Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus grossesse » La prise de corticoĂŻdes in utero serait bĂ©nĂ©fique pour les grands prĂ©maturĂ©s

La prise de corticoïdes in utero serait bénéfique pour les grands prématurés

PubliĂ©e dans la revue britannique mĂ©dicale BMJ, une nouvelle Ă©tude tend Ă  prouver qu’injecter des corticoĂŻdes aux mamans susceptibles d’accoucher prĂ©maturĂ©ment serait bĂ©nĂ©fique pour la santĂ© du bĂ©bĂ© une fois nĂ©. MenĂ©es par une Ă©quipe de scientifiques issue de diverses universitĂ©s amĂ©ricaines, les recherches montrent en effet que l’utilisation de cette hormone de synthĂšse rĂ©duirait fortement le taux de mortalitĂ© des grands prĂ©maturĂ©s (nourrissons nĂ©s avant 34 semaines d’amĂ©norrhĂ©e).

A partir de quand les corticoïdes seraient bénéfiques ?

Pendant quatre ans, les chercheurs ont Ă©tudiĂ© le cas de plus de 100 000 enfants nĂ©s prĂ©maturĂ©ment (entre la 23e et 34e semaine d’amĂ©norrhĂ©e). Et, il s’est avĂ©rĂ© que ce sont les bĂ©bĂ©s nĂ©s le plus tĂŽt (dĂšs la 23Ăšme semaine) qui avaient le plus profitĂ© de cette injection de corticoĂŻdes in utero. En plus d’avoir limitĂ© le risque de mortalitĂ© infantile, ces derniers auraient permis de rĂ©duire significativement les complications liĂ©es Ă  la naissance prĂ©maturĂ©e comme les handicaps physiques et mentaux ainsi que les maladies graves.

En France, injecte-t-on des corticoĂŻdes aux futures mamans risquant d’accoucher trop tĂŽt ?

Aujourd’hui en France, lorsqu’une maman risque d’accoucher aprĂšs 24 semaines et avant 34 semaines, il est recommandĂ© d’injecter deux doses de corticoĂŻde (betamethasone) Ă  24 heures d’intervalle, pour aider le fƓtus Ă  se dĂ©velopper correctement, surtout sur le plan pulmonaire. Mais c’est la premiĂšre fois qu’une Ă©tude montre les bĂ©nĂ©fices des corticoĂŻdes sur les grands prĂ©maturĂ©s nĂ©s entre 23 et 24 semaines. Selon un rapport de la DREES (Direction de la Recherche, des Études, de l’Évaluation et des Statistiques du MinistĂšre de la SantĂ©) paru en octobre 2011, 7,4 % des naissances en France surviendraient avant terme. Cela reprĂ©sente 60 000 naissances en France en 2010 (Source : SOS PrĂ©ma). Cette Ă©tude confirme donc la nĂ©cessitĂ© d’un traitement prĂ©ventif par corticoĂŻdes chez les enfants nĂ©s prĂ©maturĂ©s et ce d’autant plus chez les extrĂȘmes prĂ©maturĂ©s.


À lire absolument