Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus grossesse » Une avancĂ©e possible pour la contraception masculine ?

Une avancée possible pour la contraception masculine ?

Des chercheurs amĂ©ricains du College of Pharmacy de l’UniversitĂ© du Minnesota (États-Unis) viennent de prĂ©senter de nouveaux travaux sur la contraception masculine.

Au congrĂšs annuel de l’American Cheminal Society, ces travaux ont permis de montrer que la contraception pour hommes s’amĂ©liore dans sa formulation chimique. Il faut dĂ©sormais qu’elle intervienne sans altĂ©rer la fertilitĂ© une fois que la pilule est stoppĂ©e et sans provoquer d’éventuels effets secondaires. Une Ă©volution certaine surtout quand on sait qu’une commercialisation de pilule contraceptive pour hommes ferait Ă©voluer les mƓurs de façon consĂ©quente.

Des essais prometteurs qui stabilisent les composés expérimentaux

La course des laboratoires est lancĂ©e depuis quelques annĂ©es dĂ©jĂ  sur la question. Mais une possible commercialisation de la pilule masculine reste encore en suspens. Il faut tout d’abord amĂ©liorer le produit, le rendre Ă©galement le plus agrĂ©able possible pour l’utilisateur notamment en enlevant tous les effets secondaires non dĂ©sirables.

Les essais ne sont encore qu’au stade du prototype car mĂȘme si l’Organisation Mondiale de la SantĂ© (OMS) a testĂ© prĂšs de 1 500 hommes sur la pilule contraceptive, cette derniĂšre n’est pas encore totalement maĂźtrisĂ©e. Il faut encore rendre plus soluble cette prise contraceptive masculine (et ainsi Ă©viter Ă  un homme de s’injecter des piqĂ»res quotidiennement) et ne pas altĂ©rer la libido. De plus, mĂȘme si la pilule encore Ă  l’essai devient de plus en plus fiable, les impacts de fertilitĂ© liĂ©s Ă  l’arrĂȘt de la pilule quelques annĂ©es aprĂšs son commencement doivent ĂȘtre anticipĂ©s.


NĂ©anmoins, il est notable dans cette nouvelle recherche qu’une meilleure stabilitĂ© des composĂ©s expĂ©rimentaux, qui permettent une action plus longue dans le corps, a Ă©tĂ© testĂ©. L’industrie pharmaceutique progresse donc petit Ă  petit mais des Ă©tapes nĂ©cessaires et importantes restent Ă  franchir.

Une avancée médicale complexe déjà testée auparavant

La stratĂ©gie mĂ©dicale lors d’une prise de pilule contraceptive masculine est claire : il faut apporter de la testostĂ©rone en excĂšs ou une autre hormone (la progestĂ©rone) afin de baisser au maximum celles sĂ©crĂ©tĂ©es par la glande hypophyse qui favorise elle le production de spermatozoĂŻdes. C’est notamment le cas pour les hormones folliculo-stimulantes (FSH) et lutĂ©inisantes (LH) dont le dĂ©ficit peut empĂȘcher la production de ces spermatozoĂŻdes.

Des tests similaires ont dĂ©jĂ  Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©s auparavant dont un fabriquĂ© dans un laboratoire indonĂ©sien. Les chercheurs ont rĂ©ussi Ă  crĂ©er une pilule masculine qui serait efficace Ă  99% mais qui ferait prendre du poids aux hommes. Échec donc pour ces messieurs qui ont prĂ©fĂ©rĂ© continuer leurs recherches pour s’éviter Ă  l’avenir quelques kilos en trop


Faire évolution les mentalités et la société

En plus de l’avancĂ©e mĂ©dicale prĂ©sentĂ©e lors de ce congrĂšs amĂ©ricain, il est aussi important de souligner l’avancĂ©e sociale que la commercialisation future d’une contraception masculine pourrait apporter.


Depuis 1967, en France, les femmes sont autorisĂ©es Ă  prendre la pilule et ainsi s’éviter des accouchements clandestins, souvent conduisant Ă  la mort Ă  cause de conditions hygiĂ©niques dĂ©plorables. Celles qui pratiquaient ce genre d’avortements risquaient la prison (selon la loi de 1920), la stĂ©rilitĂ© ou l’infirmitĂ©. Heureusement pour nous, la sociĂ©tĂ© a bien avancĂ© de ce cĂŽtĂ©-là


AvancĂ©e donc qui permettrait Ă©galement aux hommes de prendre une place plus importante dans la volontĂ© ou non de concevoir un enfant. Si la pilule est prise par l’homme comme par la femme, en cas d’oubli de l’un des deux partenaires, les risques pour la femme d’ĂȘtre enceinte diminuent considĂ©rablement. Et les hommes pourraient davantage maĂźtriser le risque de se « faire faire un enfant dans le dos »  Nul doute que cet argument pourra contre-balancer, pour certains, leur hĂ©sitation Ă  prendre la pilule



À lire absolument