En train de lire
Bébés nés sans bras : trois nouveaux cas recensés dans les bouches du Rhône

Bébés nés sans bras : trois nouveaux cas recensés dans les bouches du Rhône

L’information est tombée la semaine dernière : trois petites filles sont nées avec des malformations du membre supérieur en 2016. Toutes sont originaires des alentours de l’Etang de Berre dans les Bouches du Rhône, une zone particulièrement polluée par les industries. Ces cas rappellent ceux déjà recensés dans d’autres régions de France, et qui interpellent par leur concentration dans des endroits géographiques très précis.

Affaire des bébés sans bras : qu’est ce que c’est ?

C’est à l’été 2018 que l’affaire est révélée : dans certaines zones précises en France, on dénombrerait des cas d’agénésie transverse des membres supérieurs (enfants présentant une absence d’une main, d’un avant bras ou d’un bras). Plus que leur nombre (ces malformations touchent un enfant sur 10 000), c’est la localisation des cas et le laps de temps très court qui les sépare qui posent problème.

Ainsi, 11 naissances ont été répertoriées dans l’Ain entre 2009 et 2014, 3 en Loire Atlantique entre 2007 et 2008, et 4 dans le Morbihan entre 2011 et 2013. Les causes de ces malformations ne sont pas totalement élucidées, on sait qu’elles peuvent être dues à des facteurs génétiques, la prise de certains médicaments, l’exposition à des substances toxiques ou à des causes mécaniques in utero. A ce jour, ces cas restent inexpliqués et récemment trois autres cas groupés ont été révélés.

3 nouveaux cas de bébés sans bras dans les Bouches du Rhône

En début de semaine dernière, on apprenait que 3 nouveaux cas de bébés nés sans bras avaient été répertoriés. En effet, 3 petites filles seraient nées en 2016 avec cette malformation. Fait important, les trois bébés vivaient prés d’une zone géographique particulière, proche de l’Etang de Berre (Salon de Provence, Gignac-la-Nerthe, Septème-les-Vallons), réputée pour être une zone particulièrement polluée.


Voir Aussi

La généticienne Annie Levy-Mozziconacci explique ainsi, qu’une enquête plus approfondie est nécessaire pour comprendre ce qui s’est passé. Emmanuel Amar, directrice du registre des malformations congénitales en Rhône-Alpes, quant à elle, (ainsi que des élus et scientifiques) a demandé en urgence de créer un registre national des malformations congénitales et des cancers.

La ministre de la Santé réagit

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn a réagi ce mardi sur le cas des bébés sans bras. Selon la ministre il n’est pas question de parler d’épidémie ou d’une augmentation du nombre de cas. Néanmoins, Agnès Buzyn précise que des investigations vont être menées dans toutes les régions de France pour comprendre les causes de ces malformations.