Neufmois.fr » Conception » Un implant high tech pour mieux gĂ©rer sa fertilitĂ©

Un implant high tech pour mieux gérer sa fertilité

Depuis les doutes Ă©mis sur les pilules de troisiĂšme gĂ©nĂ©ration, le marchĂ© des pilules contraceptives, de deuxiĂšme et de troisiĂšme gĂ©nĂ©ration, a chutĂ© de 60%, essentiellement au profit du stĂ©rilet. Mais voilĂ  qu’un nouveau contraceptif longue durĂ©e s’apprĂȘte Ă  faire son apparition : il s’agit d’un implant, mĂ©thode dĂ©jĂ  connue, mais d’un genre nouveau.

Mis au point par un centre de recherches amĂ©ricain, le Massachussetts Institute of Technology (MIT), ce contraceptif prĂ©sentĂ© sous forme de puce sous-cutanĂ©e pourra ĂȘtre utilisĂ© par la patiente pendant seize ans. Avantage : ce contraceptif ne dĂ©livrerait pas d’ƓstrogĂšne mais uniquement de la progestĂ©rone, ce qui Ă©carte le risque de thrombose. Mais, comme l’actuel implant, le NexplanonÂź qui reste en place « seulement » trois ans, ce contraceptif occasionnerait parfois des saignements inopportuns et impossibles Ă  prĂ©voir. La perfection n’est pas de ce monde


 

Comment marche ce nouveau contraceptif ?

La micro-puce (20 mm x 7 mm) peut ĂȘtre implantĂ©e dans l’avant-bras, dans l’abdomen ou au niveau du fessier. Tous les jours, une dose 30 microgrammes de lĂ©vonogestrel sera diffusĂ©e, grĂące Ă  une batterie interne qui fera fondre le joint qui entoure la dose journaliĂšre de lĂ©vonorgestrel. La micro-puce en contient une quantitĂ© suffisante pour agir pendant 16 ans, stockĂ©e dans des micro-compartiments. Ça paraĂźt complĂštement incroyable, mais bon, c’est ça, la biotechnologie, ça tient parfois du miracle !

 

Et si je veux un bébé ?

C’est ça aussi le miracle : plus besoin d’enlever l’implant et de multiplier les gestes invasifs au cabinet de la sage-femme ou du gynĂ©cologue pour poser, enlever et remettre l’implant. Ce nouveau contraceptif est vraiment un surdouĂ©, sous rĂ©serve de son efficacitĂ© et de son absence d’effets secondaires qui restent encore Ă  dĂ©montrer : en effet, il est Ă©quipĂ© d’une tĂ©lĂ©commande qui permet activer et de dĂ©sactiver l’implant. Un clic, et zou, je me mets en mode zĂ©ro bĂ©bĂ©, un clic et, youpi, je commence Ă  tricoter la layette au moins en pensĂ©e, un troisiĂšme clic quelques mois plus tard et nous voilĂ  revenue en mode zĂ©ro bĂ©bĂ©. Et cela pendant 16 ans
 Ça paraĂźt trop beau pour ĂȘtre vrai
.

 

Et je l’aurais quand ?

Ah ça, pas tout de suite ! Va falloir attendre
 2018. Cet implant contraceptif Ă  tĂ©lĂ©commande a Ă©tĂ© mis au point Ă  l’état de prototype par le Massachussetts Institute of Technology avec le soutien de la Fondation Bill et Melinda Gates. Pour les annĂ©es Ă  venir, il y a encore quelques petites prĂ©cautions Ă  Ă©tudier, comme la confidentialitĂ© des donnĂ©es Ă©changĂ©es entre l’implant et la tĂ©lĂ©commande, mais aussi les Ă©ventuels effets secondaires du contraceptif. A savoir que l’implant actuel, outre l’inconvĂ©nient des saignements intempestifs, peut parfois rĂ©activer l’acnĂ© et il est aussi dĂ©conseillĂ© aux personnes en surpoids. Ce contraceptif high tech ne sera peut-ĂȘtre pas prescrit Ă  toutes les femmes en Ăąge de procrĂ©er.

À lire absolument