l’instant ce n’est encore qu’un prototype, mais il semblerait que cette toute nouvelle invention soit prometteuse ! AppelĂ©s « spermbots », ces mini-taxis ont Ă©tĂ© prĂ©sentĂ©s dans la revue scientifique amĂ©ricaine Nano Letters et ont Ă©tĂ© inventĂ©s par deux scientifiques des laboratoires Dresde et Chemnitz. Leur but ? Qu’un ovule soit fĂ©condĂ© le plus facilement lors d’une Assistance MĂ©dicale Ă  la ProcrĂ©ation (AMP) et surtout, qu’il le soit. L’insĂ©mination artificielle consiste Ă  introduire du sperme dans l’appareil gĂ©nital fĂ©minin. GĂ©nĂ©ralement, un traitement de stimulation ovarienne à prendre avant est prescrit afin de dĂ©clencher une ovulation et permettre le dĂ©veloppement d’un ou deux follicules.

En effet, bon nombre de couples ont recours Ă  une insĂ©mination artificielle car ils n’arrivent pas Ă  avoir d’enfant de façon naturelle. A savoir, un couple est considĂ©rĂ© comme infertile s’il n’a pas pu concevoir d’enfant aprĂšs 12 Ă  24 mois de tentatives. Mais il arrive Ă©galement que l’insĂ©mination artificielle ne fonctionne pas. En effet, si la stĂ©rilitĂ© provient de votre conjoint, le taux de rĂ©ussite Ă  la premiĂšre tentative est de 13% pour les moins de 34 ans. A la 3Ăšme tentative, le taux de rĂ©ussite est de 34% (source Eugin). Et plus les annĂ©es passent et plus les probabilitĂ©s de succĂšs diminuent, notamment en raison de l’ñge et de la qualitĂ© du sperme de votre compagnon.

Le « spermbot », invention révolutionnaire ?

Le « spermbot » serait donc un bon moyen pour que chaque insĂ©mination artificielle fonctionne. Chaque robot possĂ©dera donc une feuille en mĂ©tal plate qui en forme d’hĂ©lice, qui sera guidĂ©e par un champ magnĂ©tique qui tourne. Le principe ? Il viendra s’enrouler autour de la queue d’un spermatozoĂŻde considĂ©rĂ© comme Ă©tant « fatigué » et propulsera ce dernier Ă  vitesse grand V sur un ovule. Puis, aprĂšs l’avoir « dĂ©posé », l’hĂ©lice change de sens et repars. Pas mal non ?


Encore le stade de prototype

Pas question de s’emballer pour le moment, le « spermbot » est encore au stade du prototype. Dans un communiquĂ©, les chercheurs ont souligné qu’il restait encore « un long chemin Ă  parcourir avant de lancer les premiers essais cliniques ». Les raisons ? Il arrive qu’il se bloque autour de la queue du spermatozoĂŻde au moment de le « dĂ©poser » Ă  proximitĂ© de l’ovule. Mais ce n’est pas tout, cette mĂ©thode nĂ©cessite une technologie d’appoint concernant les images qui doivent suivre le robot et surtout le guider.

Le but est de pouvoir permettre aux couples d’arriver Ă  avoir un enfant dĂšs la premiĂšre tentative. En moyenne, c’est au bout de la sixiĂšme tentative que le test de grossesse est positif, quand il l’est. En France, la SĂ©curitĂ© Sociale rembourse Ă  100% les six premiĂšres tentatives d’insĂ©mination artificielle. Sinon, comme autre tentative, il reste la FĂ©condation In Vitro, oĂč le taux de rĂ©ussite est de 85% avec ses propres ovules pour les femmes de moins de 34 ans (source Eugin). Cette mĂ©thode du « spermbot » est justement en vue de remplacer la FIV pour les couples, chez qui cette technique ne fonctionne pas. La technologie peut-elle faire des miracles ?


À lire absolument