Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus grossesse » Et si une simple prise de sang prĂ©disait la prĂ©-Ă©clampsie ?

Et si une simple prise de sang prédisait la pré-éclampsie ?

Il y a bien longtemps dĂ©jĂ  que les scientifiques cherchent Ă  savoir comment prĂ©dire la prĂ©-Ă©clampsie, une complication grave de la grossesse. Il semblerait qu’ils aient trouvĂ© : Ă  l’aide d’une prise de sang.

La prĂ©Ă©clampsie, qu’est-ce-que c’est ?

La prĂ©-Ă©clampsie se caractĂ©rise par une hypertension artĂ©rielle gravidique (HTA), associĂ©e Ă  l’apparition de protĂ©ines dans les urines. La plupart du temps, cette pathologie apparaĂźt dans la deuxiĂšme moitiĂ© de la grossesse, soit aprĂšs la 20Ăšme semaine de grossesse. En moyenne, elle touche 5% des grossesses et survient dans 70 Ă  75 % des cas lors d’une premiĂšre grossesse (source Inserm). Cette pathologie est l’une des causes de grande prĂ©maturitĂ©. Et pourtant, lorsqu’elle est dĂ©pistĂ©e Ă  temps, cette complication se traite facilement. VoilĂ  pourquoi des chercheurs europĂ©ens se sont penchĂ©s sur la question.

Un test sanguin pour prédire la pathologie

Les scientifiques ont alors mis au point un test sanguin permettant d’évaluer le ratio entre deux protĂ©ines (sFlt-1 et PlGF), produites par le placenta et retrouvĂ©es ensuite dans le sang de la mĂšre. La prise de sang a ensuite Ă©tĂ© testĂ©e sur plus de 1270 femmes de 14 pays diffĂ©rents. Toutes prĂ©sentaient soit un risque de dĂ©velopper la prĂ©-Ă©clampsie notamment en raison d’une obĂ©sitĂ©, d’une grossesse multiple ou encore d’antĂ©cĂ©dents familiaux, soient prĂ©sentaient dĂ©jĂ  les premiers symptĂŽmes. Le Dr Stefan Verlohen, principal auteur de l’étude, a tenu Ă  souligner : « Le problĂšme majeur avec la prĂ©-Ă©clampsie est que la prĂ©sentation clinique est variable et que les symptĂŽmes sont souvent non spĂ©cifiques. » D’oĂč un risque de passer Ă  cĂŽtĂ© avec toutes les complications qui en dĂ©coulent.

Les rĂ©sultats, publiĂ©s dans la revue mĂ©dicale amĂ©ricaine New England Journal of Medicine, ont montrĂ© que si le ratio Ă©tait infĂ©rieur ou Ă©gal Ă  38, la pathologie se dĂ©veloppait dans la semaine d’aprĂšs. Au contraire, s’il Ă©tait supĂ©rieur, la prĂ©Ă©clampsie se dĂ©veloppait dans les quatre semaines suivantes. A ce sujet, l’expert a dĂ©clarĂ© : « Le rapport sFlt-1/PlGF peut nous aider Ă  mieux prĂ©dire l’apparition de la maladie ou ses complications. GrĂące Ă  cela, nous pourrons Ă©viter les naissances prĂ©maturĂ©es et les retards de traitement. »


Le petit plus ? Les chercheurs affirment qu’à prĂ©sent, cette prise de sang peut ĂȘtre effectuĂ©e afin de prĂ©dire la pathologie avoir l’apparition des symptĂŽmes, dans le but de savoir si la femme enceinte va dĂ©velopper une prĂ©-Ă©clampsie, ou non. Une bonne nouvelle pour toutes les futures mamans, anxieuses Ă  l’idĂ©e de dĂ©velopper la pathologie. ProblĂšme rĂ©solu ? En principe, car reste Ă  fixer les modalitĂ©s de prescription de ce test (pour toutes ou seulement les femmes Ă  risques
?) et sa prise en charge (ou pas) par l’assurance maladie. A savoir, le laboratoire Perkin-Elmer, qui commercialise dĂ©jĂ  le test d’ADN foetal pour le dĂ©pistage de la trisomie 21, non remboursĂ© actuellement par la SĂ©curitĂ© sociale et particuliĂšrement onĂ©reux (environ 600€), lance actuellement un test de dĂ©pistage de la prĂ©-Ă©clampsie.

La pré-éclampsie, 2Úme cause de décÚs maternels en France

Selon l’Inserm, chaque annĂ©e en France, 40 000 femmes enceintes sont touchĂ©es par la prĂ©-Ă©clampsie. Et 1 fois sur 10, cette pathologie se dĂ©veloppe Ă  haut risque. GĂ©nĂ©ralement, c’est souvent lors de la premiĂšre grossesse qu’elle intervient, mĂȘme s’il n’est pas exclu de prĂ©senter la pathologie au cours d’une grossesse suivante. Parmi les facteurs favorisants : l’obĂ©sitĂ©, les grossesses multiples ou encore les antĂ©cĂ©dents familiaux, une hypertension chronique, voire aussi l’ñge de la mĂšre. Ce test de dĂ©pistage est donc une avancĂ©e pour la mĂ©decine et un soulagement pour la femme enceinte car cette pathologie est la 2Ăšme cause de dĂ©cĂšs maternels en France, avec environ 20 dĂ©cĂšs par an. Les filles, vous pouvez commencer Ă  mieux respirer
, mais pas question pour autant de relĂącher le contrĂŽle des facteurs favorisants !


À lire absolument