Tout savoir sur l’insémination artificielle

L’infertilité touche des milliers de couples chaque année en France. L’insémination artificielle est la technique d’aide médicale à la procréation la plus simple et la plus ancienne. Dans quels cas est-elle indiquée ? Comment fonctionne t-elle ? Est-elle réellement efficace ? Ségolène Hernnberger , gynécologue nous a aidé à y voir plus clair.

 

C’est pour qui ?

L’ insémination artificielle est mise en place dès lors que l’un des deux conjoints présente des troubles de fécondité.  Chez la femme, cela peut s’expliquer par des problèmes au niveau de la glaire cervicale  ou au niveau du col de l’utérus. Chez l’homme, cela peut s’expliquer par un problème de mobilité des spermatozoïdes. L’insémination artificielle peut se justifier aussi avec certaines formes d’infertilité inexpliquées.

 

Est-ce que je suis stimulée avant l’insémination ?

Un traitement de stimulation préalable est prescrit pour développer un follicule. Le développement folliculaire est suivi par échographie et prise de sang (dosages hormonaux). Lorsque le follicule est mature,  on déclenche l’ovulation et l’insémination est programmée.

 

Concrètement, comment ça se passe le jour J ?

Cette pratique ne nécessite pas d’hospitalisation. Le médecin, à l’aide d’un fin cathéter dépose les spermatozoïdes au fond de l’utérus et ils remontent naturellement vers les trompes à la rencontre de l’ovocyte. La fécondation  se fait selon le processus naturel, « in vivo » puisqu’elle se passe à l’intérieur du corps de la femme. Le sperme doit être recueilli par masturbation au laboratoire et préparé le jour de l’insémination.  Il est en effet aussi possible, dans certains cas, de congeler les spermatozoïdes pour une éventuelle utilisation ultérieure.

 

Est-ce que c’est efficace à tous les coups ?

Cette technique présente un taux de réussite de 10 à 20% par tentative.

 

Combien d’essais puis-je faire ?

La loi française autorise jusqu’à six tentatives d’insémination mais il semble raisonnable de se limiter à quatre essais. En cas d’échec de ces tentatives, il est conseillé de se tourner vers d’autres méthodes d’aide à la procréation (Fécondation in vitro, Injection intra-cytoplasmique de spermatozoïdes…).

 

Comment savoir si l’insémination a réussi ?

Un simple test de grossesse quinze jours après l’insémination donnera le résultat.


 

Quels sont les risques de grossesse multiple ?

Du fait de l’utilisation de traitements inducteurs de l’ovulation, les grossesses multiples sont fréquentes. On dénombre 17% de grossesses gémellaires et 3% de grossesses triples.

 

Est-ce que c’est remboursé ?

L’insémination artificielle coûte en moyenne dans les 500 euros. La caisse d’assurance maladie la prend en charge à 100%, sur demande du gynécologue.

 

Pour en savoir plus : www.procreationmedicale.fr

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire