Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus fertilitĂ© » Depuis le dĂ©cĂšs de sa fille, elle se bat pour donner naissance Ă  ses petits-enfants

Depuis le décÚs de sa fille, elle se bat pour donner naissance à ses petits-enfants

Il y a quelques annĂ©es, la fille de « Mrs. M », c’est ainsi qu’elle est appelĂ©e dans les documents de la Cour d’appel de Londres, Ă©tait atteinte d’un cancer. Malheureusement, en 2011, la jeune femme est dĂ©cĂ©dĂ©e. Sur son lit d’hĂŽpital, elle aurait dit Ă  sa mĂšre qu’elle souhaitait que cette derniĂšre devienne la mĂšre de ses enfants, en utilisant ses ovaires congelĂ©s : « Je veux que tu portes mes bĂ©bĂ©s. Je ne veux pas avoir fait les traitements de fĂ©condation in vitro afin de prĂ©server mes ovules en vain », rapporte le New York Times. Cette Britannique ĂągĂ©e de 60 ans donnerait donc naissance Ă  ses petits-enfants. AprĂšs un premier refus, la Cour d’Appel vient de lui donner l’autorisation….

La Cour d’appel a consenti Ă  la requĂȘte de « Mrs. M »

Si la Cour d’appel a consenti à accĂ©der Ă  la requĂȘte de la sexagĂ©naire, ce n’Ă©tait pourtant pas gagnĂ©. En effet, la dĂ©cision empĂȘchait le transport des ovaires congelĂ©s de Londres jusqu’Ă  New York. Mais la Cour d’appel a jugĂ© bon de considĂ©rer le consentement de la dĂ©funte comme valide.

Évidemment, en voyant l’Ăąge avancĂ© de la grand-mĂšre, on peut se demander quel avenir auront les enfants. En toute logique, ils pourraient devenir orphelins assez jeunes, Ă  l’Ăąge oĂč on a encore besoin du soutien affectueux et financier de parents… On peut se demander Ă©galement si elle sera assez en forme pour Ă©lever des enfants (oui les enfants ça court partout et ils peuvent donner parfois du fil Ă  retordre). Mais l’agence gouvernementale prĂ©cise que si elle a acceptĂ© cette dĂ©cision, ce n’Ă©tait pas en fonction des questions Ă©thiques mais en se basant sur le consentement de la jeune femme dĂ©funte. En effet, en Angleterre, aucune loi ne stipule qu’une femme ne peut pas recevoir des ovaires congelĂ©s et procĂ©der ainsi Ă  une procrĂ©ation mĂ©dicalement assistĂ©e. Il n’y a pas de limite d’Ăąge.

Toutefois, si la Cour d’appel a bien pris sa dĂ©cision, cela ne veut pas dire que l’affaire est dans le sac. Effectivement, l’agence gouvernementale a souhaitĂ© revoir la dĂ©cision. Affaire Ă  suivre donc…

À lire absolument