Le credo de Camille Lacourt : « Les enfants malades, ça devrait être interdit ! »

Tadamtadam…. Attachez vos ceintures ! Aujourd’hui, Camille Lacourt, le champion des piscines olympiques et papa d’une petite fille de 18 mois, décolle pour la Mauritanie avec l’équipe Pampers/Unicef. But du voyage : vacciner des enfants mauritaniens contre le tétanos et solliciter la générosité du grand public autour de cette action. Le champion a papoté récemment avec Neuf Mois à propos de ce voyage. Un grand moment d’humanité mais on ne va se noyer dans la sensiblerie : les regrets et les larmes, ça ne tient pas lieu de bouée à Camille Lacourt. Son défi : battre les records de like sur la page Facebook de Pampers parce qu’un like, c’est un vaccin offert par la marque. Et un vaccin offert, c’est un enfant sauvé !

 

Au-delà de sa portée médiatique, que signifie pour vous ce parrainage ?

Justement, jouer les têtes de gondole, ça ne m’intéresse pas. Je refuse souvent ce type d’engagement parce que je n’ai pas le temps de m’engager concrètement et faire de la figuration, ce n’est pas mon truc. Surtout quand des enfants sont en jeu ! J’ai accepté cette action parce qu’il s’agit d’une semaine seulement et que mon emploi du temps à la mi-octobre me le permettait. Et puis, cela concerne la survie d’enfants, et pour moi, c’est un combat qui mérite qu’on s’engage à 100%. Les enfants malades, ça devrait être interdit ! Mais ça n’est malheureusement pas possible. En revanche, si on peut faire quelque chose pour leur venir en aide, alors il faut s’engager. Et c’est pour cela que j’ai accepté cette mission.

 

Vous mesuriez avant d’être sollicité l’impact du tétanos néonatal ?

Plus ou moins, comme tous les parents ici. Je suis papa, donc je connais l’importance de ce vaccin obligatoire en France. Mais je ne savais pas les ravages que le tétanos fait dans les pays sous-développés. Un enfant meurt toutes les 9 secondes dans le mois qui suit sa naissance !

 

Comment abordez-vous ce voyage : curiosité, inquiétude… autre sentiment ?

Inquiétude, non, pas particulièrement. Mais je sais qu’il y aura des émotions fortes, des rencontres bouleversantes. Je m’attends à vivre des choses très émouvantes.

 

Justement, votre première rencontre avec votre petite fille c’était comment ?

Mon premier peau à peau avec elle, c’est un souvenir magique, inoubliable. Une émotion incroyable. C’est là que j’ai expérimenté pour la première fois cet amour inconditionnel d’un père pour son enfant. Je ne savais pas ce que c’était, même si j’aime profondément mes proches : mes parents, ma femme… Maintenant que je suis papa, je suis encore plus touché qu’avant par le mal-être des enfants. C’est une cause que je défendrais toujours et un combat que je veux faire partager à ma fille, plus tard, quand elle sera plus grande. L’emmener visiter des enfants malades dans des hôpitaux par exemple pour leur apporter un peu de joie, du soutien.

 

Quel message voudriez-vous faire passer à l’occasion de ce voyage de 8 jours en Mauritanie ?

Que la cause des enfants qui meurent encore aujourd’hui du tétanos néonatal, c’est notre combat à tous. Nous pouvons tous contribuer à éradiquer le tétanos grâce à cette campagne Pampers/Unicef, qui a déjà résolu le problème tétanos dans 14 pays depuis le début de l’opération en 2006. Il n’y a même pas besoin d’argent : il suffit de liker. C’est génial cette mécanique de Like sur les réseaux sociaux ! Et puis, tous les jeunes parents ont besoin de couches, de lingettes, alors achetez les paquets qui portent le logo de cette campagne, parlez-en autour de vous. Likez, partagez… ça peut sauver des vies d’enfants !


 

 

Camille Lacourt, juin 2014.

 

© Stéphane de Bourgies 5

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire