Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus bĂ©bĂ© » Boom des jumeaux : quand le nombre de naissances a doublĂ© en 40 ans inquiĂšte

Boom des jumeaux : quand le nombre de naissances a doublé en 40 ans inquiÚte

Dans les pays dĂ©veloppĂ©s, depuis 40 ans, la naissance de jumeaux a quasiment doublĂ© ! Un « boom des jumeaux » jugĂ© « inquiĂ©tant » selon des chercheurs


Dans une Ă©tude parue le lundi 8 fĂ©vrier 2016, dans la revue amĂ©ricaine Population and Development, les scientifiques s’inquiĂštent face Ă  ce taux de naissances multiples qui ne cesse de grimper : « Nous avons passĂ© en revue toutes les statistiques d’état civil des pays disposant de tableaux dĂ©taillĂ©s pour les accouchements distinguant les naissances simples des naissances multiples : jumeaux, triplĂ©s, etc. » des annĂ©es 1970 Ă  2012/2013/2014 a dĂ©clarĂ© Ă  l’AFP Gilles Pison, professeur au MusĂ©um national d’histoire naturelle et chercheur associĂ© Ă  l’Institut national d’études dĂ©mographiques (Ined). Les raisons ? Le retard des maternitĂ©s qui favorise la scission d’un ovule en deux parties en raison de la maturitĂ© du systĂšme reproductif fĂ©minin et le fait que de plus en plus de couples passent par une Aide MĂ©dicale Ă  la ProcrĂ©ation (AMP) car Ă  partir de 25 ans la fĂ©conditĂ© baisse.

Alors, passĂ© 35 ans, 35% des couples ont besoin de cette aide pour concevoir un enfant. Quand ces couples doivent passer en consultation en ProcrĂ©ation mĂ©dicalement assistĂ©e (PMA), plusieurs embryons sont implantĂ©s en mĂȘme temps pour augmenter les chances de grossesse car tous ne sont pas forcĂ©ment viables. Du coup, la probabilitĂ© d’avoir des jumeaux augmente car il arrive Ă©videmment que plusieurs embryons soient viables.

ComparĂ© au retard des maternitĂ©s, l’effet de l’PMA est trois fois plus grand concernant ce « boom des jumeaux ». Pour cette Ă©tude, le Professeur Pison et ses collĂšgues nĂ©erlandais, Christiaan Monden de l’UniversitĂ© d’Oxford et Jeroen Smits, originaire de NimĂšgue au Pays-Bas se sont basĂ©s sur les donnĂ©es de 32 pays. La majoritĂ© de ces pays est europĂ©enne, Ă  laquelle on ajoute l’Australie, le Canada, les Etats-Unis, la Nouvelle-ZĂ©lande. Le Professeur Pison a tenu Ă  souligner : « Cette moyenne recouvre une grande diversitĂ© de situations. »


Des taux différents selon les pays

Au Japon, le taux de gĂ©mellitĂ© des grossesses sous PMA n’est pas de trois fois plus mais dix fois plus, comparé à la gĂ©mellitĂ© gĂ©nĂ©rĂ©e par des grossesses tardives naturelles. Mais par exemple, en Pologne oĂč la PMA n’est pas trĂšs dĂ©veloppĂ©e, les grossesses gĂ©mellaires sous PMA ne reprĂ©sentent pourtant que 30% des grossesses multiples. L’interdiction de l’avortement toujours en cours dans ce pays n’est sans doute pas Ă©trangĂšre Ă  ce taux Ă©levĂ© de grossesses gĂ©mellaires naturelles, sans doute imputable à davantage de grossesses tardives qui auraient Ă©tĂ© interrompues sans doute dans un pays pratiquant l’IVG.

Ce boom des jumeaux
 jusqu’à quand ?

Avoir des jumeaux, c’est souvent considĂ©rĂ© comme un vĂ©ritable bonheur, notamment en raison de leur relation fraternelle privilĂ©giĂ©e. Mais pour le Professeur Pison, « c’est de plus en plus perçu comme un problĂšme de santĂ© publique ». La raison ? Les complications obstĂ©tricales : diabĂšte gestationnel, accouchement pathologique, grande prĂ©maturitĂ©, dĂ©pression post-partum
 Le chercheur a Ă©galement dĂ©clarĂ© : « Dans un pays sur quatre, le taux de gĂ©mellitĂ© a cessĂ© d’augmenter. On constate un plateau, suivi d’une diminution. Mais dans trois pays sur quatre, notamment en France, ce taux continue de progresser. » 

Alors les chercheurs se demandent : pourquoi ne pas utiliser un seul embryon lors d’une PMA ? Au risque de dĂ©cevoir les espoirs des couples si l’embryon ne s’implante pas ?


À lire absolument