Neufmois.fr » La CommunautĂ© » L’allaitement long est pour moi quelque chose de naturel

L’allaitement long est pour moi quelque chose de naturel

Hello la communautĂ© Neuf Mois ! Moi c’est Marina, maman de deux petits bouts vraiment trop mignons, j’ai choisi d’allaiter mon fils jusqu’à ses 26 mois et ma fille tĂšte encore Ă  14 mois.

Pour moi l’allaitement est quelque chose de naturel qui facilite la vie

J’ai toujours laissĂ© faire le bĂ©bĂ©. Jamais je ne me suis dit « quand ou comment je vais faire pour le sevrer ? ». Et mon fils s’est dĂ©tachĂ© du sein par lui-mĂȘme. Pendant ma deuxiĂšme grossesse, ma sage-femme m’avait prĂ©venu que peut-ĂȘtre le bĂ©bĂ© refuserait le sein car le lait redeviendrait du colostrum pour le futur bĂ©bĂ©. Mais mon fils a dĂ©cidĂ© de continuer à tĂ©ter et ça ne me dĂ©rangeait pas.

Et quand ma fille est arrivĂ©e, j’étais bien contente que mon premier tĂšte toujours car pour la montĂ©e de lait rien de mieux que deux bĂ©bĂ©s qui tĂštent. Et J’ai donc co-allaiter pendant 6 Ă  7 mois. Aujourd’hui, je suis enceinte de mon troisiĂšme enfant, mon lait s’est transformĂ© en colostrum et ma fille rĂ©clame toujours le sein. Je lui donne en complĂ©ment du lait de croissance pour subvenir correctement Ă  ses besoins et j’espĂšre bien qu’elle va continuer à tĂ©ter. Cela fait donc 2 ans et 9 mois que j’allaite mes enfants chaque jour et ce n’est pas prĂȘt de s’arrĂȘter.

Les dĂ©buts n’ont pourtant pas Ă©tĂ© simples

Mon fils ne prenait que le bout de sein, j’avais des crevasses hyper douloureuses et on voulait lui coller un biberon Ă  tout prix. Ça a durĂ© deux jours. On me menaçait d’envoyer mon bĂ©bĂ© en service de nĂ©onatalitĂ© s’il ne grossissait pas et s’il ne prenait pas le biberon.


Avec mon mari, on a tenu tĂȘte Ă  l’équipe, surtout Ă  la pĂ©diatre. Personne ne me disait quoi faire ou ne m’expliquait les choses jusqu’à ce que je tombe sur la sage-femme parfaite qui a su sauver mon allaitement. Elle a tout repris de zĂ©ro, elle a tirĂ© mon lait pour que la montĂ©e de lait arrive plus vite, puis elle a su positionner le bĂ©bĂ© comme il faut pour qu’il tĂšte bien. Et hop c’était parti. Mais c’était vraiment pĂ©rilleux et je passais mes journĂ©es Ă  pleurer de ne pouvoir faire ce qu’il fallait pour mon bĂ©bĂ© alors que pour moi, allaiter Ă©tait la meilleure chose Ă  faire. Jamais je n’avais songĂ© Ă  acheter un biberon ou du lait. D’ailleurs, mes enfants n’ont jamais connu les biberons.

Le papa m’a toujours soutenu Ă  200%, j’ai toujours assumĂ© ce choix et je suis entiĂšrement convaincue. C’est sĂ»r que je ne le crie pas sur tous les toits car je sais bien ce que la sociĂ©tĂ© actuelle en pense et que cela ne regarde que moi. Mais le peu de personnes avec qui j’en parle est plutĂŽt Ă©patĂ©.

 

 


À lire absolument