Neuf Mois pour les sages-femmes 9Love - L'Eshop GrossesseLes meilleures mutuelles grossesse

Accoucher en plein confinement, Maude témoigne : « Je n’étais pas très rassurée parce que je sais que le risque zéro n’existe pas »

  • Maude, tu as accouché en plein confinement et surtout en plein pic, comment ça s'est passé ?
  • Et à la maternité, le papa a pu rester ?
  • Avais-tu peur d'accoucher en cette période ?
  • As-tu eu le temps d'avoir des cours de préparation à l'accouchement ?
  • Papa était là pour le travail ?
  • Qui était en salle d'accouchement avec toi ?
  • Comment était équipé le personnel pour l'accouchement ?
  • Et après l'accouchement, tu étais seule dans ta chambre pendant le séjour ?
  • Comment les équipes soignantes s'occupent-elle des mamans et des bébés ?
  • Ont-elle autant de temps pour vous qu'en temps de non confinement ?
  • Comment sont pris en charge les bébés ? 
  • Et pour toi, comment s'organisent les soins ?
  • On t'a fait des examens en plus avec le Covid au cas où ?
  • As-tu senti les équipes stressées ?
  • Tu es restée combien de temps à la maternité ?
  • As-tu eu des directives à respecter pour t'occuper de bébé pendant ton séjour ?
  • Et pour la sortie comment ça se passe ?
  • De retour à la maison tu as le droit à une sage-femme qui passe chez toi pour les premiers jours avec ton bébé ? 
  • On t'a donné des directives à la maison pour toi et bébé ?
  • Et le papa, comment va-t-il ? 
  • Tu dois retourner à la maternité pour les suites de couches, comment est-ce que c'est gérer ?

Accoucher, on a toutes cette impatience de voir enfin bébé arriver, le prendre dans nos bras, avec notre amoureux à nos côtés pour partager ce bonheur immense qu’est la venue au monde d’un enfant. En plein confinement les choses prennent une tournure différente, angoissante, on a envie d’être au jour J et en même temps on redoute ce jour, on a envie que tout se passe bien et pour nous rassurer une de nos jeunes mamans a désiré témoigner de son accouchement en ces temps compliqués. Maude a accouché il y a peu de temps en plein confinement. Elle nous raconte son accouchement et son séjour à la maternité.

Maude, tu as accouché en plein confinement et surtout en plein pic, comment ça s’est passé ?

J’ai accouché le jeudi 09 avril 2020 à 3h53, pendant la période de confinement, en plein pic de l’épidémie de Covid-19. Le jour J, je ne pensais pas que c’était LE jour J ! Malgré des contractions plus ou moins rapprochées j’ai continué mon quotidien. Ma sage-femme m’avait bien expliqué les différentes phases de l’accouchement et que lorsque le moment serait venu je le saurai . D’autant  plus qu’avec l’épidémie je ne voulais pas sortir inutilement et m’infliger plusieurs trajets en voiture jusqu’à la maternité, sachant qu’elle est a plus de 30 km de chez moi. Seulement je ne m’étais pas préparée à si bien supporter les contractions. Le travail avait, en fait, commencé et je me suis décidée à aller à la clinique quand ma poche des eaux s’est rompue, à ma plus grande surprise.

Et à la maternité, le papa a pu rester ?

Lorsque l’on est arrivés à la maternité le mercredi soir à 22h j’ai tout de suite été équipée d’un masque et mon conjoint a dû attendre dehors le temps de l’examen gynécologique. Il a pu me rejoindre seulement après que l’équipe médicale ait décidé que le travail avait commencé et que je ne pourrais pas rentrer chez moi. Tout a été très vite, il a également dû mettre un masque en rentrant puis une blouse, un calot et des sur-chaussures lorsque nous sommes passés en salle d’accouchement 30 minutes plus tard. A partir de ce moment il n’avait plus du tout le droit de sortir, peu importe le temps que le travail allait prendre.

Avais-tu peur d’accoucher en cette période ?

Je n’étais pas très rassurée parce que je sais que le risque zéro n’existe pas. Que se soit pour mon bébé, pour mon conjoint ou pour moi. Mais j’avais toute confiance en ma maternité, je savais pertinemment que toutes les mesures de sécurité seraient respectées et le fait d’accoucher dans une clinique privée où aucun cas de Covid-19 ne pouvait être accueillit en tant que patient, contrairement au CHU, m’a permis d’être plus sereine.

As-tu eu le temps d’avoir des cours de préparation à l’accouchement ?

La gynécologue qui a fait mon suivi de grossesse a insisté pour que je prenne contacte avec une sage-femme assez tôt. J’ai bien fait de suivre ses recommandations car j’ai eu mon dernier cours de préparation à la naissance le 14 mars, trois jours avant le début du confinement.

Papa était là pour le travail ?

Mon conjoint a pu être présent pour le travail, muni d’un masque. Nous ne sommes pas restés longtemps en chambre car j’avais fait le plus gros du travail chez moi. Nous sommes passés en salle d’accouchement 30 minutes après notre arrivée pour la pose de la péridurale. Mais à partir du moment où il est entré dans la clinique, il avait ordre de ne plus sortir du tout au risque de ne plus pouvoir revenir.

Qui était en salle d’accouchement avec toi ?

Mon conjoint m’a rejoint en salle d’accouchement une fois que ma péridurale était posée, puis nous sommes restés tous les deux. Il a dû enfiler une blouse, un calot ainsi que des sur-chaussures. Par la suite il n’y avait que le personnel soignant qui entrait et sortait, pour faire les vérifications habituelles.

Comment était équipé le personnel pour l’accouchement ?

Tout le personnel avait des masques et des gants en permanence dans toute la maternité. En salle d’accouchement ils ont enfilé, en plus, une blouse et une charlotte ou un calot.

Et après l’accouchement, tu étais seule dans ta chambre pendant le séjour ?

On peut dire que j’ai vraiment accouché au pire moment. Jusqu’au 5 avril le papa était accepté durant le séjour, en confinement, dans la chambre avec la maman et le bébé. Mais le lundi 6 avril les directives ont changé, il ne pouvait rester que deux heures après l’accouchement puis devait rentrer à la maison et ne revenir nous chercher que le jour de notre sortie. Ça a été un vrai choc lorsque l’on a appris la nouvelle et une véritable incompréhension. On se disait que les risques étaient pris à partir du moment où il pouvait rester avec moi pour le travail et l’accouchement, alors pourquoi pas après ? J’avoue l’avoir très mal vécu durant les 24h qui ont suivi l’annonce, j’ai beaucoup pleurer, je me suis sentie complètement dépassée par la situation. J’avais l’impression d’être punie et j’étais en colère que des gens puissent nous priver des plus beaux instants de notre vie, des premiers jours de notre bébé qu’on a eu tellement de mal à concevoir. Je me suis donc retrouvée seule un peu plus de deux heures après avoir accouché. Le personnel soignant n’a pas du tout été regardant sur l’heure et nous a laissé profiter le plus possible tous les trois. C’est assez bouleversant de se retrouver un peu livrée à soi-même avec ce petit être qu’on apprend à découvrir, d’autant plus quand c’est un premier bébé. On est novice, on a peur de mal faire et on n’a pas notre pilier pour nous rassurer. Mais le 10 avril au soir, 48h après mon accouchement une sage-femme est venue m’annoncer que la clinique avait revu leur organisation et acceptait de nouveau les papas en confinement dans la chambre. Un véritable soulagement et un vrai bonheur ! Mon conjoint a pu nous rejoindre dès le lendemain matin. Il est donc resté avec nous le samedi et nous sommes partis le dimanche midi.

Comment les équipes soignantes s’occupent-elle des mamans et des bébés ?

Dans ma clinique la nurserie était fermée, on ne pouvait pas y laisser son bébé pour essayer de récupérer un peu. On était vraiment confinés dans notre chambre avec un téléphone à disposition pour appeler une sage-femme ou une puéricultrice dès que l’on en avait besoin. Les sages-femmes m’ont aidé le premier jour car j’avais du mal à me déplacer mais par la suite je devais me débrouiller par moi-même.

Ont-elle autant de temps pour vous qu’en temps de non confinement ?

Je ne sais pas comment se passe un séjour en maternité en temps normal. Mais durant notre séjour à la maternité en confinement le personnel soignant se présentait uniquement sur demande, sauf pour les vérifications journalières obligatoires. Je pense qu’ils voulaient limiter au maximum le contact avec les patientes et leurs bébés.

Comment sont pris en charge les bébés ?

Pour mon fils on m’a tout montré le premier jour, les soins, le change, la tétée, etc. Autant dire qu’il faut être réactive et tout enregistrer car après on doit se débrouiller seule. Evidemment, si j’avais rencontré un quelconque problème je pouvais joindre quelqu’un tout de suite mais je pense que l’accompagnement a été réduit au minimum pour limiter les risques. Chaque matin une auxiliaire puéricultrice venait pour vérifier la température de mon fils, son taux pour la jaunisse et son poids.

Et pour toi, comment s’organisent les soins ?

Et pour moi, une sage-femme venait vérifier ma cicatrice, prendre ma tension et ma température tous les matins.

On t’a fait des examens en plus avec le Covid au cas où ?

Non pas du tout. Je devais obligatoirement mettre un masque lorsque le personnel soignant entrait dans ma chambre et ma température était prise chaque jour. Mais on ne m’a posé aucune question concernant une potentielle exposition au virus, la dernière fois que j’étais sortie ou si je présentais des symptômes.

As-tu senti les équipes stressées ?

J’ai trouvé l’équipe soignante parfaite, elles ont été très à l’écoute et très compréhensives concernant la situation. Elles ont tout fait pour que l’on se sente à l’aise dans la mesure du possible. Certaines m’ont même confié être en désaccord avec la décision d’évincer le papa après l’accouchement. C’est peut-être même pour ça que la maternité est revenue sur sa décision. Je pense qu’elles ont essayé d’être le plus présentes possible tout en respectant les gestes barrières afin de ne mettre personne en danger. Elles ont vraiment contribué à notre bien-être durant notre séjour, je leur en serais éternellement reconnaissante pour ça.

Tu es restée combien de temps à la maternité ?

Je suis arrivée le mercredi soir à 22h et je suis repartie le dimanche midi. Mon séjour n’a pas été écourté malgré la situation sanitaire. Je pense que la clinique a tenue à garder des conditions « normales ».


As-tu eu des directives à respecter pour t’occuper de bébé pendant ton séjour ?

Non, je devais uniquement porter mon masque lorsque j’étais en contact avec le personnel soignant. En dehors de ça, je pouvais m’occuper de mon bébé tout à fait normalement.

Et pour la sortie comment ça se passe ?

Pour la sortie, les conditions étaient les même qu’en temps normal. Bébé devait avoir repris suffisamment de poids et moi je ne devais présenter aucun problème suite à mon intervention chirurgicale. Le papa a eu le droit à un aller-retour jusqu’à la voiture pour aller chercher le cosy. Ensuite on a dû se présenter à l’accueil dans le hall d’entrée qui était désert le dimanche. J’ai réglé la facture de mon séjour puis nous sommes partis.

De retour à la maison tu as le droit à une sage-femme qui passe chez toi pour les premiers jours avec ton bébé ?

J’ai la chance d’avoir une sage-femme formidable que je peux joindre à n’importe quelle heure du jour et de la nuit. Elle a suivi tout mon séjour à la maternité et est venue dès le lendemain de notre retour à la maison puis cinq jours après.

On t’a donné des directives à la maison pour toi et bébé ?

La clinique ne nous a pas donné de directives mais ma sage-femme nous informé sur les bons gestes à tenir face à ce virus. Notamment suite aux sorties indispensables ou obligatoires, avec ou sans bébé, que l’on doit faire.

Et le papa, comment va-t-il ?

Pour le papa ça n’a pas été simple. On a eu un parcours de conception difficile et il a été présent pour tous les rendez-vous, puis pour toutes les échographies. On a attendu la naissance pendant neuf mois et du jour au lendemain il a du se résigner à ne pas être là pour les premiers jours de vie de notre fils. Se retrouver totalement seul chez nous après des semaines de confinement à deux, et ne pouvant voir son bébé qu’à travers un téléphone lui a brisé le cœur. Il reste tout de même très heureux d’avoir pu être présent le jour de l’accouchement, d’avoir pu me soutenir et m’accompagner comme on le souhaitait pour ce grand jour. Le point positif de ce confinement aura été pour lui d’être présent plus longtemps à la maison que son congé paternité ne l’autorise.

Tu dois retourner à la maternité pour les suites de couches, comment est-ce que c’est gérer ?

Ma sage-femme a continué le suivi de mes soins lorsqu’elle est venue chez nous après notre retour de la maternité, et j’ai mon rendez-vous post-natal début juin avec la gynécologue qui a fait le plus gros de mon suivi de grossesse et qui ne travaille pas à la clinique où j’ai accouché. Elle continue à prendre des rendez-vous et à recevoir ses patientes. Je n’ai eu aucune directive à suivre pour ce jour-là, mais je me présenterai avec un masque comme à chaque fois que je suis obligée de sortir.

Crédit photo :

Sheyline

Recevez chaque semaine votre suivi de grossesse personnalisé

Ma date d'accouchement prévue


Mon E-mail


Mon Prénom


J'ai plus de 18 ans et j'accepte la politique de confidentialité de Neuf Mois.*

OUI je veux recevoir les cadeaux, échantillons et offres de NEUF MOIS et ses partenaires (Envie de fraises, Vertbaudet) à qui j'accepte que mes coordonnées soient communiquées.


* (obligatoire)
Vie privée : Les données recueillies font l'objet d'un traitement informatique, pour la gestion de votre compte utilisateur. Le destinataire des données est le community manager. Vous disposez d'un droit d'accès, modification, rectification et suppression, en vous adressant à webmaster@edlcmail.com.
Consulter la politique de données de NEUF MOIS.
Consulter les politiques de confidentialité des partenaires.