Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus fertilitĂ© » EndomĂ©triose : de nouvelles mesures pour lutter contre la maladie

Endométriose : de nouvelles mesures pour lutter contre la maladie

Ce vendredi, la ministre de la SantĂ©, AgnĂšs Buzyn a dĂ©voilĂ© les grandes lignes de son plan pour renforcer la prise en charge de l’endomĂ©triose. Ce plan s’articule autour de trois axes : renforcer le dĂ©pistage prĂ©coce, mieux accompagner les femmes souffrant d’endomĂ©triose et mieux informer les patients, le public mais aussi les professionnels de santĂ©.

L’endomĂ©triose, qu’est ce que c’est ?

L’endomĂ©triose est une maladie chronique. Dans cette pathologie, le tissu endomĂ©trial qui tapisse l’utĂ©rus se dĂ©veloppe hors de celui-ci, ce qui peut provoquer des lĂ©sions ou encore des kystes. Encore peu connue il y a quelques temps, l’endomĂ©triose est de plus en plus mĂ©diatisĂ©e. Il faut dire que cette pathologie touche de nombreuses femmes. (On estime qu’une femme sur 10 au moins est touchĂ©e). Ces lĂ©sions peuvent entraĂźner des douleurs ou mĂȘmes des difficultĂ©s Ă  concevoir.

Les manifestations de la maladie sont trĂšs variables d’une femme Ă  l’autre, ce qui rend parfois difficile son diagnostic. La ministre de la SantĂ© Ă  donc dĂ©cidĂ© d’agir pour que la prise en charge de la maladie soit la plus efficace possible.

Quelles sont les nouvelles mesures pour lutter contre l’endomĂ©triose ?

Tout d’abord la lutte contre maladie doit passer par un dĂ©pistage trĂšs prĂ©coce de l’endomĂ©triose. Ce dĂ©pistage pourra ĂȘtre pratiquĂ© au cours de la consultation obligatoire du nouveau calendrier vaccinal des enfants (11- 13 ans et 15-16 ans). Les mĂ©decins, les sages femmes mais aussi la mĂ©decine prĂ©ventive universitaire, devront ĂȘtre particuliĂšrement attentifs au dĂ©pistage prĂ©coce de l’endomĂ©triose chez les jeunes filles de 15 Ă  18 ans. Les professionnels de santĂ© seront d’ailleurs mieux formĂ©s Ă  la reconnaissance des signes d’alerte, le diagnostic et la prise en charge de la maladie. Ce dĂ©pistage prĂ©coce permettra, entre autre, d’éviter au maximum l’installation de lĂ©sions et permettra une meilleure prise en charge de la douleur.

La prise en charge des patientes souffrant d’endomĂ©triose passera dans chaque rĂ©gion par un accompagnement spĂ©cifique : chaque rĂ©gion devra ainsi avoir une « filiĂšre endomĂ©triose » (formalisĂ©e par l’ARS avant la fin de l’annĂ©e) composĂ©e de professionnels de santĂ© et d’association de patientes. Ces filiĂšres seront dĂ©finies parfaitement avant cet Ă©tĂ©, grĂące Ă  un groupe de travail national dĂ©diĂ©. Cette prise en charge spĂ©cifique par des experts de cette pathologie sera axĂ©e sur la prise en charge de la douleur et des troubles de la fertilitĂ©.

Enfin tous les outils de communication (comme le site Sante.fr) pourront ĂȘtre utilisĂ©s pour faire connaĂźtre cette pathologie, les actions de sensibilisation se multiplieront via le service sanitaire des Ă©tudiants en santĂ© (sous forme par exemple d’intervention dans les collĂšges et lycĂ©es
) et la recherche sur l’endomĂ©triose sera valorisĂ©e.

À lire absolument