Qu’est-ce qui a poussé des pédiatres français à remettre les pendules à l’heure sur l’allaitement ?

Pas contents, les pédiatres français qui ont lu dans une revue américaine de référence, JAMA, des propos sur l’allaitement maternel qui leur semblent totalement erronés. L’Association Française de Pédiatrie Ambulatoire (AFPA) a donc décidé de vous expliquer ce qu’il faut croire et ne pas croire si vous avez décidé d’allaiter votre bébé et ne voulez pas risquer de compromettre le succès de votre allaitement.

Pourquoi ce tollé ?

Surpris, les pédiatres de l’AFPA, à la lecture de plusieurs articles reprenant ces dernières semaines des affirmations de l’US Preventive Services Task Force (USPSTF) émises le 25 octobre dernier. Et que disaient-elles, ces affirmations ? Elles portaient essentiellement sur deux points : la sucette à donner à bébé pour prévenir la mort subite du nourrisson et l’allaitement mixte à la maternité pour éviter les risques de déshydratation. Selon les experts indépendants qui s’expriment dans le rapport publié par JAMA, sucette et allaitement mixte seraient indispensables, alors que les recommandations internationales allaient jusqu’ici en sens contraire. Les pédiatres français de l’AFPA s’insurgent contre des propos qu’ils jugent erronés.

Pourquoi la tétine n’est pas utile ?

L’Initiative Hôpital Ami des bébés (IHAB, émanation de l’Organisation Mondiale de la Santé) précise bien dans sa recommandation n°9 qu’il ne faut pas donner la sucette ou la tétine afin d’éviter de freiner l’allaitement. L’IHAB n’est pas en accord avec une étude signalant l’utilité de la sucette pour éviter la mort subite du nourrisson. « En fait, la sucette est bien plus souvent utilisée pour calmer les pleurs de bébé, avant même de lui proposer le sein, ce qui diminue d’autant la lactation », souligne le communiqué de l’AFPA. Qui en rajoute une louche : « Par ailleurs, il est souvent oublié de dire que, grâce à l’allaitement, le bébé et la maman synchronisent leur respiration pendant leur sommeil lorsqu’ils sont dans la même chambre. De plus, il est bien démontré que la proximité mère-bébé nécessaire à la situation d’allaitement est un facteur de protection contre la mort inattendue du nourrisson. »

Pourquoi refuser les compléments à la maternité ?

C’est le grand sujet de controverse dans les maternités, les compléments de lait infantile ! Quand la lactation tarde à se mettre en place et que bébé ne prend pas de poids, il n’est pas rare de se voir proposer des biberons de complément. Ce que justifient les experts du rapport publié dans JAMA en affirmant que « privilégier l’allaitement maternel exclusif des nouveau-nés les exposerait à des risques de déshydratation et d’hospitalisation ».


L’AFPA ne l’entend pas de cette oreille et alerte sur le fait que « c’est l’un des risques des sorties précoces de la maternité ou des accouchements à domicile » mais que cela peut être facilement évité « si la mère et son nouveau-né sont « accompagnés » par un personnel formé à bien reconnaître les signes d’efficacité d’une tétée et d’une bonne lactation, y compris dans les situations à risque. » Ceci étant, beaucoup de femmes qui accouchent à domicile sont souvent rompues à l’exercice de l’allaitement maternel et en démontreraient à beaucoup de professionnels en maternité sur ce sujet. Ce dont ne disconvient pas l’AFPA qui note dans son communiqué de presse que « les professionnels de santé ne sont généralement pas assez formés » et que « l’enseignement des futurs médecins ne prend pas en compte la physiologie de la lactation et les enjeux médicaux, psycho-affectifs et sociétaux de l’allaitement maternel. » Les sages-femmes et les puéricultrices n’échappent pas à ce jugement du « peut mieux faire », l’AFPA déclarant que « même si elles bénéficient d’une formation plus complète, celle-ci reste encore insuffisante. » Et de préciser que si, aujourd’hui en France, environ 530 000 femmes choisissent chaque année d’allaiter (66% des naissances), le sort de l’allaitement dépend grandement de l’implication personnelle et volontaire des soignants. Les mamans ne diraient pas mieux !

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire