Les échanges mère-enfant à travers le placenta

Au cours du troisième mois, le placenta va finir de se constituer. De très nombreux filaments vont grossir et s’organiser en villosités. Ce sont les arbres « villositaires ». C’est à leur niveau que se font tous les échanges mère-enfant sans que jamais les deux sangs ne se mélangent.

Le placenta est le lien entre la mère et le bébé

Au cours du troisième mois, le placenta va finir de se constituer. De très nombreux filaments vont grossir et s’organiser en villosités, un peu comme les branches et brindilles de plusieurs arbres qui s’enchevêtreraient et se termineraient par des milliers de petits tentacules. Ces derniers sont appelés arbres « villositaires » et contiennent chacun une artériole et une veinule entourées de cellules. C’est à leur niveau que se font tous les échanges mère-enfant sans que jamais les deux sangs ne se mélangent. L’oxygène du sang de la mère passe à travers les villosités pour régénérer le sang du bébé. Celui-ci renvoie vers le placenta son sang chargé de déchets et de gaz carbonique qui sont expulsés dans le sang de la mère. Au niveau du placenta, c’est donc un échange gazeux qui se produit entre les deux sangs. Le placenta est accroché à l’utérus par une trentaine de troncs, et le bébé, lui, est relié au placenta par le cordon ombilical.

Bébé communique grâce au placenta

Si vous ressentez soudain le besoin d’un aliment particulier, ne soyez ni étonnée ni inquiète. Au cours de la grossesse, votre organisme consume plus rapidement certains apports et se retrouve parfois en état de manque. Même lorsqu’elles paraissent bizarres aux autres, voire à vous-même, vos envies ont une explication. Envie de fruits ? Vous pouvez être en manque de vitamines . Un manque de calcium vous poussera à rêver d’un grand verre de lait. Si elles ne sont pas contraires à un régime équilibré, contentez vos envies sans remords. Car, en réalité, c’est bébé qui « réclame ».


Le placenta transmet aussi les maladies de la mère à l’enfant

Cela dit, il n’y a pas que des bonnes choses qui peuvent s’échanger avec son enfant. La rubéole , par exemple, cette maladie bénigne qui se signale par une légère fièvre, des ganglions et de discrètes taches rosées sur le visage, sous les aisselles et dans les plis de l’aine, peut provoquer chez l’embryon des malformations. La plupart des enfants contractent la rubéole avant l’âge de douze ans mais certaines femmes sont à l’âge adulte encore non immunisées. Si tel est votre cas, la seule prévention, une fois enceinte, est d’éviter tout contact, durant toute votre grossesse, avec un jeune enfant porteur de la maladie.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire