Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Une enseigne commerciale peut-elle faire de l’humour autour de la prĂ©maturitĂ© ?

Une enseigne commerciale peut-elle faire de l’humour autour de la prĂ©maturitĂ© ?

À l’occasion des fĂȘtes de NoĂ«l et des achats que vont faire les familles, une grande enseigne d’électromĂ©nager a lancĂ© une nouvelle campagne de publicitĂ© qui a choquĂ© l’association SOS PrĂ©ma et le public sensibilisĂ© Ă  la cause de la prĂ©maturitĂ©. Pourquoi cela ?

 

Dans cette publicitĂ© radio, l’enseigne « chante » : « Il est nĂ© le divin enfant » puis en deuxiĂšme couplet, « Il est nĂ© le divin enfant, chez
 (le nom de l’enseigne), prĂ©maturĂ©ment », faisant rĂ©fĂ©rence on l’imagine aux achats Ă  faire en avance. Le slogan a indignĂ© SOS PrĂ©ma, qui vient en aide depuis dix ans aux familles de bĂ©bĂ©s prĂ©maturĂ©s. Charlotte Bouvard, directrice-fondatrice de l’association, s’est exprimĂ©e Ă  ce sujet : « C’est une maladresse qui relĂšve de la mĂ©connaissance mais qui ajoute de la souffrance Ă  la souffrance. J’invite les Ă©quipes marketing de cette enseigne Ă  venir visiter un service de nĂ©onatalogie et Ă  nous rencontrer. Nous pourrons alors leur faire part de nos besoins pour Ă©quiper les « salles famille » des hĂŽpitaux et pour gĂąter ces familles qui passent NoĂ«l Ă  l’hĂŽpital ».

Les parents de bĂ©bĂ©s nĂ©s prĂ©maturĂ©ment ont Ă©galement exprimĂ© leur incomprĂ©hension sur la page Facebook de l’association ou en commentaire de l’article sur le site internet d’SOS PrĂ©ma, en racontant un petit peu leurs histoires personnelles. Certaines familles passent en effet de terribles moments d’angoisse Ă  l’hĂŽpital, parfois mĂȘme pendant les fĂȘtes de NoĂ«l qui sont censĂ©es ĂȘtre l’occasion de retrouvailles heureuses en famille. Pour elles, il est donc insupportable d’associer la consommation excessive et le marketing – d’ailleurs trĂšs Ă©loignĂ© de l’esprit d’un vrai NoĂ«l- Ă  la souffrance qu’elles endurent en ce moment ou ont Ă©tĂ© amenĂ©es Ă  endurer par le passĂ©.

Un internaute estime par exemple que cette enseigne d’électromĂ©nager est « ignorante » sur le sujet, et devrait au moins « verser un don Ă  l’association ». Un autre, parent d’un enfant nĂ© prĂ©maturĂ©, raconte qu’il Ă©tait en service de rĂ©a-nĂ©onatale le soir de NoĂ«l, et invite la marque Ă  venir voir « comment se passe l’arrivĂ©e d’un divin enfant nĂ© prĂ©maturĂ©ment ». Une maman quant Ă  elle « espĂšre que ces rĂ©actions permettront Ă  l’enseigne en question de rĂ©flĂ©chir Ă  la portĂ©e de leur publicité ». En pĂ©riode de NoĂ«l, il n’est pas interdit de rĂȘver d’un monde meilleur, non ?

À lire absolument