Un test sanguin pourrait permettre de prédire la prématurité

Prédire à 80% les risques d’une naissance prématurée ? Cela sera peut-être bientôt possible grâce à un nouveau test sanguin mis au point par des chercheurs américains et danois. S’il faudra encore un peu de temps pour que celui-ci soit opérationnel, l’annonce d’un tel test reste une excellente nouvelle.

Un test fiable et peu coûteux pour évaluer les risques de prématurité

Le test mis au point par les chercheurs permet de mesurer l’activité de certains gènes maternels, fœtaux et placentaires impliqués dans la prématurité. Les chercheurs, qui travaillent depuis longtemps sur la prématurité ont en effet découvert qu’un dosage de certaines molécules appelées ARN reflétait l’activité de gènes impliqués dans la prématurité. L’étude qui n’est encore qu’au stade d’une étude préliminaire a déjà donné des résultats très prometteurs puisque sur quelques dizaines de femmes testées, le procédé a permis de détecter, grâce à une simple prise de sang près de 80% des prématurités. Ce test à également l’avantage de permettre de dater une grossesse précisément comme le fait une échographie. Il reste encore à vérifier sur un nombre important de femmes enceintes l’efficacité du test pour pouvoir ensuite le proposer mais son application pourrait permettre de sauver de nombreuses vies et de diminuer les risques de séquelles.

La prématurité, qu’est ce que c’est ?

En France, on considère qu’un enfant naît prématuré si l’accouchement se produit avant la 37e semaine d’aménorrhée soit environ 8 mois et demi. On parle de prématurité moyenne quand l’accouchement se produit entre 7 et 8 mois de grossesse, de grande prématurité quand l’accouchement se déroule entre le 6e et le 7e mois de grossesse et de très grande prématurité quand l’accouchement survient en dessous de 6 mois de grossesse. On estime que plus de 50 000 bébés naissent chaque année prématurés et ce chiffre est en constante augmentation. Si dans la grande majorité les enfants ne souffrent pas de problèmes par la suite, la prématurité peut engendrer des séquelles chez certains bébés : les organes du nouveau né sont en effet formés mais non matures. Les organes principalement touchés sont le cerveau ou les poumons. En cas de risque de prématurité, on peut déjà parfois agir en amont en accélérant par exemple la maturation des poumons. Mais parfois l’accouchement prématuré n’est pas repérable. Les causes de la prématurité sont en effet multiples : contractions précoces, déclenchement à cause d’un problème d’hypertension ou d’hémorragie chez la mère, infections ou encore naissances multiples. Pouvoir prédire une prématurité permettrait de prendre toutes les mesures de précaution pour diminuer voire éviter de nombreuses séquelles.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire