Neufmois.fr » Au fil de l'actu » La FIV, un recours pour lutter contre les maladies gĂ©nĂ©tiques ?

La FIV, un recours pour lutter contre les maladies génétiques ?

Phillip et Karen sont parents de deux adorables fillettes en parfaite santĂ© : Rosie et Daisy. Mais Ă  premiĂšre vue, la santĂ© de fer dont font preuve ces deux princesses n’Ă©tait pas une chose assurĂ©e. En effet, la maman est atteinte d’une maladie gĂ©nĂ©tique hĂ©ritĂ©e de son pĂšre : la maladie de Huttington.

La maladie de Huttington, qu’est-ce que c’est ?

Cette maladie se dĂ©clare entre 30 et 50 ans et entraĂźne des troubles cognitifs, des symptĂŽmes psychiques ainsi que des troubles moteurs. Elle est hĂ©rĂ©ditaire, incurable et l’issue en est fatale au bout de quelques annĂ©es aprĂšs que la maladie se soit dĂ©clarĂ©e. Karen a 50% de chances de transmettre sa maladie Ă  ses enfants alors pour assurer la santĂ© future de ses bĂ©bĂ©s, la jeune femme s’est adressĂ©e au centre de fertilitĂ© de Nottingham, en Angleterre. Avec le diagnostic prĂ©implantatoire (DPI), il est dĂ©sormais possible de dĂ©terminer la prĂ©sence d’une maladie gĂ©nĂ©tique sur des embryons dans une éprouvette. Les embryons porteurs du gĂȘne sont Ă©cartĂ©s et les embryons sains sont replacĂ©s dans l’utĂ©rus de la mĂšre. C’est grĂące Ă  cette technologie que Karen a pu concevoir, aprĂšs de nombreuses tentatives infructueuses, et mettre au monde ses deux filles, qui elles, sont aujourd’hui hors de danger.

Qu’en est-il en France?

Le diagnostic prĂ©implantatoire est le seul cas autorisĂ© par la loi oĂč le recours Ă  la FIV n’est pas du Ă  l’infertilitĂ© mais au besoin de pouvoir dĂ©pister au prĂ©alable sur l’embryon une maladie grave. Cette mĂ©thode reste toutefois trĂšs encadrĂ©e par la loi de bioĂ©thique du 6 aout 2004, modifiĂ©e le 7 juillet 2001.

À lire absolument

Laisser un commentaire