En train de lire
La supplémentation en vitamine D, indispensable pour bébé

La supplémentation en vitamine D, indispensable pour bébé

La vitamine D est un élément essentiel pour la croissance osseuse de bébé mais vu qu’il ne doit pas être exposé au soleil à cause de sa peau fragile, il faut donc trouver d’autres sources. Le lait maternel de la maman peut apporter une grande partie des besoins du nourrisson.

Selon une récente étude dirigée par des chercheurs canadiens de l’hôpital St Michael à Toronto (Canada), les apports en vitamine D du lait du maternel sont une excellente alternative mais ne combleraient pas tous les besoins journaliers. Ils conseillent donc vivement une supplémentation régulière tout au long de l’allaitement.

Une étude qui montre l’importe de la supplémentation

L’étude publiée dans le American Journal of Public Health s’est penchée précisément sur les cas de 2508 enfants âgés de 1 à 5 ans. Ils ont été suivis pendant deux ans afin de comprendre au mieux l’évolution de leur taux de vitamine D grâce à des tests sanguins. Une comparaison a été effectuée entre un groupe ayant été supplémenté en vitamine D pendant l’allaitement et un autre n’ayant reçu autre apport de cette même vitamine D. Le résultat montre clairement que si l’allaitement se poursuit après la première année du bébé sans apport supplémentaire en vitamine D, chaque mois écoulé en plus est un risque augmenté de 6% de carences en vitamine D par rapport aux bébés ayant été nourris avec une alimentation supplémentée.

L’évolution de ce phénomène ne va pas en s’arrangeant puisque ces mêmes bébés atteignent 16% de sur-risque à 2 ans et 30% à 3 ans. Les résultats montrent également que si l’on ajoute des aliments solides en complément d’un allaitement au sein, les chiffres ne changent pas.


L’étude en conclut donc que si les bébés ne reçoivent pas une supplémentation pour combler ces carences, surtout s’ils sont nourris exclusivement au sein au-delà de l’âge de 1 an, leur taux en vitamine D est en dessous de ce qui est nécessaire.

Des chiffres alarmants mais qui font fi de la réalité

Chaque femme enceinte connaît les différents apports procurés par le lait maternel et notamment ceux de la vitamine D. La maman, elle-même, ne reçoit pas assez de vitamine D dans son corps pour être apte à la transmettre correctement au bébé par le lait maternel. Ne pouvant pas être exposé au soleil les premiers mois, bébé doit recevoir une dose assez conséquente en vitamine D et cela ne peut se faire s’il est nourri exclusivement au sein, surtout la première année. Dans le cas contraire, le bébé serait plus sensible aux maladies osseuses telles que le rachitisme.

Voir Aussi

Les médecins incitent donc fortement les parents à utiliser une dose quotidienne de vitamine D en gouttes depuis la naissance jusqu’à l’âge  de 1 an. Cette supplémentation est obligatoire pour que le bébé puisse se développer correctement, surtout dans les régions où le soleil est peu présent en hiver. Quand l’administration quotidienne de vitamine D n’est pas possible, les médecins conseillent d’utiliser des doses plus élevées, présentées en ampoule, à donner en une seule fois chaque trimestre. La supplémentation doit être présente autant que l’allaitement exclusif dure pour éviter tout risque de carences en vitamine D.

Mais si la carence peut avoir des effets délétères pour bébé, l’excès de vitamine D aussi. Attention donc de bien respecter le dosage prescrit par le médecin : un nourrisson allaité au sein devrait recevoir un supplément en vitamine D équivalent à 400 UI/j.


En cas de surdosage à 1 000 UI/j et plus, un syndrome d’hypercalcémie peut se déclarer chez les enfants hypersensibles. Lorsque les doses administrées dépassent 2 000 UI/j, la croissance de l’enfant peut être compromise. Alors pas d’excès de zèle, juste la bonne dose.


Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire