Contre l’avis des médecins, elle garde son bébé

Enceinte de 20 semaines, Rachel Collins apprend une mauvaise nouvelle : cette future maman est victime d’oligoamnios (manquer de liquide amniotique). Son bébé n’a alors qu’une chance sur 10 de survivre. Ses médecins lui conseillent donc d’avorter. Mais cette mère-courage décide de se battre et d’aller au bout de sa grossesse.

L’oligoamnios à deux mois de grossesse est extrêmement dangereux pour le fœtus. Cela entraîne dans la plupart des cas des malformations, ou des morts prématurées quelques jours après la naissance. Rachel Collins est enceinte pour la première fois et ne comprend pas ce qui lui arrive. Elle se demande pourquoi elle devrait laisser partir ce petit bout alors qu’il vit toujours en elle. Les médecins étaient pourtant catégoriques : 10% de chances de survie, ce n’est pas assez, mieux vaut avorter. Comme le témoigne Rachel Collins dans le Daily Mail : « Les médecins n’ont pas mâché leurs mots : ce bébé va mourir, le mieux que vous puissiez faire est d’y mettre fin ».

Mais cette future maman refuse de se décourager. Elle veut devenir mère. Rachel Collins va alors aller à l’encontre des avis médicaux et porter son bébé du premier au dernier mois. Pour cette jeune femme, c’était une évidence : « J’ai continué à y croire en tenant un journal… J’écrivais le bon comme le mauvais ».


Un hôpital de Birmingham a accepté de suivre sa grossesse à risques et l’a portée jusqu’à l’accouchement. Au bout de 30 semaines, Rachel Collins a du subir une césarienne d’urgence et a accouché du petit Alfie. Effrayée au début, elle se rend vite compte que tout va bien. Son petit bout de chou est en effet en très bonne santé, aucune séquelle n’a été décelée et il est déjà de retour à la maison avec maman ! Son journal est à présent bouclé, elle peut ainsi pouponner en tranquillité son petit miracle à elle.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire