Insémination artificielle

Qu’est-ce que l’insémination artificielle ?

L’insémination artificielle est la plus ancienne technique d’assistance médicale à la procréation. Elle est indiquée lorsque les spermatozoïdes n’arrivent pas à atteindre l’ovocyte et à le féconder. C’est une méthode qui consiste à injecter des spermatozoïdes « préparés » dans la cavité utérine, le jour de l’ovulation. Pour donner le plus de chance à une grossesse d’avoir lieu, les ovaires sont alors soumis à une stimulation hormonale. L’insémination artificielle ne se fait pas à l’aveugle mais dépend d’un calendrier favorable.

Il existe deux types d’inséminations artificielles : l’Insémination artificielle intraconjugale (IAC) ou le don de spermatozoïdes fournis par la banque de sperme (IAD). Ces deux techniques permettent d’arriver à un même résultat : la fécondation, même si les démarches ne sont pas similaires. Dans le premier cas, le futur père fait un don de spermatozoïdes (quand il est en capacité de le faire) et dans le deuxième cas, des futures mamans ont recours à des dons de spermatozoïdes sains lorsque le conjoint ne peut pas ou ne doit pas donner d’échantillons en vue de donner lieu à une fécondation.

Pourquoi l’insémination artificielle est-elle importante ?

Cette technique permet à de nombreux couples ayant du mal à féconder naturellement, de se faire aider médicalement. D’ailleurs, cette insémination est pratiquée sans hospitalisation. C’est un médecin qui procède à la méthode et tout se fait alors « in vivo », c’est-à-dire dans l’organisme naturel de la femme.

La technique est peu contraignante tant pour l’homme que pour la femme puisque l’insémination artificielle ressemble à un simple examen gynécologique.

Pour l’homme, il est tout à fait possible de parler à un service médical adéquat si la masturbation pour le don de spermatozoïdes le rebute un peu.

En savoir plus sur l’insémination artificielle

Dans certains cas, il est tout à fait possible de congeler des spermatozoïdes si le couple désire donner naissance ultérieurement. Même si la congélation peut avoir un impact sur la qualité spermatique, la démarche est donc établie afin d’aider le plus simplement les couples qui rencontrent des difficultés à procréer.

Pour un peu plus de précisions sur l’origine de cette technique, on peut noter que la première insémination artificielle a été pratiquée sur une jument par les Arabes au XIVème siècle. Puis une chienne a également été inséminée artificiellement en 1780 par un prêtre scientifique italien, Lazzaro Spallanzani, et ce, grâce à sa découverte sur la fécondation d’ovules et de spermatozoïdes.


Chez l’homme, la première insémination artificielle a eu lieu en 1789. Grâce au chirurgien écossais John Hunter. Une première grossesse obtenue de cette manière a alors pu évoluer favorablement grâce à un don effectué par le conjoint. Pour ce qui est du don du sperme autre que par le conjoint, il faudra attendre 1884 et les travaux du Dr. William Pancoast.

Un peu de lecture sur l’insémination artificielle

Tout savoir sur l’insémination artificielle

Les nouvelles techniques liées à l’insémination artificielle