Les perturbateurs endocriniens présents partout dans nos foyers ?

Publiée il y a un an, une étude de l’Observatoire de la qualité de l’air intérieur montre que l’air de nos maisons serait plus pollué que l’air de nos centre-villes. La moitié des logements serait concernée selon une information rapportée par BFM TV. Néanmoins, on sous-estime encore leur gravité. Pourtant, chaque jour, les endocrinologues (médecins qui étudient les hormones) observent leurs effets nocifs sur la santé et notamment celle des tout-petits. Les molécules à l’origine des dérèglements hormonaux se trouveraient partout dans nos foyers, des produits ménagers aux revêtements intérieurs.

Des dérèglements hormonaux constatés chez les filles, comme chez les garçons

Les dérèglements hormonaux se manifestent, entre autres, chez les filles par une puberté précoce et, chez les garçons, par une glande mammaire anormalement développée et une augmentation des cas de micropénis. De nombreuses anomalies probablement dues à un environnement pollué. A ce titre, le professeur d’endocrinologie pédiatrique à Montpellier, Charles Sultan affirme qu’il y a véritablement urgence à agir.

Ainsi, il déplore une recrudescence des cas et déplore : « Nous n’avons jamais [reçu] autant d’enfants qui viennent nous voir pour un micropénis, un hypo-développement de verge, jamais autant d’obèses dont on sait que cette pathologie ne s’inscrit pas dans un contexte familial prédisposant. […] Cette pollution insidieuse et invisible mériterait une prise en considération plus active de nos autorités de tutelle« . BFM TV rapporte qu’au moment de leur reportage, le médecin examinait le cas d’une jeune fille dont la puberté s’était déclarée prématurément. Il mettait alors en exergue son enfance où elle habitait près des champs de vignes et des pesticides…

Comment lutter ?

Pour limiter, voire endiguer l’exposition à ses perturbateurs endocriniens, il faut agir le plus tôt possible. En effet, même enceinte, le fœtus y est déjà très sensible. Alors, pour apprendre à rendre plus sain votre intérieur, il existe des ateliers domestiques qui vous conseillent. On y apprend, entre autres, comment faire l’impasse sur certains produits ménagers qui peuvent s’avérer être dangereux pour vos enfants. De plus, c’est important de rappeler que les soucis de santé qu’entraînent les perturbateurs endocriniens peuvent représenter un frein au bon développement psychologique et social de votre adolescent. Y faire attention devient donc une nécessité. Et finalement, alléger son intérieur de beaucoup de polluants (parfums d’intérieur, produits d’entretien très chimiques…) permet aussi d’alléger considérablement son budget. Du savon noir, du savon de Marseille, une lessive bio, un produit ménager pour tout nettoyer, du vinaigre blanc, des cristaux de soude… et on est parée pour un grand ménage sans trop d’effets négatifs sur la santé.


 

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire