Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus bĂ©bĂ© » Pleurs de bĂ©bĂ© : les mĂ©thodes pour l’aider Ă  faire des nuits complĂštes

Pleurs de bĂ©bĂ© : les mĂ©thodes pour l’aider Ă  faire des nuits complĂštes

Baby crying

La polĂ©mique reste toujours la mĂȘme au sein des foyers français : doit-on, ou non, laisser pleurer bĂ©bĂ© la nuit ? La rĂ©ponse, s’il en existe vraiment une, n’est jamais simple Ă  donner. De nombreuses thĂ©ories scientifiques et psychologiques se confirment entre elles, se contredisent et viennent ainsi rendre flou toutes les interrogations sur le sujet.

NĂ©anmoins, il reste important de faire le point sur les diffĂ©rentes mĂ©thodes employĂ©es pour essayer d’y voir plus clair et ainsi accompagner au mieux bĂ©bĂ© dans ces premiers pas vers l’autonomie.

Laisser pleurer bébé ? Pas la bonne méthode pour certains chercheurs

Le sommeil est vital et nĂ©cessaire Ă  la construction d’un bĂ©bĂ©. C’est comme faire ses premiers pas : une Ă©tape importante qui doit se passer du mieux possible pour Ă©viter des problĂšmes sur le long terme. Mais les avis divergent et il est difficile de s’y retrouver. Ce qui est sĂ»r, c’est que 20 Ă  30% des enfants ont des troubles du sommeil. Et cela peut ĂȘtre dĂ» aux habitudes de sommeil prises pendant la plus tendre enfance. Dans ces cas, les parents consultent la plupart du temps un pĂ©diatre, pour essayer d’y voir plus clair. Le problĂšme, c’est que ces troubles du sommeil apparaissant trĂšs tĂŽt peuvent avoir des rĂ©percussions importantes sur le long terme. SantĂ© fragile, attitudes et humeur faussĂ©es, agitation voire troubles scolaires sont d’autant de consĂ©quences alarmantes qu’il faut prendre en compte. Ainsi, il est primordial de se focaliser, en tant que parent, sur le bon dĂ©roulement du sommeil d’un bĂ©bĂ©.

Mais que doit-on faire ? Le laisser pleurer ? Aller le rĂ©conforter dĂšs qu’un pleur se fait entendre ?

La question est plus dĂ©licate que cela. Selon l’opinion publique, laisser pleurer son bĂ©bĂ© quelques minutes ne lui ferait pas de mal. NĂ©anmoins, certains sont rĂ©ticents car ils ont peur que le bĂ©bĂ© souffre par la suite de lourdes sĂ©quelles tant Ă©motionnelles que neurologiques qui peuvent ĂȘtre irrĂ©versibles. Lorsqu’un bĂ©bĂ© pleure et crie pendant la nuit, son taux de stress augmente considĂ©rablement. MĂȘme s’il est difficile de dĂ©terminer ce qui ne va pas chez bĂ©bĂ© (faim ?, soif ?, peur ?), certains parents ont du mal Ă  laisser ce stress augmenter encore et encore. A la longue, pour certains chercheurs, cela peut endommager le systĂšme nerveux central ainsi que la croissance ou le potentiel d’apprentissage. Certains vont mĂȘme jusqu’Ă  qualifier ces pleurs de « peur de la mort ». C’est le cas de la psychologue Katharina Saalfrank qui prĂ©cise mĂȘme : « Chaque seconde qui passe, les enfants ont peur de la mort ».

Pour d’autres chercheurs, comme c’est le cas pour Fabienne Becker-Stoll, directrice de l’Institut de PĂ©dagogie infantile de BaviĂšre, il est trĂšs important que les enfants aient une chaleur physique autour d’eux et sur laquelle ils peuvent compter. Baisser le stress de l’enfant reste donc une prioritĂ© qu’il ne faudrait pas nĂ©gliger. Selon elle, c’est seulement comme cela que les enfants peuvent construire des liens sĂ»rs et confiants avec leurs parents ou leur entourage. Si cette attitude n’est pas adoptĂ©e, il peut en dĂ©couler problĂšmes affectifs, troubles du sommeil, anxiĂ©tĂ© et symptĂŽmes dĂ©pressifs importants.

À lire absolument

Laisser un commentaire