Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus bĂ©bĂ© » Éclampsie : la grossesse de cette femme a failli lui coĂ»ter la vie

Éclampsie : la grossesse de cette femme a failli lui coĂ»ter la vie

Llyrus Baptista, une jeune maman de 22 ans vivant Ă  Perth en Australie, a dĂ» subir une cĂ©sarienne en urgence Ă  cause de ce qu’elle pensait ĂȘtre un hoquet, mais qui lui a provoquĂ© des convulsions si violentes que sa vie et celle de son enfant Ă  naĂźtre Ă©taient en danger. Son « hoquet » Ă©tait en fait symptomatique d’une maladie survenant pendant la grossesse et qui aurait bel et bien pu lui coĂ»ter la vie, si elle n’avait pas Ă©tĂ© dĂ©tectĂ©e Ă  temps. Heureusement, la rĂ©activitĂ© de son mari Shaun a permis aux mĂ©decins d’intervenir avant qu’il ne soit trop tard.

Il s’agissait bien plus qu’un hoquet

Llyrus Baptista Ă©tait enceinte de 36 semaines lorsqu’un soir, alors qu’elle s’apprĂȘtait Ă  s’endormir, elle fut prise de ce qui lui semblait ĂȘtre un hoquet. Ni elle ni son mari ne se sont prĂ©occupĂ©s de la violence de ses spasmes les premiĂšres minutes, car Llyrus est coutumiĂšre des hoquets assez intenses. Mais au bout de quelques instants, Shaun a compris que la situation Ă©tait bien plus grave et a appelĂ© les secours. Llyrus a dĂ» attendre l’arrivĂ©e de l’ambulance pendant 25 minutes, alors qu’elle ne cessait de convulser. « J’Ă©tais entiĂšrement consciente de ce qu’il se passait pendant mes crises de convulsions, mais je ne pouvais pas me contrĂŽler. Je ne pouvais ni parler, ni communiquer de quelque façon que ce soit. Je me sentais tellement impuissante. Mais quelque chose en moi m’a dit que notre petite fille irait bien », a confiĂ© la jeune femme au site britannique Daily Mail.

Lyrus

Une césarienne pour sauver mÚre et fille

L’Ă©tat de Llyrus devenant de plus en plus grave au fil du temps, malgrĂ© avoir pris des mĂ©dicaments censĂ©s rĂ©duire l’intensitĂ© des convulsions, la jeune maman a perdu connaissance durant les 20 minutes de trajet jusqu’Ă  l’hĂŽpital Fiona Stanley, oĂč elle fut prise en charge. Llyrus n’a repris conscience que deux heures aprĂšs son arrivĂ©e au centre hospitalier. ImmĂ©diatement, une Ă©quipe de mĂ©decins a pris la dĂ©cision de faire naĂźtre le bĂ©bĂ© de Llyrus et Shaun par cĂ©sarienne, car si l’accouchement n’avait pas lieu au plus vite, Llyrus aurait continuĂ© Ă  avoir des convulsions jusqu’Ă  ce qu’elle finisse par en mourir. Attendre plus longtemps signifiait Ă©galement des complications, voire un sort plus tragique, pour la petite fille du couple.

Endormie pendant la césarienne, Llyrus se sent dépossédée

C’est donc sous anesthĂ©sie gĂ©nĂ©rale que Llyrus a donné naissance Ă  sa petite Nicaea. A son rĂ©veil, Llyrus n’a pu tenir Nicaea que pendant cinq petites minutes, un moment d’une grande importance pour la maman. « Je n’Ă©tais pas lĂ  pour son premier cri ou pour sa premiĂšre respiration. Je me suis sentie privĂ©e de mon accouchement. Quand j’ai enfin pu la tenir dans mes bras, ce ne fut que pour cinq minutes, mais c’Ă©tait tellement spĂ©cial », a racontĂ© Llyrus au Daily Mail.

Llyrus et Nicaea

L’Ă©clampsie, une maladie rare, mais dangereuse

Quatre jours aprĂšs la naissance de Nicaea, les jeunes parents ont su enfin ce qui avait dĂ©clenchĂ© les crises de Llyrus. Les docteurs leur ont appris que la maman avait souffert d’Ă©clampsie durant sa grossesse. Une maladie rare, mais qui cause des crises de convulsions pouvant ĂȘtre mortelles pour la mĂšre et l’enfant. L’Ă©clampsie est une complication sĂ©vĂšre de la prĂ©-Ă©clampsie, qui se manifeste par une forte pression artĂ©rielle chez la femme enceinte et des protĂ©ines dans les urines. Sans traitement immĂ©diat, l’Ă©clampsie peut avoir de graves effets, comme les crises qu’a subies Llyrus.

Nicaea

Le suivi prénatal peut sauver des vies

Aujourd’hui , Nicaea et sa maman sont en parfaite santĂ©. Consciente de la chance qu’elle a eue de survivre Ă  ce fameux jour, Llyrus tient Ă  avertir les futures mamans sur la nĂ©cessitĂ© d’ĂȘtre suivie par un mĂ©decin durant une grossesse. « Je suis si reconnaissante d’ĂȘtre en vie. Ce que je retiens de tout ça, c’est que le suivi prĂ©natal est important. Si vous avez la moindre inquiĂ©tude ou plaintes, dites-le Ă  votre sage-femme, votre mĂ©decin ou votre infirmiĂšre. Vous ne les dĂ©rangez pas, ils sont lĂ  pour ça. Si vous sentez que quelque chose ne va pas, suivez votre instinct. N’ayez pas peur de demander une seconde, une troisiĂšme ou une quatriĂšme opinion. »

À lire absolument