Neufmois.fr » Au fil de l'actu » L’hĂŽpital de Draguigan poursuivi par les parents d’un enfant handicapĂ©

L’hĂŽpital de Draguigan poursuivi par les parents d’un enfant handicapĂ©

Un couple de trentenaires rĂ©sidant dans le Var a portĂ© plainte contre le centre hospitalier de la DracĂ©nie Ă  Draguigan car celui-ci n’a pas su dĂ©celer le handicap de leur fils aujourd’hui ĂągĂ© de 10 ans. L’histoire est rapportĂ©e par le site internet de var Matin.

GĂ©raldine et SĂ©bastien, parents d’un petit garçon, poursuivent l’Ă©tablissement de santĂ© de la DrĂ©canie devant le tribunal administratif de Toulon. Leur enfant est nĂ© avec des malformations aux membres.

Des échographies en apparence « normales »

Amoureux, GĂ©raldine et SĂ©bastien dĂ©cident de devenir parents. Le papa est atteint d’une malformation aux pieds et ils savent qu’il peut y avoir un risque pour leur futur enfant car cette malformation est d’origine gĂ©nĂ©rique.
Les examens sont effectuĂ©s et le gynĂ©cologue fait part des rĂ©sultats Ă  la famille. « Il me disait que les Ă©chographies Ă©taient normales. Idem pour les Ă©chos morphologiques Ă  22 et 33 semaines. Celle Ă  22 semaines mentionnant mĂȘme membres supĂ©rieurs et infĂ©rieurs vus et semblant normaux », dĂ©clare la jeune femme, ĂągĂ©e de 21 ans Ă  l’Ă©poque.

C’est Ă  la naissance que GĂ©raldine et SĂ©bastien dĂ©couvrent les anomalies du bĂ©bĂ©, Ă  savoir une agĂ©nĂ©sie des deuxiĂšme et troisiĂšme doigts Ă  chaque main, des troisiĂšme et quatriĂšme orteils Ă  chaque pied ainsi qu’un kyste sur les reins. « Les sages-femmes ont posĂ© le bĂ©bĂ© sur mon ventre, sans rien dire. Le gynĂ©cologue est arrivĂ© trois heures plus tard, l’a regardĂ© et n’a rien dit. Nous aurions aimĂ© qu’il dise, au moins, qu’il n’avait pas vu, qu’il avait fait une erreur. Mais rien », raconte GĂ©raldine.

Les parents attendent des réponses, ils ne comprennent pas comment les médecins ont pu passer à cÎté de la malformation de leur fils.

Handicapé mais super motivé

Le petit garçon, dont on ne connaĂźt pas le prĂ©nom, est lourdement handicapĂ©. Il s’est fait opĂ©rer plusieurs fois Ă  partir de l’Ăąge de 3 mois. ÂgĂ© de 10 ans, il marche, difficilement, il essaie de se servir de ses mains, mais Ă©crit trĂšs lentement. Il ne peut pas enfiler ses chaussures, ni faire ses lacets, il ne peut pas compter avec les doigts (il a d’ailleurs redoublĂ© son CE1 Ă  cause de ce retard). « Tout est contraignant, mais il est super motivé », confie sa maman. ScolarisĂ© comme tous les autres enfants de son Ăąge, il fera sa rentrĂ©e au collĂšge en septembre prochain.

Peut-on vraiment tout voir ?

Si le couple a dĂ©cidĂ© d’amener cette histoire devant les tribunaux c’est pour que cela n’arrive pas Ă  d’autres familles. Pour leur avocat, il y a eu nĂ©gligence, cela ne fait aucun doute. MĂȘme si une premiĂšre expertise menĂ©e par la Commission rĂ©gionale de conciliation et d’indemnisation des accidents mĂ©dicaux a donnĂ© raison aux parents, cela ne veut pas dire que leur affaire est gagnĂ©e pour autant. Le rĂ©sultat de l’expertise ne donnant pas obligation Ă  l’assurance de l’hĂŽpital d’indemniser la famille, il faudra donc attendre la dĂ©cision du tribunal administratif de Toulon. Affaire Ă  suivre.

Mais rappelons toutefois que tout n’est pas toujours visible Ă  l’échographie et que lorsque l’échographe indique sur le compte-rendu qu’il n’a « rien vu de particulier », cela ne veut pas dire forcĂ©ment qu’il n’y a pas un souci non dĂ©celĂ©. L’obĂ©sitĂ© importante de la future mĂšre par exemple, peut empĂȘcher les clichĂ©s d’ĂȘtre prĂ©cis. Ou la position du bĂ©bĂ© ne permet pas toujours de voir certaines parties du corps. L’échographie est une grande avancĂ©e pour la mĂ©decine mais pas encore une science exacte.

À lire absolument

Laisser un commentaire