Neufmois.fr » Au fil de l'actu » MortalitĂ© infantile : une courbe qui ne cesse de baisser depuis 1950

Mortalité infantile : une courbe qui ne cesse de baisser depuis 1950

Les choses ont bien changĂ© depuis les annĂ©es 50, comme la courbe de la mortalitĂ© infantile qui a baissĂ© de maniĂšre stupĂ©fiante jusqu’à ce jour.

En 2015, beaucoup moins de bébés meurent dÚs leur premiÚre année, notamment grùce aux nombreux progrÚs de la médecine mais également grùce aux campagnes qui mettent en garde les parents contre la mort subite du nourrisson.  Mais dans les années 50, la réalité était toute autre !

En effet, selon une Ă©tude de l’Insee (Institut national de la statistique et des Ă©tudes Ă©conomiques) publiĂ©e mardi 6 octobre 2015, en 1950, 19 000 bĂ©bĂ©s garçons et 13 700 bĂ©bĂ©s filles mouraient, alors qu’ils n’avaient pas encore atteint l’ñge de 1 an. Une vingtaine d’annĂ©es plus tard, ces chiffres Ă©taient divisĂ©s par 2.5, et encore maintenant, la courbe de la mortalitĂ© infantile ne cesse de baisser de maniĂšre incroyable. A ce jour, le nombre de morts de bĂ©bĂ©s de moins de 1 an a Ă©tĂ© divisĂ© par treize en France depuis 1950.

Des parents qui font bien plus attention

La mĂ©decine a fait d’énormes progrĂšs, comme par exemple, les maladies infectieuses qui sont soignĂ©es directement grĂące Ă  la prise antibiotiques ou encore les mĂ©decins qui incitent les parents Ă  mettre Ă  jour les vaccins du bĂ©bĂ©. A partir de ces moments-lĂ , la courbe a commencĂ© a chutĂ©. Egalement, les futurs parents sont bien mieux informĂ©s quant Ă  la mort subite du nourrisson depuis les annĂ©es 90 grĂące aux campagnes de sensibilisation mais Ă©galement sur les effets de l’alcool et du tabac pendant la grossesse qui mettent en danger la croissance du foetus.


Auparavant, les pĂ©diatres expliquaient que les bĂ©bĂ©s devaient ĂȘtre mis sur le ventre pour dormir afin que la digestion se fasse. Conseil rĂ©volu ! Un nourrisson ne peut pas se retourner seul, alors il est prĂ©fĂ©rable de le coucher sur le dos, tout comme il faut Ă©viter qu’une couverture ou une peluche ne viennent Ă  gĂȘner sa respiration au point de provoquer un arrĂȘt respiratoire. Le dĂ©veloppement de gigoteuses dans les annĂ©es 80 a permis de supprimer l’apport de couette et de couverture dans le lit des bĂ©bĂ©s.

Mais pour relativiser ces chiffres, l’étude de l’Insee ajoute Ă©galement que le nombre de naissances a Ă©galement baissĂ© entre 1950 et 2014, mais toutefois beaucoup moins que le nombre de dĂ©cĂšs. Il y a donc eu du progrĂšs !

bebeentraindedormir


À lire absolument