Neufmois.fr » La CommunautĂ© » J’ai grandi dans une famille homoparentale

J’ai grandi dans une famille homoparentale

Hello la communautĂ© Neuf Mois ! Moi c’est Marion, et je suis nĂ©e dans une famille homoparentale. Pour m’avoir, mes deux mamans ont Ă©tĂ© aidĂ©es un ami et aujourd’hui on forme une famille trĂšs unie. DĂšs les premiers instants oĂč je suis nĂ©e, j’ai reçu de l’amour Ă  n’en plus finir et j’ai eu une Ă©ducation comme les autres enfants. Mais malgrĂ© les doutes, les obstacles et les incomprĂ©hensions autour de moi, de nous, je suis aujourd’hui une femme comblĂ©e qui ne changerait pour rien au monde sa vie et son vĂ©cu.

Une dĂ©cision de cƓur

Je suis une adulte Ă  prĂ©sent et j’ai grandi avec deux mamans et un papa. A l’Ă©poque cela n’a pas Ă©tĂ© simple pour mes parents je l’avoue. Mes deux mamans souhaitaient plus que tout avoir un enfant. La nature ne pouvant offrir ce cadeau, elles ont demandĂ© au meilleur ami de l’une d’entre elles de devenir le gĂ©niteur pour la conception. TrĂšs proche de mes mamans, il est devenu un confident au fil des annĂ©es. Il a rencontrĂ© l’une de mes mamans Ă  l’Ă©cole militaire et il a toujours Ă©tĂ© au courant de l’homosexualitĂ© de ma mĂšre. TrĂšs honorĂ©, il n’a alors pas hĂ©sitĂ© longtemps avant de donner sa rĂ©ponse afin de leur permettre de devenir mĂšres. A l’Ă©poque, il Ă©tait cĂ©libataire et en dĂ©but de carriĂšre. Aujourd’hui, il est toujours seul et n’a conçu sa famille qu’avec nous. Cette situation lui semblait plus simple. C’est un homme quelque peu « sauvage », et partager sa vie avec une femme ne lui convenait pas.

Puis, afin de savoir quelle maman allait me porter, cela n’a pas Ă©tĂ© trĂšs difficile car l’une d’entre elles Ă©tant stĂ©rile Ă  son grand malheur, la question ne se posait pas. CĂŽtĂ© grossesse, quelques difficultĂ©s sont alors survenues. Le placenta n’Ă©tant pas bien fixĂ©, cela a obligĂ© ma mĂšre à rester alitĂ©e pendant 8 mois. Elle a pu sortir au 9Ăšme mois.

Une période de doutes

Ma mĂšre ne pouvant pas avoir d’enfant ainsi que mon pĂšre, Ă©tant tous les deux militaires, ils ont Ă©tĂ© amenĂ©s Ă  se poser des questions quant à leur situation professionnelle. Car à la fin des annĂ©es 80, c’Ă©tait un milieu oĂč ce sujet était tabou. De plus, les missions les obligeaient Ă  partir durant certaines pĂ©riodes.

Un accouchement long puis un bonheur ultime

Lors de ma naissance, mon pĂšre n’a pas dĂ©sirĂ© assister Ă  l’accouchement. Et ma deuxiĂšme mĂšre n’a pas pu venir en salle. Nous nous sommes alors retrouvĂ©es Ă  deux, ma maman et puis moi qui suis arrivĂ©e. Ce fut une Ă©preuve assez difficile pour elle car le travail a duré plus de 24 heures. Pour finir, je suis nĂ©e en excellente santĂ©.

Le personnel soignant n’Ă©tait pas au courant de la sexualitĂ© de mes mĂšres. Mes trois parents ont prĂ©fĂ©rĂ© ne parler que d’un papa et d’une maman. Et actuellement, je porte le nom de mon pĂšre car Ă  l’Ă©poque la paperasse Ă©tait trĂšs difficile Ă  gĂ©rer. A mon arrivĂ©e, du cĂŽtĂ© de mes mamans, c’Ă©tait l’extase ! L’enfant tant attendu Ă©tait enfin lĂ .

À lire absolument

Laisser un commentaire