Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus bĂ©bĂ© » PrĂ©maturitĂ© : quand la pollution atmosphĂ©rique joue un rĂŽle dĂ©terminant

Prématurité : quand la pollution atmosphérique joue un rÎle déterminant

Une rĂ©cente Ă©tude rĂ©alisĂ©e par les chercheurs du New York Langone Medical Center aux États-Unis rĂ©vĂšle qu’Ă  cause de l’impact nĂ©gatif de la pollution atmosphĂ©rique sur la grossesse, 3% des accouchements amĂ©ricains seraient prĂ©maturĂ©s. Les rĂ©sultats de cette enquĂȘte ont Ă©tĂ© publiĂ©s dans la revue mĂ©dicale Environmental Health Perspectives et confirment donc l’importance de l’environnement qui nous entoure et qui entoure plus particuliĂšrement la femme enceinte. Mais quels sont les coĂ»ts de cet impact sanitaire et qu’en est-il en Europe ?

Un coût gigantesque pour les soins médicaux

Les chercheurs amĂ©ricains se sont penchĂ©s sur les donnĂ©es fournies par l’Agence de la protection de l’environnement, du Center for Disease Control and Prevention et de l’Institut de mĂ©decine. En rejoignant et en analysant les donnĂ©es, ils se sont rendu compte que pour tous les bĂ©bĂ©s prĂ©maturĂ©s un soin mĂ©dical trĂšs important et trĂšs coĂ»teux Ă©tait Ă  prĂ©voir par l’État. Au total, plus de 4 milliards de dollars sont consacrĂ©s chaque annĂ©e pour aider les bĂ©bĂ©s nĂ©s prĂ©maturĂ©ment dont 760 millions pour qu’ils soient pris en charge sur une longue pĂ©riode et qu’ils bĂ©nĂ©ficient d’un traitement mĂ©dical adĂ©quat. En consĂ©quence, plus de 3 milliards de dollars servent Ă  accompagner les handicaps mentaux ou physiques des enfants ayant Ă©tĂ© prĂ©maturĂ©s.

Pour les États-Unis, cette aide financiĂšre reste un lourd fardeau Ă  porter surtout lorsque l’on sait que les dommages provoquĂ©s par la pollution sont le fruit de l’homme. Et c’est d’ailleurs ce que tient Ă  souligner Leonardo Trasande, professeur au NYU Langone et principal chercheur de l’Ă©tude : « Il est Ă©galement important de noter que cette charge [Ă©conomique] est Ă©vitable, et peut ĂȘtre rĂ©duite en limitant les Ă©missions des automobiles et des centrales Ă©lectriques au charbon ».

Des recherches encore Ă  approfondir

Nous savons d’ores et dĂ©jĂ  que, grĂące aux recherches scientifiques effectuĂ©es, il y a bien un effet nĂ©faste de la pollution de l’air qui joue un rĂŽle dĂ©vastateur pendant la grossesse. Cela est dĂ» aux produits chimiques toxiques qui se propagent dans le sang et qui donc vont directement, Ă  l’aide du cordon ombilical, dans le corps du bĂ©bĂ©. Ces particules fines de pollution causent Ă©galement du stress et celui-ci engendre un affaiblissement du placenta. C’est donc cela qui cause la prĂ©maturitĂ©.

NĂ©anmoins, les chercheurs amĂ©ricains prĂ©voient de continuer leurs recherches afin de comprendre le rĂŽle exact des polluants dans l’organisme d’une femme enceinte mais aussi Ă  quelle pĂ©riode ce phĂ©nomĂšne de prĂ©maturitĂ© est enclenchĂ©. Car il est vrai qu’aujourd’hui, nous ne savons rien quant Ă  la pĂ©riode de dĂ©clenchement de prĂ©maturitĂ© liĂ©e Ă  une pollution subite par la future maman. Plus qu’une question financiĂšre, la pollution atmosphĂ©rique devient une question sociĂ©tale, oĂč les enjeux humains sont remis en question.

Et en Europe alors ?

Le corps mĂ©dical et donc les rĂ©centes Ă©tudes scientifiques comme celle publiĂ©e dans la revue mĂ©dicale Environmental Health Perspectives s’accordent Ă  reconnaĂźtre que la pollution et donc la prĂ©maturitĂ© peuvent jouer un rĂŽle dans les maladies cardiaques et pulmonaires de l’enfant. PhĂ©nomĂšne donc inquiĂ©tant qui se gĂ©nĂ©ralise un peu partout sur notre planĂšte et notamment en Europe oĂč la pollution reste le premier facteur de risque sanitaire environnemental. Avec 430 000 dĂ©cĂšs de prĂ©maturĂ©s chaque annĂ©e, l’importance d’une rĂ©action environnementale est nĂ©cessaire voire impĂ©rative.

En France, mĂȘme phĂ©nomĂšne : environ 600 000 naissances sont prĂ©maturĂ©es et reprĂ©sentent donc 6,6% sur le total des naissances. Les causes de prĂ©maturitĂ© sont multiples et viennent en corrĂ©lation avec celles liĂ©es Ă  la pollution notamment avec le tabac, le stress ou les antĂ©cĂ©dents d’accouchements prĂ©maturĂ©s.

En 2014, la Fondation PremUp avait consacrĂ© le thĂšme de ses Assises Ă  ce problĂšme de sociĂ©tĂ© et ses effets dĂ©lĂ©tĂšres sur la santĂ© des femmes enceintes et des bĂ©bĂ©s Ă  naĂźtre. Occasion de rappeler, par la voix du Dr Elie Azria, chef de la maternitĂ© de Bon Secours, Ă  Paris, que l’un des polluants les plus dĂ©lĂ©tĂšres pour le foetus, le monoxyde de carbone, s’exprime dans le tabagisme. Et si l’on ne peut pas refaire le monde en ce qui concerne certains polluants industriels, celui-lĂ  peut ĂȘtre facilement combattu pendant la grossesse et autour de bĂ©bĂ© ensuite.

À lire absolument

Laisser un commentaire