Un nouveau vaccin contre les gastro-entérites graves de l’enfant voit le jour

Selon une étude publiée dans le journal médical américain The New England Journal of Medicine, l’efficacité d’un nouveau vaccin contre le rotavirus a été évalué a 66,7%. Le rotavirus est la première cause de diarrhée aiguë sévère chez le jeune enfant et fait des ravages dans les pays à faibles revenus d’Afrique et d’Asie. Sur les 500 000 enfants de moins de 5 ans qui meurent chaque année de ces gastro-entérites infantiles (GEI), plus de 85% d’entre eux viennent de ces parties du globe.

De difficiles conditions de conservation

Jusqu’à aujourd’hui, les vaccins efficaces contre les rotavirus devaient être conservés à basse température pour pouvoir être utilisés. Mais dans beaucoup de pays, les infrastructures disponibles ne permettent pas des conditions fiables de conservation des vaccins, pourtant indispensables à la survie de bon nombre d’enfants. Actuellement, deux vaccins aux rotavirus sont disponibles sur le marché, mais ils sont chers et doivent être réfrigérés tout au long de la chaîne d’approvisionnement. Ce qui n’est pas possible dans beaucoup de pays, condamnant de nombreux enfants, quand un vaccin est pourtant accessible au reste du monde.

Un vaccin thermostable

C’est pour cela que des chercheurs de Harvard TH Chan Ecole de santé publique aux Etats-Unis, ont évalué l’efficacité d’un vaccin thermostable, qui peut être conservé sans réfrigération. Pour cette étude menée au Niger, les chercheurs ont recruté 3 508 enfants en bonne santé. Chacun a reçu trois doses du vaccin ou un placebo à l’âge de 6, 10 et 14 semaines. Ces enfants ont ensuite été suivis dans des centres de santé locaux, où ils ont bénéficié de soins gratuits pendant deux ans. Suite aux résultats favorables de cette évaluation, le vaccin a déjà été autorisé en Inde, mais il doit encore être approuvé par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Il pourra ensuite être acheté par les Nations Unies et des organismes gouvernementaux, en vue d’une distribution en Afrique et en Asie.

Propos validés par la pédiatre Cyrielle Estevez


 

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire