5 choses à savoir pour protéger bébé de l’épidémie de gastro-entérite à rotavirus

L’alerte a été lancée concernant la gastro-entérite, le seuil épidémique vient en effet d’être dépassé dans quatre régions en France ! Pour le moment, la région la plus touchée est la Provence-Alpes-Côte d’Azur, avec 228 cas pour 100 000 habitants. On recense ensuite le Grand Est (avec 207 cas), les Pays de la Loire (avec 205 cas) et enfin les Hauts-de-France (avec 203 cas). On prend donc des mesures de prévention et de précaution pour protéger nos bébés de ce virus.

Attention aux lieux de vie collectifs et à la transmission de la gastro-entérite par la fratrie

Ce virus, présent dans les selles, se transmet facilement d’un enfant contaminé à un autre. Si bébé est à la crèche, le risque est plus grand qu’il soit contaminé, en raison du grand nombre d’enfants présents. Certes, un enfant contaminé est d’office exclu de la crèche mais le virus reste en circulation d’où le risque de contamination élevé. Le virus se transmet par les mains, les surfaces ou les objets souillés. Se laver les mains est un mode de prévention mais il faut savoir que le rotavirus résiste aux nettoyants classiques, même aux produits présentés comme désinfectants, et qu’il peut survivre plusieurs jours sur les surfaces et plusieurs heures sur la peau.

La fièvre n’est pas systématique

Une élévation de la température corporelle peut être un signe d’alerte mais pas dans tous les cas. En revanche, la gastro-entérite à rotavirus s’accompagne toujours de vomissements, de diarrhées, de douleurs abdominales et assez souvent d’une perte d’appétit qui génère souvent une perte de poids importante.

Vacciner bébé contre la gastro-entérite à rotavirus n’est plus recommandé

Allaiter, car un bébé allaité se défend mieux contre l’infection. Mais si ce n’est pas le cas, il reste la possibilité de la vaccination (par voie buccale) entre l’âge de 2 et 6 mois. Cependant le Comité Technique des Vaccinations a retiré en 2015 la recommandation qu’il avait été très hésitant à donner quelques mois avant, en raison de cas très rares d’invagination intestinale. Le vaccin n’est donc pas forcément la panacée, d’autant qu’il est très cher et non pris en charge par l’assurance maladie.

Désinfecter ses mains aussi souvent que possible pour protéger bébé de la gastro-entérite

Autre solution de prévention, et finalement la meilleure, l’hygiène, même si ce n’est pas une garantie à 100% car le virus résiste aux détergents et aux produits antibactériens. Néanmoins, se laver les mains plusieurs fois par jour (en sortant des toilettes, avant et après avoir changé bébé si possible avec des gants jetables vendus en pharmacie), avant de préparer le repas, avant de mettre la table, avant de prendre bébé contre soi pour un câlin. Et après le lavage des mains, il faut les sécher avec du papier de toilette et le jeter aussitôt. Si l’eau et le savon suffisent à la maison, à l’extérieur, il est possible d’utiliser un gel antibactérien. Mais prudence : ne donnez pas votre petit doigt à sucer à bébé après, il avalerait de l’alcool.


Consulter sans tarder dès les premiers symptômes

Lors d’une gastro-entérite à rotavirus, le risque de déshydratation est très inquiétant pour les nourrissons de moins de 1 an. Avant 4 mois, la gastro-entérite à rotavirus peut être mortelle. C’est pourquoi, dès les premiers symptômes, il faut consulter rapidement le médecin qui évaluera l’intensité de la déshydratation et décidera de la nécessité d’une hospitalisation. Il n’existe pas de traitement spécifique, hormis l’abstention de produits laitiers et la lutte contre la déshydratation via les solutés de réhydratation orale (à toujours avoir par précaution dans son armoire à pharmacie), remboursés par l’Assurance Maladie si votre médecin vous a fait une prescription.

Si vous allaitez bébé, l’alimentation au sein doit être maintenue mais, entre les tétées, il faut offrir à bébé des solutés de réhydratation orale, riches en vitamines et minéraux qui se sont perdues dans les selles. Au biberon, au bout d’une journée maxi, vous pouvez réalimenter bébé avec un lait sans lactose en maintenant les solutés de réhydratation orale tant que les selles restent liquides.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire