Une enseigne commerciale peut-elle faire de l’humour autour de la prématurité ?

À l’occasion des fêtes de Noël et des achats que vont faire les familles, une grande enseigne d’électroménager a lancé une nouvelle campagne de publicité qui a choqué l’association SOS Préma et le public sensibilisé à la cause de la prématurité. Pourquoi cela ?

 

Dans cette publicité radio, l’enseigne « chante » : « Il est né le divin enfant » puis en deuxième couplet, « Il est né le divin enfant, chez… (le nom de l’enseigne), prématurément », faisant référence on l’imagine aux achats à faire en avance. Le slogan a indigné SOS Préma, qui vient en aide depuis dix ans aux familles de bébés prématurés. Charlotte Bouvard, directrice-fondatrice de l’association, s’est exprimée à ce sujet : « C’est une maladresse qui relève de la méconnaissance mais qui ajoute de la souffrance à la souffrance. J’invite les équipes marketing de cette enseigne à venir visiter un service de néonatalogie et à nous rencontrer. Nous pourrons alors leur faire part de nos besoins pour équiper les « salles famille » des hôpitaux et pour gâter ces familles qui passent Noël à l’hôpital ».

Les parents de bébés nés prématurément ont également exprimé leur incompréhension sur la page Facebook de l’association ou en commentaire de l’article sur le site internet d’SOS Préma, en racontant un petit peu leurs histoires personnelles. Certaines familles passent en effet de terribles moments d’angoisse à l’hôpital, parfois même pendant les fêtes de Noël qui sont censées être l’occasion de retrouvailles heureuses en famille. Pour elles, il est donc insupportable d’associer la consommation excessive et le marketing – d’ailleurs très éloigné de l’esprit d’un vrai Noël- à la souffrance qu’elles endurent en ce moment ou ont été amenées à endurer par le passé.


Un internaute estime par exemple que cette enseigne d’électroménager est « ignorante » sur le sujet, et devrait au moins « verser un don à l’association ». Un autre, parent d’un enfant né prématuré, raconte qu’il était en service de réa-néonatale le soir de Noël, et invite la marque à venir voir « comment se passe l’arrivée d’un divin enfant né prématurément ». Une maman quant à elle « espère que ces réactions permettront à l’enseigne en question de réfléchir à la portée de leur publicité ». En période de Noël, il n’est pas interdit de rêver d’un monde meilleur, non ?

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire