Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus bĂ©bĂ© » Pourquoi les Égyptiennes n’allaitent pas ?

Pourquoi les Égyptiennes n’allaitent pas ?

Aujourd’hui, le lait maternel est fortement recommandĂ© par l’UNICEF pour nourrir bĂ©bĂ© pendant au moins ses 6 premiers mois de vie. Mais il apparaĂźt que dans certains pays dans le monde la tĂąche s’avĂšre plus dĂ©licate… Ainsi en Égypte, seulement 40 % des nouveau-nĂ©s sont exclusivement allaitĂ©s jusqu’Ă  l’Ăąge recommandĂ©, selon l’EnquĂȘte DĂ©mographique et de SantĂ© (EDS) du ministĂšre de la SantĂ© Ă©gyptien publiĂ©e en 2014. La plupart des femmes citent le travail comme Ă©tant le principal frein Ă  l’allaitement.

 » Les femmes Ă©gyptiennes sont bien conscientes des avantages et de la nĂ©cessitĂ© de l’allaitement « , dĂ©clare Mona Mina, vice-prĂ©sidente du Syndicat des mĂ©decins au site web Ă©gyptien d’informations Mada Masr.  » Mais quand elles ont recours au lait infantile, c’est pour des raisons extĂ©rieures, la principale Ă©tant qu’elles doivent retourner au travail. » Selon elle, la durĂ©e de leur congĂ© maternitĂ© est bien trop courte.

Augmenter le congĂ© maternitĂ© pour permettre l’allaitement

Ahmed Said Younis, secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral de l’Association Ă©gyptienne pour la pĂ©diatrie et responsable de l’association Amis de l’allaitement, explique que le collectif pour lequel il travaille essaye de prolonger le congĂ© maternitĂ© Ă  six mois, ce qui serait conforme aux recommandations de l’UNICEF pour l’allaitement.

Il y a une heure rĂ©servĂ©e à l’allaitement maternel prescrite par la loi pour les mĂšres qui travaillent qui n’est souvent pas appliquĂ©e. MĂȘme dans les lieux de travail qui le permettent, une heure n’est pas suffisante pour que la plupart des femmes rentrent chez elles, nourrissent leur bĂ©bĂ© et retournent au travail.

Donner le sein en public : un problĂšme dans les villes

D’autres femmes disent avoir honte d’allaiter en public, surtout dans les villes. « Â Une fois, j’ai oubliĂ© le biberon de mon fils « , se souvient RenĂ© Edward, maman de 28 ans, « j’ai dû m’asseoir dans un coin sombre d’un magasin pour lui donner la tĂ©tĂ©e plutĂŽt que de rentrer chez moi et ruiner la sortie « . Elle ne voulait pas allaiter en public parce qu’elle se disait gĂȘnĂ©e que des gens la regardent.  » HonnĂȘtement, je ne vois plus aucune femme donner le sein en public aujourd’hui « , dit-elle.

AprÚs une césarienne, moins de femmes allaitent

L’accouchement par cĂ©sarienne est une autre raison importante du faible taux d’allaitement en Égypte. Amr Hassan, professeur de gynĂ©cologie Ă  la facultĂ© de mĂ©decine Qasr al-Aini de l’UniversitĂ© du Caire, explique qu’un taux Ă©levĂ© de cĂ©sariennes est associĂ© Ă  un faible taux d’allaitement. « En raison de la douleur aprĂšs l’opĂ©ration, les mĂšres sont incapables d’allaiter dans les premiers jours aprĂšs la chirurgie et perdent les premiĂšres heures importantes lors de la mise au sein du nouveau-nĂ© qui stimule les glandes mammaires. »

Selon l’Organisation mondiale de la santĂ©, l’Égypte a l’un des taux les plus Ă©levĂ©s de naissances par cĂ©sarienne dans le monde. Les donnĂ©es fournies par l’EDS de 2014 montrent que 52 % des accouchements ne se font pas par voie basse. Pour mĂ©moire, le taux de cĂ©sariennes, en France, est environ de  20%.

Une mauvaise information

Bien que le lait maternel ait des avantages pour la santĂ© de la mĂšre et de l’enfant, beaucoup d’Égyptiennes pensent qu’il provoque de l’obĂ©sitĂ©. Dans les zones rurales, beaucoup croient Ă©galement que l’allaitement conduit au cancer du sein. De plus, certains mĂ©decins peuvent conseiller le lait infantile par intĂ©rĂȘt commercial. Tous ces facteurs sont autant de raisons qui menacent l’allaitement en Egypte.

 

 

À lire absolument

Laisser un commentaire