Enceinte ? Les omégas 3, on aime ça !

D’après les conclusions (et contrairement aux idées reçues ! ) d’une nouvelle étude scientifique américano-irlandaise publiée dans l’American Journal of Clinical Nutrition, le poisson gras malgré la pollution aux métaux lourds serait bon pour la future maman et bébé ! En effet, si la présence de mercure dans la chair du poisson peut être nocive pour le bébé, sa riche contenance en oméga 3 serait vraiment bénéfique au bon développement du bébé, notamment au niveau de son système cognitif.

Mais qu’est-ce que les omégas 3 ?

Les omégas 3 sont des acides gras essentiels présent dans les poissons gras mais également dans certaines huiles comme la colza, l’olive ou le lin, ou les fruits oléagineux comme les noix, les noisettes ou les amandes.

Comment s’est déroulée l’étude

Le mercure est un neurotoxique, présent dans les chairs de poisson due à la pollution marine. Plus le poisson sera gros, plus la présence de mercure dans son organisme sera importante. C’est sur 30 ans que cette étude a été réalisée, dans l’archipel des Seychelles, sur un groupe de 1500 femmes enceintes. Si leur taux de mercure a été prélevé durant leur grossesse, les scientifiques ont ensuite testé les capacités motrices des enfants une fois nés, à l’âge de 20 mois. Après ces observations, il s’est avéré que les enfants nés de mère qui mangeaient une grande quantité de poissons gras durant leur grossesse (l’équivalent de 12 poissons par semaines ) avaient de meilleurs résultats aux tests . Selon Edwin Van Wijngaarden, auteur principal de cette étude « Ces résultats ne montrent donc pas d’association générale entre l’exposition prénatale au mercure, par le biais de la consommation de poisson, et les conséquences sur le neurodéveloppement ».


Les bénéfices du poisson gras sur le développement de l’enfant

Si les omégas 3 présents dans les poissons gras favoriseraient le bon développement cognitif de l’enfant, ceux-là aideraient également au développement neurologique in utero. Selon Edwin Van Wijngaarde, une consommation conséquente d’oméga 3 par le poisson gras controverserait les méfaits du mercure sur le développement de l’enfant. Selon Sean Strain, auteur principal de l’étude et professeur de nutrition à l’université Ulter d’Irlande du Nord, les types d’acides gras consommés par la mère durant sa grossesse influenceraient le développement neurologique de l’enfant à naître. Donc autorisez-vous des bons pavés de saumon les filles, on craque ! Mais n’oubliez pas les autres sources d’omega-3.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire