Neufmois.fr » Ma Grossesse » Pourquoi faut-il mesurer la hauteur utĂ©rine ?

Pourquoi faut-il mesurer la hauteur utérine ?

Doctor measuring pregnant woman's belly

A partir du quatriĂšme mois de grossesse, Ă  chaque consultation, la sage-­femme ou le gynĂ©cologue mesure la hauteur utĂ©rine. Pendant cet examen le praticien s’arme de son mĂštre ruban et mesure le ventre afin de dĂ©terminer la croissance du fƓtus et la quantitĂ© du liquide amniotique. Neuf Mois vous dit tout de cet examen un peu codĂ© qui peut inquiĂ©ter parfois les futures mamans. A tort, le plus souvent !

La hauteur utĂ©rine : un contrĂŽle de routine en plus de l’échographie

Il s’agit tout simplement de surveiller la croissance du fƓtus et d’Ă©valuer le volume de liquide amniotique. A partir du quatriĂšme mois, cette mesure est rĂ©alisĂ©e verticalement, en position allongĂ©e, avec un mĂštre de couturiĂšre pour mesurer la distance entre l’os du pubis (symphyse pubienne) et le fond utĂ©rin.

A partir du quatriĂšme mois de grossesse, l’utĂ©rus doit mesurer environ 16 cm et prendre ensuite 4 cm par mois jusqu’au septiĂšme mois. Ensuite, on compte environ 0,5 cm par semaine jusqu’au terme. Ce n’est qu’une moyenne. ThĂ©oriquement, la mesure est fiable mais en fait le rĂ©sultat dĂ©pend beaucoup de la position du bĂ©bĂ©. Par exemple, s’il est en position transverse, cela va faire diminuer la hauteur. Et puis, tout dĂ©pend aussi de la corpulence abdominale de la future maman avant la grossesse. Ce n’est donc qu’une estimation, qui, dans de bonnes circonstances, donne à rĂ©flĂ©chir Ă  l’Ă©quipe mĂ©dicale. « Ces mesures de l’utĂ©rus renseignent sur la taille de l’enfant », explique le Pr Nicole Ciraru­ Vigneron, gynĂ©cologue­-obstĂ©tricienne, et coauteur de La Bible de votre grossesse (Ă©d. Leduc.S). « NĂ©anmoins, elles peuvent manquer de prĂ©cision car on mesure la totalitĂ© : utĂ©rus et liquide amniotique, ce qui peut conduire à des erreurs. La gĂ©nĂ©ralisation de l’Ă©chographie conduit parfois Ă  leur abandon mais, en fait, elles gardent tout leur intĂ©rĂȘt du fait de leur grande simplicitĂ© ».

Et si la mesure de la hauteur utérine est trop basse ?

Une faible hauteur utĂ©rine peut rĂ©vĂ©ler parfois une quantité basse de liquide amniotique mais c’est assez rare. Dans ce cas, il y a un risque de retard de croissance intra-utĂ©rin, le fƓtus Ă©tant insuffisamment alimentĂ©. Au moindre doute, le gynĂ©cologue prescrira une Ă©chographie de surveillance et certains examens qui permettront de vĂ©rifier la bonne santé du fƓtus.

En cas de retard de croissance intra-utĂ©rin, le suivi mĂ©dical exigĂ© peut comprendre une hospitalisation. Si la grossesse approche de son terme, l’accouchement peut ĂȘtre dĂ©clenchĂ© pour protĂ©ger le bĂ©bĂ©.

Et si la mesure de la hauteur utérine est trop haute ?

Contrairement aux idĂ©es reçues, une hauteur utĂ©rine Ă©levĂ©e ne signifie pas forcĂ©ment qu’un sumo miniature se prĂ©pare à entrer dans ce monde. Parfois, cet excĂšs est simplement dĂ» Ă  un liquide amniotique abondant. NĂ©anmoins, c’est vrai, cela peut aussi rĂ©vĂ©ler des pathologies lourdes, notamment des malformations du tube digestif ou du systĂšme nerveux central. Si la maman prĂ©sente un diabĂšte insulino-­dĂ©pendant, cela peut provoquer aussi un ƓdĂšme, tout comme les cas – extrĂȘmement rares – d’incompatibilité rhĂ©sus. Ces pathologies, qui peuvent nĂ©cessiter le dĂ©clenchement prĂ©maturĂ© de l’accouchement, ne sont pas rĂ©vĂ©lĂ©es par la mesure de la hauteur utĂ©rine : cette mesure sert seulement d’alerte et d’autres examens, donc l’Ă©chographie dont les mesures sont beaucoup plus fiables, viennent en complĂ©ment pour poser un diagnostic.

Si l’Ă©quipe mĂ©dicale, aprĂšs le calcul de la mesure, ne fait pas de commentaires, c’est donc… que tout va bien !

À lire absolument

Laisser un commentaire