Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus fertilitĂ© » GPA : la premiĂšre mĂšre porteuse au Portugal est aussi la grand-mĂšre de l’enfant !

GPA : la premiĂšre mĂšre porteuse au Portugal est aussi la grand-mĂšre de l’enfant !

Maria, ĂągĂ©e de 50 ans et d’origine portugaise, a dĂ©cidé de devenir mĂšre porteuse. Mais elle ne sera pas la mĂšre porteuse de n’importe quel enfant. Elle a dĂ©cidĂ© de porter l’enfant de sa propre fille qui ne peut pas en avoir. C’est le Conseil national portugais qui a autorisĂ© cet accĂšs Ă  GPA (Gestation pour Autrui).

A 30 ans, Isabel fait appel Ă  sa mĂšre pour porter son enfant

Depuis toujours, Isabel et son mari Miguel ne rĂȘvent que d’une chose : devenir parents. Malheureusement, la jeune femme ne peut pas avoir d’enfant suite Ă  l’ablation de son utĂ©rus, une opĂ©ration qui faisait suite Ă  une endomĂ©triose sĂ©vĂšre. Mais avant l’intervention chirurgicale, ses ovocytes ont Ă©tĂ© prĂ©levĂ©s et congelĂ©s. Sa mĂšre Maria, ĂągĂ©e de 50 ans, lui a alors proposĂ© de porter son enfant pour qu’elle aussi, puisse tout de mĂȘme, devenir mĂšre Ă  son tour. Maria proposait ainsi Ă  sa fille de devenir sa mĂšre porteuse. Ainsi, le 7 aoĂ»t dernier, Isabel et son mari ont demandĂ© au Conseil portugais de la procrĂ©ation mĂ©dicalement assistĂ© d’approuver leur dĂ©cision. DĂ©cision qui a Ă©tĂ© approuvĂ©e vendredi dernier. Une premiĂšre pour le Portugal depuis l’approbation de la loi il y a tout juste un an et une trĂšs bonne nouvelle pour ce couple, qui va enfin rĂ©aliser son rĂȘve, celui de devenir parents. « Je ne fais que trembler. Je suis dans un tourbillon Ă©motionnel depuis que j’ai appris la bonne nouvelle. J’arrive mĂȘme pas Ă  dĂ©crire ce que je ressens », a  dĂ©clarĂ© la future maman Ă  l’Expresso, journal portugais.

La PMA, de quoi s’agit-il ?

La PMA (procrĂ©ation mĂ©dicalement assistĂ©e) ou l’AMP (pour assistance mĂ©dicale Ă  la procrĂ©ation) signifient la mĂȘme chose : des techniques mĂ©dicales consistant Ă  manipuler spermatozoĂŻdes et ovules pour mener Ă  bien une fĂ©condation et ainsi aider les couples infertiles Ă  avoir des enfants. La PMA comprend l’insĂ©mination artificielle hors du corps, c’est-Ă -dire l’introduction du sperme du conjoint ou donneur au niveau du col de l’utĂ©rus pour aboutir Ă  la fĂ©condation d’un ovule. Elle comprend Ă©galement la fĂ©condation in vitro (FIV), dont le but est de recueillir spermatozoĂŻdes et ovules, de procĂ©der Ă  une fĂ©condation artificielle et enfin introduire le ou les embryon(s) obtenus dans l’utĂ©rus de la femme. Enfin, il existe une derniĂšre technique appelĂ©e fĂ©condation in vitro avec ICSI, qui permet d’introduire directement un spermatozoĂŻde dans un ovule puis de procĂ©der aux Ă©tapes de la FIV.

La PMA en France, qui peut en bénéficier ?

En France, d’aprĂšs la loi, la PMA est rĂ©servĂ©e aux couples composĂ©s d’un homme et d’une femme en Ăąge de procrĂ©er et souffrant d’une infertilitĂ© mĂ©dicalement constatĂ©e. Cependant, il n’y a pas d’ñge limite fixĂ© pour bĂ©nĂ©ficier d’une PMA. Toutefois, l’assurance maladie ne la prend pas en charge si la femme a dĂ©passĂ© les 43 ans. Il faut noter Ă©galement que la loi Ă©volue. En effet, lors de sa campagne en avril 2017, Emmanuel Macron s’est dĂ©clarĂ© « favorable Ă  l’ouverture de la PMA pour les femmes seules et les couples de femmes » et a Ă©tĂ© soutenu par le comitĂ© consultatif d’éthique qui a rendu un avis favorable en juin dernier sur l’ouverture de la PMA. Certains pays europĂ©ens autorisent dĂ©jĂ  la PMA Ă  toutes les femmes comme le Portugal, le Royaume Unis ou l’Espagne. La GPA, quant Ă  elle est strictement interdite en France (et dans de nombreux pays) au nom du principe d’indisponibilitĂ© du corps humaine.



À lire absolument