Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus bĂ©bĂ© » CongĂ© parental : le rĂ©tropĂ©dalage du gouvernement français

Congé parental : le rétropédalage du gouvernement français

L‘harmonisation de l’Ă©galitĂ© homme-femme attendra ! Depuis plusieurs semaines, une des mesures Ă©galitaires proposĂ©e par une directive europĂ©enne est au cƓur des dĂ©bats. Le projet, visant Ă  l’allongement du congĂ© parental, a Ă©tĂ© revu Ă  la baisse, jugĂ© trop coĂ»teux, particuliĂšrement par le gouvernement français.

L’Ă©quilibrage des congĂ©s parentaux, un parcours semĂ© d’embĂ»ches

Les ministres se sont rĂ©unis jeudi dernier pour dĂ©cider de l’avenir de la rĂ©forme du congĂ© parental. Cette derniĂšre visait Ă  allonger le congĂ© parental Ă  quatre mois, en Ă©tant non transfĂ©rable entre conjoint et en alignant la rĂ©munĂ©ration sur celle des arrĂȘts maladie. Ces changements avaient pour but d’inciter les pĂšres de famille Ă  y avoir recours de maniĂšre plus rĂ©currente afin d’Ă©quilibrer le partage des rĂŽles au sein de la vie de famille. En effet, seulement 4% d’entre eux prennent aujourd’hui ce congĂ© ! La plupart du temps seulement comme une rĂ©duction du temps de travail. Les raisons ? La rĂ©munĂ©ration, les stĂ©rĂ©otypes et un manque d’incitations salariales. Le congĂ© parental est en effet plafonnĂ© Ă  396 euros par mois, contrairement au congĂ© maladie qui permet de toucher une rĂ©munĂ©ration de 50% de son salaire brut, soit 574,54 euros pour une personne touchant un SMIC. De plus, il est trĂšs mal vu pour un homme, encore aujourd’hui, de faire passer sa vie de famille avant sa carriĂšre. Le poids de ces stĂ©rĂ©otypes dans notre sociĂ©tĂ© ne pousse ni les pĂšres de famille ni les entreprises Ă  changer les choses et de cette maniĂšre, les inĂ©galitĂ©s perdurent.

L’allongement du congĂ© parental, un coĂ»t insoutenable d’aprĂšs le gouvernement français

Si la France offre un congĂ© de paternitĂ© correct de onze jours, celui-ci est non-obligatoire et rĂ©munĂ©rĂ© sous forme d’indemnitĂ©s journaliĂšres de l’assurance-maladie. Bien que pouvant atteindre une durĂ©e de 6 mois lors de la naissance d’un premier enfant pour la mĂšre comme pour le pĂšre, notre congĂ© parental français ne connaĂźt pas une popularitĂ© folle auprĂšs de la gente masculine. La rĂ©munĂ©ration, comme Ă©voquĂ©e prĂ©cĂ©demment, reste trop faible pour inciter les pĂšres au pouponnage. Si la rĂ©forme avait pour ambition d’instaurer un vĂ©ritable Ă©quilibre entre les parents, les dĂ©cisions prises sont bien en deçà de ce qui Ă©tait attendu. Toujours pas de congĂ© de paternitĂ© obligatoire, pas de niveau de rĂ©munĂ©ration de fixĂ©… Et la France n’y est pas pour rien. En effet, Monsieur Macron a poussĂ© au rĂ©tropĂ©dalage. Il dĂ©clarait le 17 avril dernier « J’en approuve totalement le principe, mais les congĂ©s parentaux payĂ©s au niveau de l’indemnitĂ© maladie journaliĂšre, c’est une belle idĂ©e qui peut coĂ»ter trĂšs cher et finir par ĂȘtre insoutenable ». Il faudra donc attendre encore quelques annĂ©es avant de connaĂźtre une Ă©galitĂ© parfaite au sein du couple.

À lire absolument