Sur le point d’accoucher, elle continue l’haltérophilie !

Cette fan de fitness continue de porter des poids lourds et autres haltères… alors que son accouchement est prévu dans un mois…

Katja Harjanne continue de porter jusqu’à 100 kilos en haltères, de faire des exercices de cardio et de la gymnastique malgré son imposant baby bump. Mais la jeune femme de 39 ans, enceinte de 8 mois pour la première fois, estime que sa pratique intensive du sport l’a aidée à rester en bonne santé et en forme pendant la grossesse, a-t-elle assuré au Daily Mail. Pour elle, pas de problème pour porter l’équivalent d’un frigidaire, même avec son ventre rond et bébé qui grandit en elle.

 

Enceinte et halterophilie 1

 

Cela faisait trois ans qu’elle pratiquait l’haltérophilie quand elle a appris sa grossesse. Prudente, elle a quand même fait des recherches pour voir s’il pouvait y avoir des effets négatifs. Elle a trouvé qu’il était très positif de faire des exercices enceintes… Un peu de gym douce, pourquoi pas, mais de là à porter des haltères de 100 kilos, on est dubitatives…

La sage-femme de Katja lui a conseillé « d’écouter son corps » et estime qu’elle peut continuer le sport intensif. Katja, elle, veut « avoir confiance en [son] propre jugement ». Elle suit donc toujours 4 ou 5 entraînements par semaine, mais a simplement réduit ses efforts, pour elle et pour le bébé. Elle porte par exemple des poids un peu moins lourds.

 

Enceinte et halterophilie 2

 

Quant à son partenaire, Jason, 28 ans, il fait lui aussi du CrossFit et est très fier de sa compagne, fier qu’elle continue le sport. Parfois, il lui dit de ralentir un peu car elle est « trop compétitive sur certaines choses ». Elle a notamment arrêté les pompes classiques, car son baby bump touchait le sol.

 


Enceinte et halterophilie 3

 

La belle-mère de Katja par contre ne voit pas ces exercices d’un très bon œil. Pour elle, la future maman devrait rester à la maison se reposer. Quant à ses parents à elle, ils la soutiennent mais lui rappellent de faire attention. Côté inconnus, les réactions sont mitigées. Katja explique que les personnes qui pratiquent le CrossFit ou du moins qui s’y connaissent un petit peu, sont plutôt impressionnées, alors que ceux qui ne connaissent pas du tout ce sport extrême trouvent cela inquiétant. « Je pense que parfois on oublie que la vie continue et ne s’arrête pas avec la grossesse, ce n’est pas une maladie », affirme la future maman. Jason, lui, a « hâte d’être papa » : « J’ai hâte de voir le sourire sur le visage de Kat et regarder notre bébé dans les yeux et commencer notre famille ».

 

Enceinte et halterophilie 4

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire